Preview : EA Sports UFC

EA Sports UFC - PS4

Genre : Combat de brutes

Date de sortie : 17 juin 2014

Genre
Combat de brutes
Date de sortie
17 juin 2014 - France
Développé par
EA Sports
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique

A l'E3 2012, Electronic Arts a annoncé lors de sa conférence être les nouveaux exploitants de la licence UFC dans le domaine du jeu vidéo. Deux ans plus tard, pas beaucoup de nouvelles du titre excepté quelques screens absolument hallucinants. Seulement voilà, le jeu est prévu pour le printemps et nous avons enfin pu tâter de la bête.

 
 
Voyons les choses de manière honnête. Etant furieusement fan de Mixed Martial Arts et des jeux développés précédemment par THQ, l'annonce du rachat de la licence par EA m'a à la fois rassuré et fait baliser. Rassuré parce qu'Electronic Arts traite en général plutôt bien ses jeux de sport, exception faite du basket-ball parait-il, notamment en terme de réalisation. Fait baliser parce que l'équipe qui se charge du développement est la même que les Fight Night, un certain gage de qualité certes, mais aussi celle qui était responsable du trop moyen EA Sports MMA il y a quelques années. De plus, les anciens développeurs de THQ, Yukes Media Creation, étaient arrivés avec UFC Undisputed 3 à une vraie belle simulation, stratégiquement très aboutie. Si la réalisation était un peu à la traîne, son gameplay était intelligent et laissait une jolie marge de progression avec une complexité insoupçonnable dans ses possibilités. Challenge difficile pour les équipes d'Electronic Arts que de passer derrière eux, sauront-ils le relever ? Un début de réponse ici.
 

Introducing first, fighting out of the red corner

Tout d'abord, en ce qui concerne le respect de la licence, que les fans se rassurent tout de suite : c'est absolument hallucinant. Ce n'est pas bien compliqué, tout y est. Par exemple, prenons un match de Jon Jones, champion du monde poids lourd léger. Il entre dans la salle avec la même musique d'entrée qu'en réalité, en l'occurrence Bob Marley : "Could You Be Loved". Une douce mélodie en contraste total avec ce qu'il va se dérouler dans l'octogone quelques minutes plus tard, à base de coudes retournés et de genoux sautés. Jonny "Bones" Jones se fait contrôler par l'arbitre Yves Lavigne avant son entrée dans l'octogone, même "Stitch" le célèbre soigneur, est présent et rudement bien modélisé. Le champion s'avance vers l'octogone, recroquevillé à 4 pattes, frappe le sol et exécute le signe de croix. Puis il pénètre à l'intérieur, fait une jolie roue sur une main. Toutes les marottes et habitudes du fighter ont été reprises à la perfection. Bruce Buffer, l'inénarrable speaker de l'UFC prend le micro pour présenter les combattants avec sa voix unique de crooner sous Red Bull. Les rituels sont effectués, la messe est dite et le match peut commencer. Les moindres détails de la mise en scène d'un match sont respectés avec une parfaite exactitude. Nous avons demandé d'ailleurs si chaque fighter avait sa propre musique d'entrée similaire à la réalité, et il semble qu'ils aient réussi à en obtenir un assez grand nombre, sous réserve que les ayants droit n'aient pas demandé des millions de dollars pour leur utilisation.
 

IIIIT'S TIME !

Et le match débute. On a l'habitude de se faire avoir par les fameux E3 footages, qui montrent des parties de jeu in-game totalement bullshit lors de leur conférence à Los Angeles pour faire baver les joueurs et faire monter l'attente. Bien souvent, la réalité à la sortie du titre est toute autre. On a pris le pli, on sait bien qu'il ne faut pas s'attendre à quelque chose d'exactement similaire aux premières images. Malheureux, mais c'est le jeu ma pauvre Lucette. Pourtant, EA Sports UFC se paie le luxe d'être in-game tel qu'il est sur les screens. Le travail accompli avec le moteur graphique EA Sports Ignite est vraiment hallucinant. Pour être tout à fait honnête, c'est probablement la simulation sportive la plus aboutie en terme de réalisme.. Il suffit de s'arrêter un instant et de fixer la peau du personnage qui reflète la lumière des spots, abritant des muscles apparents dont on ne soupçonnait même pas l'existence. Lorsque votre fighter se balance, on peut observer ses mollets se contracter sous la pression, et même les doigts de pieds se plier lorsqu'ils prennent appui sur le sol pour délivrer un coup. Jamais de mémoire un jeu n'a poussé autant le souci du détail en termes d'anatomie, jusque dans les expressions de visage de votre sportif qui changent en fonction de leurs sentiments. En un mot comme en cent, EA Sports UFC est techniquement impeccable et laisse présager le meilleur pour les prochaines simulations sportives next-gen. Seuls 6 personnages étaient jouables, mais si au final tout le roster bénéficient du même soin graphique, ça va swinguer dans les chaumières.
 

Beautiful ring girls

En terme de gameplay, c'est un petit peu plus difficile de se prononcer du fait que le jeu n'en soit qu'à un stade de développement alpha. Pour le moment et de ce que nous en avons vu, c'est du solide. Le striking est plutôt bien fichu, même si certains coups parfois manquaient un petit peu d'impact. On apprécie particulièrement que chaque personnage, dans un souci du détail, soit doté de plusieurs coups uniques à son arsenal. Des coups qu'il est bien souvent le seul à produire dans la réalité, comme le fameux showtime kick d'Anthony Pettis ou le double coup de genou sauté de José Aldo. Comme dans UFC 3, vous bénéficiez d'une barre d'énergie qu'il convient d'entretenir un minimum si vous ne voulez pas manquer de cardio, et donc ralentir, et les coups que vous portez se reportent sur un petit schéma représentant un corps humain dont les parties du corps rougissent lorsque vous les frappez. Attaquer les jambes fait ralentir l'adversaire, voire le faire boiter à force. En voilà du réalisme ! Frapper le ventre de l'adversaire aura un impact sur son endurance, et enfin lui frapper le visage le rapprochera inéluctablement du ko. Deux boutons sont réservés aux poings, deux boutons servent pour les jambes. L1 et R1 modifient les coups, notamment pour les rendre plus puissants. Le système de garde et d'esquive ne vous dépaysera pas, puisqu'il faudra simplement appuyer sur R2 pour garder. Mais si vous vous contentez de cela, le blocage sera hasardeux. Appuyez sur R2 et Triangle permet de bloquer précisément les coups qui viennent du haut, R2 et X de checker les low kicks. Le système des Fight Night et d'UFC 3 était basé sur le même principe mais il fallait bouger le stick droit en combinant avec la gâchette. Le nouveau système nous a paru un petit peu moins simple dans sa prise en main, mais peut-être est-ce surtout une question d'habitude.
 

Arianny Celeste has bigger boobs

Pour ce qui est du corps à corps, très important en MMA, il est très inspiré du système de jeu de THQ et c'est tant mieux. Au sol, on progresse avec des tours de joysticks, que l'adversaire peut contrer avec le sien, pour résumer très grossièrement. Le système de soumission est quant à lui bien plus sympathique que ceux que nous avons connu jusqu'ici. C'est, grosso merdo, un petit jeu de chat et souris avec l'adversaire que l'on joue avec les sticks. On progresse dans la soumission à mesure que l'on gagne mais attention, celle-ci peut se retourner contre nous. A noter qu'il y aura la bagatelle de 21 prises de soumissions différentes dans la version finale du titre. Vous en connaissez combien vous ? Le gameplay aurait mérité que l'on y passe vraiment beaucoup plus de temps pour vous donner un avis complet sur celui-ci. Le gameplay semble bien pensé et bourré de bonnes intentions mais nous nous sommes heurtés aux limites du développement. De plus, certaines parties du gameplay n'étaient pas encore tout à fait équilibrées (la défense de takedown par exemple) et d'autres étaient encore en cours de conception (le clinch). Difficile de rentrer plus dans les détails de ce côté là donc, mais une chose est sûr, c'est extrêmement prometteur.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Malgré le fait que nous ayons joué à une version alpha de EA Sports UFC, la présentation et le hands-on que nous avons effectué nous ont vraiment conquis, et Dieu sait que notre niveau d'attente était élevé. Nous avons rarement vu une équipe de développement porter autant de soin au respect de sa licence. EA Sports UFC s'annonce sublime, techniquement impressionnant, et le gameplay semble avoir tiré le meilleur de ses prédécesseurs. Ne reste plus qu'à concrétiser nos espoirs au printemps prochain avec la version finale. En attendant, que les fans se réjouissent, la licence semble être entre de très bonnes mains !

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires