Test : Dissidia: Final Fantasy

Dissidia: Final Fantasy - PSP

Genre : Baston

Date de sortie : 31 octobre 2008

Genre
Baston
Date de sortie
31 octobre 2008 - France
Développé par
Square Enix
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PSP
Site officiel
Site officiel

Tout joueur qui se respecte connait la série des Final Fantasy. Médiatisée en Europe à partir de 1997, année de sortie du 7ème opus, cette série de RPGs fait toujours parler d’elle après plus de 20 ans d’existence. Seul petit détail qui change un peu la donne, aujourd’hui, les développeurs de Square Enix ne sont pas revenus avec un RPG sur console portable, non c’est un jeu de combat que la firme nippone nous propose. Voyons comment ils auront réussi à faire leur compte pour séduire tout le monde.

 
 
Dissidia Final Fantasy est bel et bien un jeu de combats, mais pas que. Mélange de baston et de RPG, c’est un très bel amalgame que les développeurs de Square Enix nous ont pondu ici. Evidemment, il a fallu faire des choix pour savoir quelles facettes des épisodes déjà existants implanter dans le jeu pour garder le cœur des fans, et quelles nouveautés il fallait ajouter pour réussir à convaincre un nouveau public. Alors, ont-ils réussi à trouver un équilibre suffisant pour ne décevoir personne ? La réponse tout de suite.
 

Un casting aux petits oignons

Des héros en veux-tu en voilà, tu préfères les grands méchants, c’est pas grave, il y a tout ce qu’il te faut. Faites votre choix, c’est la foire aux personnages principaux. Et quand je dis foire, ce n’est pas un mot à prendre à la légère. Le seul jeu de baston qui peut rivaliser avec Dissidia Final Fantasy en terme de personnages principaux est Sunday vs Magazine, malheureusement celui-ci n’est pas sorti en France et ne risque pas de pointer le bout de son nez de si tôt. Entre Cloud, Squall, Cecil, Tidus, Kefka, Sephiroth et tous les autres, chacun à de quoi trouver son compte et le personnage qui lui correspond le mieux. En plus de nous offrir la possibilité de nous mettre sur la gueule avec tous les personnages de la série, enfin tous, seuls les héros sont jouables en mode « Narration », ce qui correspond au mode scénario.
 
 
Les grands méchants sont jouables en mode Arcade, et je peux vous assurer que ça fait un bien fou que de pouvoir en mettre plein la tronche à certains personnages avec la lame de Sephiroth, par exemple. Nos amis de chez Square Enix ont donc décidé de nous faire réfléchir pendant que l’on se mettait sur la gueule. En effet, les combats ne se résument pas à deux boutons et des quarts de tours pour les boules de feu. Non non, loin de là mon ami. Ici, on parle d’attaques, d’esquives, de courses, de compteurs de points de dégâts, de syncopes (break) et de tout un côté stratégique qui n’est pas présent dans les autres jeux. Tout ça pour que l’on prenne notre pied comme jamais.
 

Croix, Croix, Carré, Rond, Triangle

Côté technique, il est vrai qu’un petit temps d’adaptation est nécessaire pour comprendre toutes les subtilités du jeu. Le système de combat a été pensé de telle sorte qu’il ne ressemble à absolument rien de ce qui peut se voir sur le marché actuel. En 3D, dans des aires de combats vastes, mais surtout avec un système d’attaques, de concentration et de défense très réfléchi. Au bout de quelques combats, vous aurez tout pris en main car vous aurez pris le temps de lire les explications disponibles dans les temps de chargements. Avant ça, vous vous serez plusieurs fois cassé les dents en essayant de donner des coups, de lancer des attaques spéciales, de comprendre à quoi sert le compteur placé au dessus de votre barre de vie, etc.
 
 
Tiens donc, un compteur ?! Et oui, et pas n’importe lequel. Celui-ci est placé au dessus de votre barre de vie et définit la puissance de vos coups. C’est pour cela que les attaques sont divisées en deux temps. Le premier vous laisse faire grimper votre capital points grâce à certains coups qui n’infligent pas de dégâts à votre adversaire. La deuxième partie consiste justement à faire descendre la barre de vie de votre adversaire. Pour ce faire, vous devrez utiliser un autre type d’attaque. Cependant, les enchainements sont relativement simples à réaliser, le plus dur reste à trouver le timing pour esquiver les attaques de chaque adversaire. Dans tout ça, ce que l’on pourrait reprocher à ce Dissidia Final Fantasy est le manque de diversité dans les attaques, les combos etc. Heureusement que chaque personnage dispose d’un style de combat propre, ce qui permet de pallier la lassitude. En plus de ça, le fait d’avoir un personnage préféré est très appréciable.
 

Bon, tu fais deux pas sur la gauche, sept en arrière et tu tournes trois fois sur toi-même et… Bingo !

C’est bien beau tout ça, mais les développeurs de SquareEnix ne se sont pas cassés le cul à faire tout un système de jeu archi complet pour qu’on ne parle que des phases de combat. Non non ! Le plaisir que Dissidia procure vient également de la stratégie qu’il nous faut mettre en place avant et après chaque combat. L’avancée dans le jeu se fait sur des plateaux quadrillés. Au départ de chaque plateau, un certain nombre de points d’actions vous est attribué, à vous de faire en sorte de ne pas dépasser ce capital sous peine d’être pénalisé une fois le plateau fini lorsqu’il s’agira de récupérer de l’expérience et des bonus. Et oui, impossible de faire un jeu titré Final Fantasy sans y insérer un côté RPG.
 
 
Evolution de personnage, de technique, d’équipement, achat d’armes, d’armures, d’objets magiques, tout y passe. C’est très complet et surtout c’est efficace pour chaque personnage. Vous ne retrouverez pas les mêmes équipements sur deux personnages. C’est très bien pensé, comme d’habitude. Enfin, pour finir, sachez qu’il y a également un mode multijoueur en multi consoles ou bien via le net qui est proposé mais qui, à l’heure actuelle (ouais, à 09h51) est plutôt vide (du moins les serveurs européens). Plein de bonus tels que de nouvelles tenues sont également déblocables pour tous les personnages grâce à une boutique présente dans le menu principal.
 

Article rédigé par Neji , le

Histoire de vous laisser tranquille, sachez que Dissidia Final Fantasy est un vrai petit bijou pour tous les fans de jeux qui n’ont pas de genre. C’est un beau mélange entre RPG, stratégie, combat et délire sensoriel. Que vous soyez accros à Final Fantasy ou bien juste un joueur curieux, vous trouverez votre compte dans ce jeu complet, beau, qui ravira autant vos mirettes que vos esgourdes. Le jeu est disponible, n’hésitez plus un instant.

Points positifs

  • Un univers très bien retranscrit
  • Une bande-son a tomber
  • Un système de combats innovant
  • Une palette de personnages très large

Points négatifs

  • Un petit manque de diversité dans les techniques de combats
  • Peut-être trop compliqué pour les néophytes
  • Quelques soucis avec le mode multijoueur

Commentaires