Preview : Resogun

Resogun - PS4

Genre : Shmup

Date de sortie : 29 novembre 2013

Genre
Shmup
Date de sortie
29 novembre 2013 - France
Développé par
Housemarque Ltd.
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3, PS4, PSVita
Modes de distribution
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 7 ans
 Jeu en ligne
 Violence

Non, il n'y a pas que des jeux AAA sur PS4. Au PGW, un stand était dédié aux petits jeux indépendants à sortir sur la console, et c'est là qu'était présent Resogun, le nouveau titre des développeurs des sympathiques Super Stardust HD et Outland. Et encore une fois, ça s'annonce vraiment intéressant.

 
 
Resogun est un shoot'em up qui allie merveilleusement bien le vieux et le neuf, pour faire court. Projetant à l'écran de bien nombreuses lumières et d'effets de particules impressionnants, nous nous sommes jetés sur la manette pour tester ce nouveau titre indé'.
 

C'était mieux avant, mais c'est quand même pas mal aujourd'hui

On contrôle donc un petit vaisseau sur un plan 2D le plus simplement du monde : tandis que le joystick gauche sert à se déplacer en haut et en bas, à gauche et à droite, le deuxième correspond aux tirs. A savoir que l'on ne peut que shooter verticalement, ce qui complexifie bien la tâche lorsque l'on se retrouve face à des dizaines d'ennemis, c'est-à-dire à peu près tout le temps. Effectivement, Resogun est un pur jeu de shoot et le but, primaire mais jouissif, est simplement d'affronter des vagues d'ennemis de plus en plus conséquentes jusqu'à un boss de fin bien balaise. On se déplace donc dans une arène particulière puisqu'elle prend la forme d'un "cylindre" : comprenez par là que l'on bouge sur un cercle - en gros - qui diffère à chaque niveau. La démo jouable, elle, proposait un environnement sombre mais flashy, simple mais joli artistiquement. Et surtout, là au Resogun surprend, c'est sur sa réalisation technique : on est bel et bien sur console next-gen.
 

Plus il y en a, mieux c'est

Car oui, on a rarement vu un jeu afficher autant de particules à la fois, avec une physique qui leur est propre. A chaque ennemi défoncé, celui-ci vole en petits cubes multicolores qui viennent s'étaler et tomber au sol, et lorsqu'il ne s'agit pas d'un, mais de 20 méchants qui explosent en même temps car on a balancé un missile bien vénère, le résultat est tout simplement magnifique. Les développeurs réussissent surtout la prouesse d'afficher énormément d'éléments à l'écran sans perdre aucunement le joueur : on garde le fil tout au long de la partie, et ça vaut mieux, car le titre semble plutôt difficile.
 

Tu vas sentir ta douleur

Si le concept n'est pas nouveau, la difficulté du jeu rappelle également nos bons vieux souvenirs. Plus on abat d'ennemis, et plus notre multiplicateur de score monte, un principe fondamental pour un jeu basé sur le scoring. Seulement, si l'on a le malheur de se faire toucher une seule fois, non seulement nous perdons une vie (et il n'y en a que 3 en mode normal, à priori), mais en plus tout retombe à zéro, ce qui a pour conséquence de plomber votre score. C'est d'autant plus difficile quand des dizaines de vaisseaux ennemis, de tourelles et de lasers vous frôlent de toutes parts, vous obligeant à garder un oeil sans cesse sur votre vaisseau tout en ayant la dextérité de viser et d'abattre les concurrents. On a vite fait d'oublier tout le monde présent pour se focaliser à 100 % sur le jeu, et c'est franchement addictif ! Seul bémol : le boss de fin était simplement surabusé, car increvable et demandant trop de ressources mentales. Sans doute n'étions nous pas assez bien équipés pour l'achever, et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé de nombreuses fois... Car oui, Resogun, quand on commence à y jouer, on a vite fait de vouloir y retourner !
 

Article rédigé par Naxi , le

Resogun est une sacrée bonne surpise. Shoot'em up beau, techniquement très performant et méga addictif même pour les non-puristes du genre, voici un titre indépendant qu'il faudra certainement acquérir à la sortie de la PS4.

A propos de l'auteur

Naxi

Naxi

22 ans | Chasseur de cool

Guinness, Bacardi et 9mm : âgé de 20 ans, Naxi est le testeur le plus jeune de l'équipe. Embauché dès l'âge de quinze piges dans la rédaction, il se débrouille pour écrire sur sa passion entre deux soirées alcoolisées où se mêlent Tekken buveur, basses acidulées et lancers de nains roux. Une vie étudiante ponctuée par son addiction à Devil May Cry et son goût des bonnes femmes qu'il tente désespérément d'approcher par sa "voix d'acteur porno". Drôle d'énergumène.

Contacter

Commentaires