Test : NieR Automata

NieR Automata - PS4

Genre : Action RPG

Date de sortie : 10 mars 2017

Genre
Action RPG
Date de sortie
10 mars 2017 - France
07 mars 2017 - USA
4ème trimestre 2015 - Japon
Développé par
Platinum Games
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PC, PS4
Parfois appelé
Nier 2
Modes de distribution
Boutique
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans

En 2010, Square Enix sortait NieR, un Action-RPG sympathique bien que loin d'être parfait, écrit par un certain Yoko Taro, connu pour avoir bossé sur la série des Drakengard. Il aura finalement fallu attendre sept ans avant de pouvoir replonger dans l'univers de cette licence via ce NieR Automata développé par PlatinumGames, là où le premier opus sortait du studio Cavia.

Test effectué à partir d'une version PS4

Avant toute chose, pas de panique : il est inutile d'avoir fait le premier NieR pour comprendre NieR Automata. Si des références sont certes de la partie, elles ne pénalisent en rien ceux qui sont passés à côté du titre à l'époque. Ce nouvel épisode, justement, se déroule dans le même univers, mais très loin dans le futur. Les aliens ont un jour attaqué la Terre via des machines robotisées. Dans l'espoir de survivre à ce génocide, les humains se sont réfugiés sur la Lune où ils ont fondé le groupe YoRHa, dont le but est d'envoyer des androïdes de combat sur Terre afin de tenter d'exterminer toutes les machines pour, à terme, retrouver une vie normale. Le scénario suit les aventures de l'une de ces androïdes, baptisée 2B, qui est envoyée sur le terrain en compagnie d'un autre combattant, 9S. Et... voilà. Nous allons nous abstenir d'en dire plus histoire de ne pas vous spoiler, le scénario de ce NieR Automata représentant un vrai gros morceau. Bien écrit et bien narré, il est particulièrement agréable à découvrir et renferme suffisamment de surprises pour tenir en haleine et obliger le joueur à ses poser des questions sur ses actions. Se prenant la plupart du temps au sérieux et proposant certains passages assez tragiques, il n'en oublie toutefois pas de détendre parfois l'atmosphère avec des passages un peu plus légers prêtant à sourire, voire même à rire carrément.

NieR Automata

I, Automata

Un fait qui est notamment du à la personnalité des deux personnages principaux, 2B et 9S. Bien qu'étant des androïdes, ils n'en oublient pas pour autant d'avoir de vrais caractères. Représentée comme la machine bête et méchante dont le seul but est de suivre ses missions à la lettre, 2B est au départ assez froide et n'hésite pas à rembarrer son collègue lorsqu'il s'enthousiasme un peu trop à son goût. 9S, un peu plus enfantin, s'émerveille d'un peu tout et exprime beaucoup plus ses émotions, même si c'est - dixit 2B - ''interdit''. Bref, un duo de personnalités qui mène parfois à des dialogues de sourds assez amusants. Certaines quêtes annexes sont également assez loufoques, même s'il serait dommage d'en parler ici, là encore pour ne pas spoiler. Sachez toutefois que ces missions secondaires sont extrêmement nombreuses, même si malheureusement assez peu variées : si les ''enrobages'' sont bel et bien différents, le fond consiste la plupart du temps à amener des objets à un destinataire ou tuer des ennemis bien spécifiques. On a déjà vu mieux, mais elles ont au moins le mérite d'ajouter toujours plus de contenu au background de ce NieR Automata, certaines quêtes annexes ayant un lien direct avec le scénario. Bref, vous l'aurez compris, même si le fond se montre répétitif, on ne peut s'empêcher de vouloir les faire afin d'en apprendre plus tant l'univers du titre de PlatinumGames se montre immersif.

NieR Automata

Et dans cet univers il y a des combats, beaucoup de combats. Comme son aîné, NieR Automata prend la forme d'un Action-RPG, même si les trente premières minutes du jeu pourraient laisser penser à un beat'em up mixé à un shoot'em up. Mais non, il n'en est rien : de nombreux éléments de RPG sont bel et bien présents. 2B gagne de l'expérience et donc des niveaux, ses armes peuvent être upgradées via des matériaux à ramasser un peu partout, elle peut s'améliorer elle-même grâce à des puces électroniques (rappelons que c'est un androïde) rajoutant différents bonus (afficher le niveau des ennemis, regagner un peu de vie à chaque coup, augmenter la barre de vie, etc) et qui remplacent les éternels arbres de compétences. Les affrontements se déroulent pour leur part en temps réel, directement sur la map, et font la part belle aux combos. L'héroïne peut ainsi s'équiper de deux armes, chacune attribuée à un bouton spécifique (carré et triangle), et le joueur peut switcher autant qu'il le désire entre les deux durant les combats. De différents types, ces armes sont assez variées pour plaire à tous les joueurs : il y a ainsi des armes légères faisant peu de dégâts, des plus lourdes enlevant bien plus de PV aux ennemis mais plus lentes, des à utiliser à distance, et ainsi de suite. Qui plus est, un POD accompagne en permanence 2B et sert aussi à attaquer à distance, sachant qu'il dispose d'une attaque ''basique'' mais aussi d'une compétence plus puissante qui nécessite un temps de recharge.

NieR Automata

Des robots et des hommes

Dans les faits, tous ces éléments, mêlés à une esquive ultra rapide, donnent lieu à des affrontements extrêmement jouissifs, nerveux et parfois même tactiques quand il s'agit de boss (mais nous y reviendrons tout de suite après). Malgré une caméra dynamique, NieR Automata, aussi en raison du fait que 9S combatte aux côtés de 2B, se montre malheureusement parfois assez illisible, à savoir lorsque de nombreux ennemis sont présents. Pas de quoi gâcher le plaisir toutefois, puisque quelques mouvements d'esquive suffisent à prendre un peu de recul. Bref, une fois encore, les développeurs de chez PlatinumGames montrent qu'ils savent de quoi ils parlent en matière d'action. Ils ont même inclus des phases à bord de méchas, appelés ici modules de vol. De quoi donner lieu à de courtes sessions de shoot'em up elles-aussi assez bien réussies. Quant aux combats contre les boss, ils se montrent encore plus intenses que tout le reste. Avec leurs patterns bien spécifiques il s'agit, ''à l'ancienne'', de d'abord les décrypter avant de passer à l'attaque. Profitant d'une mise en scène soignée, les affrontements contre les boss sont pour la plupart assez mémorables. Bref, là encore, du tout bon, à condition de bien maîtriser son personnage.

NieR Automata

Car NieR Automata, sans imposer une difficulté insurmontable (ni injuste), nécessite tout de même quelques skills. Si l'on n'y prend pas garde, il suffit de deux ou trois coups bien placés pour que 2B tombe au combat, d'autant plus qu'il n'est pas rare dans l'open world de tomber sur des adversaires dont le niveau est bien plus élevé que celui du joueur. Ce qui est d'ailleurs aussi vrai durant les quêtes annexes, qui n'indiquent malheureusement pas le niveau qu'il est nécessaire d'avoir pour tenter le coup. Bref, il s'agit donc de se montrer prudent, de manier l'esquive avec soin et de ne pas oublier d'emporter un bon paquet d'items de soin, la barre de vie de 2B ne se régénérant pas toute seule. D'autant plus que mourir risque d'être assez punitif si l'on n'y prend pas garde, et ce pour deux raisons. La première est que le corps du personnage reste sur place, et il s'agit d'aller le récupérer afin de ne pas perdre une partie de son inventaire, un peu comme ce que propose un Dark Souls. Si le joueur meurt une seconde fois avant de pouvoir récupérer le corps, c'est foutu, il perd tout. C'est moche. La seconde raison est que le soft de PlatinumGames ne propose pas de sauvegarde automatique. Au joueur de sauvegarder aussi souvent que possible, à condition qu'il soit à proximité de bornes spécifique qu'il faut au préalable activer. Ces bornes servent d'ailleurs aussi à lire les messages et, un peu plus tard dans l'aventure, à se téléporter.

NieR Automata

2B or not 2B ?

Ce qui n'est franchement pas du luxe, car l'univers de NieR Automata est relativement grand. Divisé en plusieurs zones bien distinctes et différentes les unes des autres, allant de la ville détruite au désert en passant par le parc d'attractions, le titre se montre assez long à parcourir lorsque la téléportation n'est pas encore activée. Et lorsque certaines quêtes FedEx demandent au joueur de se rendre dans une zone à l'opposé de là où il se trouve, autant dire que l'on est ravi de débloquer les voyages rapides... Même s'il faut alors se taper de longs temps de chargement. D'ailleurs, la réalisation globale du titre n'est pas parfaite. Bien que plutôt jolis de loin, les différents environnements sont malheureusement assez vides, même si cet élément est justifié par le scénario (pour rappel, les humains ont été obligés de fuir la Terre). Résultat, les endroits sont pour la plupart en ruine, la végétation a repris ses droits et, en dehors de petits regroupements d'ennemis, les seuls êtres vivants sur place sont des animaux qu'il est utile de chasser ou pêcher. Et, même dans ce cas, la diversité n'est pas vraiment de la partie... Sur le plan purement technique, la fluidité de l'action se fait malheureusement au détriment d'une résolution loin d'être parfaite, de textures pas toujours propres et autres joyeusetés du genre. D'un autre côté, ces quelques soucis de réalisation - qui sont, honnêtement, de simples gouttes d'eau dans un océan - sont rattrapés par tout un tas d'autres éléments.

NieR Automata

Les musiques, d'abord, qui sont tout simplement exceptionnelles (sérieusement, allez fissa écouter la B.O., elle est fantastique), mais aussi les doublages qui rajoutent encore un peu de charme à 2B et 9S, en tout cas dans leur version japonaise (il est aussi possible de choisir des voix anglaises, sachant que tous les textes sont disponibles en français). Les animations des visages des deux androïdes sont aussi très bien réalisées et, même si l'on ne voit pas leurs yeux (cachés par de gros bandeaux noirs), on arrive pourtant très bien à discerner leurs émotions. Enfin, il y a eu un vrai gros travail sur la mise en scène. Cela se constate notamment par les nombreux mouvements de la caméra, qui fait parfois basculer l'action de NieR Automata en scrolling horizontal ou qui se place au dessus des personnages, façon ''vue du ciel''. Des éléments qui jouent d'ailleurs aussi sur les affrontements. Enfin, les gros changements de couleurs entre différentes scènes participent également à donner ce petit truc en plus au titre de PlatinumGames. Par exemple, l'écran devient noir et blanc lorsque les androïdes se rendent sur la base lunaire, et les couleurs reprennent vie dès que les héros retournent sur Terre. Bref, de quoi faire oublier les quelques faiblesses techniques et donner toujours plus de profondeur au titre...

Article rédigé par Shauni Chan , le

Assurément, NieR Automata est l'un des jeux à posséder cette année sur PlayStation 4. Avec son histoire prenante et bien racontée, son héroïne attachante, son univers profond et travaillé, ses musiques exceptionnelles, ses nombreuses quêtes annexes et son système de combat particulièrement nerveux et jouissif, il se pose en tant que grand Action-RPG. Reste toutefois une réalisation pas toujours parfaite, avec des textures un peu grossières, des environnements vides et des temps de chargement longuets lorsque l'on se téléporte... Des défauts compensés par une fluidité à toute épreuve et une mise en scène soignée. Bref, laissez vous entraîner dans les aventures de 2B, vous ne le regretterez pas.

Points positifs

  • Une histoire intéressante et bien écrite
  • Une héroïne attachante
  • Une B.O. exceptionnelle
  • Système de combat nerveux et jouissif
  • Une mise en scène et un background travaillés
  • Fluide à tous moments

Points négatifs

  • Des temps de chargement longuets lorsque l'on se téléporte
  • Des quêtes annexes dont le fond est assez répétitif (transporter des objets, tuer des ennemis...)
  • Visuellement pas foufou

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires