Test : Gravity Rush 2

Gravity Rush 2 - PS4

Genre : Aventure Gravitationnelle

Date de sortie : 18 janvier 2017

Genre
Aventure Gravitationnelle
Date de sortie
18 janvier 2017 - France
Développé par
SCE Japan Studio
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS4, PSVita
Parfois appelé
Gravity Daze 2
Modes de distribution
Boutique
PlayStation Network

Il est des jeux qui marquent une console. Sorti à l'époque sur PS Vita (et depuis sur PS4), Gravity Rush fait partie de ceux-là. La licence toute neuve de Japan Studio exploite ainsi toutes les capacités de la machine et ses indéniables qualités le rendent quasiment obligatoire dans toutes les ludothèques des possesseurs de PS Vita. Alors est-ce que sa suite, uniquement disponible sur PS4, est-elle du même calibre ?

Test effectué à partir d'une version PS4

Gravity Rush 2 prend place quasiment immédiatement après la fin du premier opus. Kat, prise dans une tempête gravitationnelle, a été éloignée de Hekseville. Pire, elle a perdu son chat, Poussière, qui est en fait la source de ses pouvoirs. Ne pouvant plus utiliser la gravité pour se déplacer, la jeune femme doit donc effectuer un travail ''classique'' afin de gagner sa croûte. Ayant atterri dans un convoi de mineurs, elle a donc logiquement enfilé la tenue réglementaire pour aller chercher du minerai. Heureusement, elle retrouve bien rapidement Poussière et, ses pouvoirs récupérés, elle peut donc se rendre dans la grande ville, Jirga Para Lhao, où l'attend d'ailleurs également Raven. Assez long à se mettre en place et souffrant aussi parfois de quelques longueurs, le scénario est tout de même assez intéressant à suivre, d'autant plus qu'il aborde des sujets qui amènent à réfléchir. Il est ainsi question de cassure sociale - les riches habitant dans les cimes là où ''la plèbe'' doit vivre sous les nuages, dans la pollution - ou encore d'une armée agissant à la solde des plus grands et n'hésitant pas à s'attaquer à la populace. Bref, des sujets plus sérieux que ne le laisse croire la direction artistique, bien plus légère.

Gravity Rush 2

Reine de la gravité

Car comme dans le premier épisode, ce Gravity Rush 2 propose une esthétique mignonne et colorée, avec un scénario et des dialogues (français intégral) progressant sous la forme d'une bande-dessinée. Si cela permet certes de faire des économies, ce système permet aussi d'instaurer au titre un style bien particulier, plein de charme et fonctionnant très bien. L'ambiance sonore générale rajoute également un petit plus à l'ensemble, avec des personnages parlant une langue inventée ressemblant à du yaourt et des musiques d'ambiance collant à chaque fois à merveille avec le quartier dans lequel se trouve Kat. En revanche, tout n'est pas techniquement tout rose dans ce nouvel opus, puisqu'il n'est pas rare d'assister à de vilains bugs de collision, de pester contre une caméra qui devient parfois un peu trop folle - surtout dans les endroits exigus - ou encore contre un manque de précision dans la maniabilité. De ce côté-là, les défauts sont les mêmes que ceux déjà présents dans le premier épisode, à savoir des glissades relativement insupportables, une lisibilité pas toujours optimale ou encore des coups de pieds qui passent à côté de leur cible. Les combats représentant une part importante du jeu, notamment contre les Névis, il est ainsi assez difficile de garder son calme bien longtemps...

Gravity Rush 2

Le gameplay, justement, parlons-en. De prime abord, il serait assez facile de dire que les développeurs ne se sont pas trop foulés puisque tout semble identique à Gravity Rush premier du nom. Les premiers chapitres mettent en place les pouvoirs de Kat, histoire que les néophytes puissent apprendre à maîtriser le système de gravité et que les fans puissent se faire une petite piqûre de rappel. Il est ainsi toujours question de pouvoir voler et faire voler des objets, de marcher sur les murs ou tête en bas, et de filer dans les airs en combattant ou non, le tout en faisant attention à ce que la jauge dédiée ne se vide pas, au risque de tomber dans le vide. Mais une fois la chose mise en place, la nouveauté arrive : en dehors de quelques enchainements supplémentaires et / ou plus longs, Gravity Rush 2 dispose de deux nouveaux styles de gravité : Lune et Jupiter. La gravité lunaire rend Kat plus légère et donc plus rapide, lui permet de faire des sauts plus hauts, de filer comme une fusée et se montre bien plus efficace pour les combats aériens. Quant au mode Jupiter, il rend la jeune femme à l'inverse plus lourde, ce qui peut par exemple être utilisé pour infliger de gros dégâts de zone en chargeant une attaque. Là encore, l'apprentissage se fait tout en douceur et il est particulièrement agréable d'alterner entre chaque mode afin de pouvoir faire face à toutes les éventualités, même si la maniabilité n'est pas toujours égale entre l'un ou l'autre. Sachant que Raven a un rôle important dans le scénario et se trouve souvent aux côtés de Kat, c'est aussi un réel plaisir de voir les deux jeunes femmes effectuer leurs ballets aériens pour venir à bout des ennemis.

Gravity Rush 2

Toujours plus haut

Comme dans le premier opus, les capacités de Kat peuvent être améliorées, histoire de renforcer ses pouvoirs ou encore de rendre les affrontements toujours plus nerveux. Le joueur doit ainsi chercher aux quatre coins de la ville des gemmes (souvent placés, comme dans l'épisode PS Vita, sur les toits ou sous les îles) qui peuvent, une fois un certain nombre atteint, être attribués dans une sorte d'arbre des compétences. Il est ainsi possible de débloquer des enchaînements plus longs ou encore de permettre à la jauge de gravité de se vider moins vide. Petite nouveauté, il est aussi question de talismans à équiper afin de s'octroyer des bonus passifs ou actifs. Rien de bien innovant certes, mais un petit plus agréable, d'autant plus qu'il permet de customiser toujours plus l'héroïne - qui peut d'ailleurs aussi modifier ses vêtements, de nombreuses tenues étant déblocables. De quoi donner toujours plus envie de visiter la superbe ville de Jirga Para Lhao : immense, elle est composée en plusieurs quartiers aux caractéristiques variées (la pollution des bas fonds, les toits colorés façon Amérique du Sud, les cahutes reliées entre elles par des ponts de bois dans la petite communauté de mineurs, etc), et profite d'une construction forcément verticale, poussant le joueur à user et abuser des pouvoirs de Kat. Un fait qui se ressent aussi dans les multiples quêtes et missions disponibles, pouvant prendre la forme de courses, d'interactions avec les habitants ou encore d'infiltration. Bref, le joueur n'a pas le temps de s'ennuyer, et ce même si toutes ces missions ne sont pas forcément de qualité égale.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Tout aussi mignon que son aîné, Gravity Rush 2 se pose en bon titre à posséder sur PlayStation 4. Reprenant toutes les mécaniques de gameplay de l'épisode PS Vita, cette suite approfondit encore la chose en rajoutant deux nouveaux modes de gravité (Lune et Jupiter) ou encore des talismans venant customiser Kat. Prenant place dans une grande ville agréable à parcourir, l'aventure propose qui plus est de nombreuses missions et quêtes variées (courses, photos, infiltration...), ainsi qu'un scénario qui se laisse suivre, malgré quelques faiblesses. Certains problèmes hérités du premier opus sont malheureusement toujours de la partie, avec une caméra parfois aux fraises, une lisibilité pas toujours top (les combats étant ultra dynamiques) ou encore une maniabilité pouvant manquer parfois de précision. Dommage, on aurait pu espérer que de passer de la PS Vita à la PS4 aurait permis de corriger ce souci...

Points positifs

  • La grande ville de Jirga Para Lhao, immense et agréable à parcourir
  • Des missions et quêtes variées
  • Visuellement toujours aussi charmant
  • Les deux nouveaux modes de gravité
  • Les combats, toujours aussi dynamiques

Points négatifs

  • Une caméra pas toujours optimale
  • Quelques longueurs dans le scénario
  • Une maniabilité souffrant toujours de quelques imprécisions
  • Des bugs de collision
  • Une qualité variable au niveau des missions et quêtes

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires