Preview : NBA 2K18

NBA 2K18 - PS4

Genre : Simulation de ballon orange

Date de sortie : 19 septembre 2017

Genre
Simulation de ballon orange
Date de sortie
19 septembre 2017 - France
19 septembre 2017 - USA
Développé par
Visual Concepts
Edité par
2K Sports
Disponible sur
PC, PS3, PS4, Nintendo Switch, Xbox 360, Xbox One
Parfois appelé
NBA 2K
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Meilleure simulation sportive d’année en année et briseur de carrière à l’instar du Duc de Boulogne (coucou NBA Live), NBA 2K, c’est toujours LA certitude de la rentrée. Celle d’oublier l’espace-temps pour ne faire plus qu’un avec les parquets, en quête de VC par milliers et dernières Kobe aux pieds. Cette semaine on a donc pu tripoter l’opus 18 dans l’avenue la plus américaine de Paris, et cerise sur le ballon, la version Nintendo Switch était aussi présente. De quoi finir de foutre nos vies en l’air.

San Andreas Basketball Association

Si avoir son NBA 2K18 de poche a l’air tout bonnement fantastique, que dire des versions classiques. Les équipes de Visual Concepts ont prévu du lourd pour cette année, et c’est le mode MyCareer qui fait peau neuve avec d’énormes promesses. Désormais, c’est « The Neighborhood » (ou « le quartier », dans la langue de Molière) qu’il faudra se mettre dans la poche. Genre de monde ouvert miniature et communautaire, il est possible d’y errer librement, ainsi que de prendre part aux divers services qu’il propose. Le Barbershop de Doc’ est là pour vous offrir la coupe de vos rêves, tandis que Foot Locker vous laisse tranquillement farfouiller parmi plus de 2000 paires de pompes. La réplique exacte du NBA Store de Manhattan est aussi présente (!) avec 1800 articles pour être au top de la mode, en plus d'avoir la possibilité de customiser son propre t-shirt, qui, s’il rencontre le succès auprès de la communauté, sera ensuite vendu dans le magasin virtuel. On peut même parier sur les matchs avec les copains dans la 2K Zone. Clairement sur la route du social, on espère juste que les serveurs de ce NBA 2K18 tiendront le choc, parce que le potentiel de ce MyCareer nouveau est fou. 


Bien évidement aussi de la partie, les playgrounds amènent leur lot de festivités comme le 3 vs 3, le 1 vs 1 (qui permettra d’établir le « king of the court ») ou encore les concours de dunks, pour ne citer qu’eux. Mini-jeux, vélibs et planches à roulettes font le folklore de ce neighborhood qui veut également unifier la progression, puisque les modes MyCareer, Park et Pro-Am partagent le même cercle. Du « level up » à la carte, en somme. A savoir que la création de son futur MVP permet cette année de lui attribuer deux archétypes au lieu d’un seul, et les badges accessibles sont dévoilés d’entrée. Il était temps.

Suffisant pour abandonner femme et enfants

Chaque année à la même période, le fan de la franchise le sait. Winter is coming. Véritable titre chronophage, NBA 2K augmente encore une fois son offre et gonfle ses biscottos. Nouvelles équipes historiques à jouer (17 viennent s’ajouter pour porter le total à 62), modes MyGM et MyLeague qui incorporent des éléments narratifs (avec cinématiques et choix de réponses dans les dialogues) ainsi que la NBA G-League, MyTeam qui n’oublie pas les coachs désormais au centre du jeu (à la manière d’un Fifa Ultimate Team, il faudra avoir un effectif qui correspond à la physionomie de l’entraineur), les graphismes sont à la hausse et les visages et carrures sont complètement revus, bref, c’est bien plus qu’une mise à jour que nous sert Visual Concepts. Surtout que le gameplay en lui-même donne la banane. Plus fluide, plus « smooth », les errements du 2K17 semblent loin. L’intelligence artificielle s’adapte bien mieux aux différentes situations et les joutes sont très lisibles, en plus de proposer une bonne gestion des espaces. On aime aussi le fait que les joueurs soient moins bloqués dans leurs animations, en attaque comme en défense, ce qui fait énormément de bien manette en mains, tout comme la nouvelle jauge de tir, idéalement située à côté du ballon lors des tirs. Mais tout ça, vous le savez sûrement puisque depuis hier il est d’ores et déjà possible de s’essayer au jeu via sa démo « The Prelude », qui permet de faire ses premiers pas dans le mode MyCareer. 


Non, là où NBA 2K18 surprend vraiment, c’est sur la petite dernière de Nintendo, à savoir la Switch. Portage identique de la version console (prenez note, EA), le jeu bluffe dès les premiers instants. Si on est loin de la claque graphique habituelle que nous collent les versions PS4 et Xbox One, le jeu s’en sort fichtrement bien, avec des modèles de joueurs proprets et plusieurs artifices qui font le taff (reflets sur le parquet, animations des joueurs sur le banc, le public est entièrement en 3D, etc.) en plus d’être agréable à jouer. Tout le gameplay de 2K est là, et si dans les premiers instants on remarque une certaine inertie dans les déplacements des joueurs, on s’y fait toutefois très vite avant d'enchaîner les paniers. Le feeling du « jumpshot » avec le stick droit est nickel, et aucune chute de framerate n'est à signaler, si ce n'est une rare lors de la séquence du "pre-show". Visiblement cadencé à 30 fps et en 720p en mode portable, on espère un petit boost des performances une fois la console sur son dock, mais pour le savoir, il faudra attendre la semaine prochaine. Prévoyez toutefois une Micro SD si un achat day one est d'actualité, le titre étant d'abord prévu au format digital (poids estimé à 25 Go, sans compter les futures mises à jour). 

Article rédigé par JohnM , le

Programmé pour le 15 septembre sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch (en digital seulement, la version physique arrive le 17 octobre), NBA 2K18 file une nouvelle fois vers gloire et fortune, à la surprise de personne. Cependant, on reste un poil sur la défensive quant au nouveau mode carrière, dont le succès dépendra très grandement de la performance des serveurs de 2K. Le code réseau aurait été réécrit pour l’occasion, mais comme dit le dicton : wait and see. A part ça, vous pouvez déjà commencer à dire adieu à votre vie sociale.

A propos de l'auteur

JohnM

JohnM

28 ans | Quota pioupiou

Grailleur de pépitos et de JRPG, en gros. Sinon je tweet, vu que personne dans l'équipe ne semble savoir comment fonctionne l'internet. Je vous ai parlé de Rocket League ?

Contacter

Commentaires