Preview : Homefront : The Revolution

Homefront : The Revolution - PS4

Genre : FPS

Date de sortie : En 2016

Genre
FPS
Date de sortie
En 2016 - France
Développé par
Crytek Studios
Edité par
Deep Silver
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique

En 2011, Kaos Studio et THQ nous livraient Homefront, un FPS sur fond de conflit entre la Corée du Nord et les États-Unis. Se voulant original, le titre nous plaçait dans un contexte où la Corée avait gagné et envahi le territoire de son ennemi, mettant le joueur dans la peau d’un résistant. Mais manette en mains, le titre se révéla fort décevant, celui-ci nous proposant le même héros générique que tous ses congénères, en plus de souffrir de sérieux problèmes de finition. Au final, il fut reçu tièdement par les critiques lors de sa sortie. Cependant, cela ne l’a pas empêché d’avoir un certain succès auprès des joueurs. D’où le rachat de la licence par Deep Silver suite à la faillite de THQ, et la suite à venir.

Homefront : The Revolution, car tel est son nom, reprend les bases de son grand frère en les adaptant à la sauce multijoueurs. La bêta fermée du week-end dernier nous permettait de parcourir deux niveaux en mode coopération. Le premier se déroule dans un quartier en ruine de Philadelphie, et vous demandera d’éliminer des snipers. Dans le second, qui se déroule dans la même ville, vous devrez retenir les troupes coréennes, le temps que vos alliés évacuent l'une de leurs bases.
 
Le titre propose donc des missions scénarisées, même si elles ne le sont que sommairement. De toutes façon, les développeurs ont abandonné l'idée d'une histoire forte en laissant les joueurs libres de créer leur avatar comme bon leur semble. Cet éditeur de personnage nous a paru limité, d’un point de vue cosmétique en tous cas, mais il fait le boulot. Pour le reste, c’est vite plus intéressant, sans pour autant donner dans l’originalité. Vous pourrez en effet choisir une classe à votre personnage, lui octroyant une spécialité et l'arbre de compétences associé.
 
Vous serez donc amenés à engranger de l’expérience pour débloquer ces aptitudes, mais aussi de l’argent. Ces espèces sonnantes et trébuchantes vous permettront d’acheter des armes ainsi que divers accessoires pour les améliorer. Notez que ces armes pourront être partagées entre tous les personnages que vous aurez créés.
 
Homefront : The Revolution

Tu veux voir ma bêta ?


Une fois en jeu, le bilan est nettement moins bon. Visuellement déjà, le titre ne donne pas l’impression d’avoir été développé sur Xbox One, mais plutôt sur la génération précédente. Les modélisations sont sommaires et les textures, en plus de mettre un temps fou à s’afficher en début de partie, sont baveuses.
 
L’intelligence artificielle n’est pas non plus à l’honneur, vos ennemis n’étant pas franchement futés. Il y a encore du travail à ce niveau. Et d’ici la sortie du jeu, en mai prochain, difficile de croire que tout sera réglé. Et c’est bien dommage, car à côté de cela, le titre de Deep Silver propose quelques idées sympathiques, parmi lesquelles on retiendra un système de loot permettant à terme de crafter divers objets consommables, comme des cocktail molotov par exemple, ou encore l’intégration (hasardeuse) de mécaniques d’infiltration. De plus, le jeu a la présence d’esprit de limiter la quantité de munitions disponibles, nous obligeant à distribuer les pruneaux avec parcimonie.

Homefront : The Revolution

Article rédigé par pattoune , le

Je l’avoue sans honte, je fais partie de ceux qui ont été séduits par le premier Homefront, et cela malgré tous ses défauts. Et si ce deuxième volet propose des idées intéressantes, sa réalisation laisse encore trop à désirer pour qu’on puisse vous le conseiller en l’état. En effet, malgré de bonnes intentions, le titre n’est actuellement pas agréable à jouer, loin de là. Les équipes de Deep Silver ont encore du pain sur la planche.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires