Test : Kingdom Hearts : Birth by Sleep

Kingdom Hearts : Birth by Sleep - PSP

Genre : Action/RPG

Date de sortie : 10 septembre 2010

Genre
Action/RPG
Date de sortie
10 septembre 2010 - France
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PSP

Bien qu’ayant une image de petite dernière fraîchement sortie de l’œuf, la saga Kingdom Hearts n’est désormais plus toute jeune. De mon grand âge, avec tout le recul et les années d’expériences que j’ai acquis, je m’en vais vous révéler la recette de la potion de jouvence qui permet à Kingdom Hearts : Birth by Sleep de paraître aussi puér… subtile qu’au premier jour. Si le tout premier épisode arborait fièrement ses couleurs vives, il en est autrement aujourd’hui. Bienvenue dans un monde un peu plus mature, mais qui reste malgré tout un univers Disney contre vents et marrées.

 
 
Avant de nous lancer dans Kingdom Hearts : Birth by Sleep, faisons un petit rappel des événements passés. Kingdom Hearts premier du nom est sorti en 2002 sur Playstation 2. Il n’en fallait pas moins pour déchaîner les fans de Square Enix. Une partie des joueurs était fans du cross over entre Final Fantasy et Disney, une autre partie était complètement rebutée par ce mélange improbable. Au final, Kingdom Hearts a réussi à trouver son public et a même réussi à s’offrir un deuxième épisode sur Playstation 2 ainsi que des opus intermédiaires sur GameBoy Advance (oula, ça nous rajeunit pas tout ça) et DS. Après le Kingdom Hearts 2, la licence était restée calmement dans son coin, à se faire attendre auprès de son public, pour ressortir 4 années plus tard sur PSP. Nous voilà dans Kingdom Hearts : Birth by Sleep, aux commandes de trois personnages qui partent à l’aventure pour tenter de rétablir l’équilibre des mondes de Disney qui viennent de se faire envahir par des forces obscures, les Nescients.
 

Il était une fois…

Nous voici donc dans ce nouvel opus. On retrouve un personnage qui ressemble à s’y méprendre à Sora, héros des précédents épisodes, mais qui s’appelle Ventus. Il est accompagné par ses deux amis Aqua et Terra (ndlr : ils se sont défoncés sur les noms). C'est ici qu’on se rend compte de l’avancée qu’il y a eu dans le monde des Keyblades et de Disney. Aujourd’hui, plus question de se demander « oh, mais cette personne a une Keyblade, comment a-t-elle fait pour l’avoir, qui est-elle ? ». Non, désormais, les Keyblades, des épées en forme de clé qui octroient à leur porteur des pouvoirs très spéciaux, sont reconnues comme véritable symbole et servent à protéger l’équilibre des différents mondes. C’est pourquoi, lorsque l’histoire commence à battre de l’aile, c’est à vous qu’on demande, ou presque, d’aller voir ce qu’il se passe pour tenter de remettre de l’ordre.
 
 
Seulement, personne ne vous impose une voie précise, du moins pas vraiment. Ici, vous avez le choix de jouer l’histoire avec le personnage que vous voulez parmi les trois amis. Si dans les premiers épisodes vous pouviez choisir votre type de jeu entre attaque, défense et magie, ici ce choix est représenté par les héros. C’est d’autant plus poussé que chacun d’entre eux vous fera jouer l’aventure depuis son propre point de vue. Ceci implique que pour avoir une vision globale de ce qu’il s’est passé avant que vous ne sauviez le monde, il vous faudra finir le jeu trois fois. Mais rassurez-vous, pas moyen de se lasser puisque selon le héros que vous jouerez, vous ne rencontrerez pas les mêmes personnages, ce qui a le pouvoir de renouveler l’intérêt qu’on porte au jeu.
 

PV : 10 MP : 6 LD : 13

Bien que vous alliez vivre des aventures différentes en fonction du personnage que vous avez choisi, vous resterez toujours en contact, d’une certaine façon, avec vos amis. Ce contact, ou plutôt ce lien, est appelé Lien-D. Il vous permet à tout moment, d’acquérir les techniques de combat de quelqu’un d’autre. Que ce soit l’un des trois héros ou d’une personne que vous rencontrez sur votre chemin, chacun dispose d’un style de combat différent et de techniques particulières. Si votre jauge est remplie, vous pouvez alors décider d’adapter votre style en empruntant celui de quelqu’un d’autre pour pouvoir affronter vos ennemis dans les meilleures conditions.
 
 
Mais ceci n’est qu’une partie du système de combat. Si l’exploration est restée relativement la même par rapport aux précédents jeux, le système de combat a été revu et surtout bien adapté à la PSP. Vous vous déplacez avec le stick analogique et choisissez vos techniques avec la croix directionnelle. Les boutons L et R servent toujours à locker une cible et le reste se partage les attaques, la magie, les glissades et les techniques spéciales. C’est donc un système dynamique qui rappelle un petit peu celui de Final Fantasy XIII avec des temps de rechargement avant de pouvoir relancer des attaques spéciales. Heureusement, tous les combats ne nécessitent pas d’arènes et se jouent directement dans le monde que vous parcourez. Les arènes sont réservées aux boss.
 

I’m Big Boss

Si les ennemis que vous croiserez dans les niveaux ne sont généralement pas plus méchants qu’un moustique en région parisienne, les boss quant à eux vous donneront souvent plus de fil à retordre. Du gros Nescient au « bad guy » issu du monde de Disney, vous devrez affronter différents types d’ennemis. Certains vous demanderont d’attaquer sans cesse, d’autres ne vous laisseront pas le choix et vous obligeront à rester sur la défensive pendant tout le combat. Les contre-attaques sont relativement puissantes, ça peut beaucoup servir. Cependant, il ne tient qu’à vous de trouver le style de combat qui correspond le mieux à chaque ennemi et de l’inculquer à votre personnage. C’est un point important dans le jeu. Plus vous vous battrez, plus le système reconnaîtra votre façon de jouer et vous attribuera un style par défaut en fonction du type d’attaque que vous utilisez. Libre à vous de le changer par la suite et de l’adapter aux boss que vous allez combattre. Chacun mérite une attention particulière.
 

Il me reste 3 pommes et 6 nains

Enfin, concernant l’histoire, si vous vous lancez dans Kingdom Hearts : Birth by Sleep, il est conseillé de jouer le jeu à fond et donc de refaire l’histoire avec les trois personnages. Les trois scénariii se complètent véritablement et même si vous vous dites que l’histoire est un peu bidon une fois finie avec un premier personnage, vous changerez rapidement d’avis une fois débutée avec un second. Vous rencontrerez différents protagonistes du monde de Disney ou de Square Enix (ndlr : j’ai kiffé me battre contre Zack de Crisis Core : Final Fantasy) qui vous apporteront des éléments que vous n’aurez pas avec tous les personnages. Votre évolution dans les mondes n’est pas la même non plus. Si, avec Terra, votre première rencontre sera Maléfice dans le monde de Cendrillon, avec Ventus vous deviendrez rapidement ami avec Jaq (la sourie de Cendrillon).
 
 
Au fur et à mesure que vous avancerez, vous devrez également remplir différentes missions qui aideront les habitants des mondes que vous visiterez. Ca peut aller du mini-jeu au véritable défi, et vous servira de monnaie d’échange pour leur demander de l’aide pour votre, ou plutôt vos, quête. A vous les récompenses, les évolutions, les pouvoirs, les nouvelles Keyblades et surtout à vous tous les bonus qui vous permettront de roxxer tout le monde en mode multijoueur. Et oui les amis, on est en 2010 et il est désormais impossible de sortir un jeu digne de ce nom sans y intégrer un mode multijoueur. Celui-ci vous permettra d’affronter des adversaires en combat singulier ou dans des mini-jeux. Malheureusement, les joueurs online sur PSP manquent cruellement ce qui ne rend pas la tâche facile. Il est donc conseillé de trouver un pote qui a une PSP et un exemplaire de Kingdom Hearts : Birth by Sleep et de le défier pour être certain d’avoir un adversaire.
 

Article rédigé par Neji , le

Kingdom Hearts : Birth by Sleep est un fidèle successeur de la saga Kingdom Heats. Il respecte les principes instaurés au tout début en mélangeant de façon fluide et efficace les mondes et personnages de Square Enix et Disney. On sent que l’univers de Kingdom Hearts a tout de même bien évolué. On se retrouve dans un jeu (un peu) plus mature, avec un scénario bien travaillé et un système de combat plus poussé. Il n’en fallait pas moins pour nous faire apprécier ce titre comme il se doit et donc, vous le recommander pour les fêtes de fin d’année. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Points positifs

  • Un univers enchanteur qu'on adore tous (j'ai dit !)
  • Un système de combat bien travaillé
  • Trois aventures pour un seul jeu, c'est top

Points négatifs

  • Les temps de chargement sont HALLUCINANTS !
  • Le risque de ne finir le jeu qu'avec un seul perso
  • Les temps de chargement, vraiment

Commentaires