Test : Tekken 6

Tekken 6 - PSP

Genre : Combat

Date de sortie : 04 décembre 2009

Tekken, l’un des plus gros jeux de baston, que l’on connait sur nos différents supports, débarque pour la seconde fois sur la petite portable de Sony. Et le chemin n’est pas simple quand on voit la réussite que fut le précédent opus PSP, Tekken Dark Resurrection. De plus, les fans n’ont jamais autant craché sur un des titres de la série, avant même qu’il sorte. L’arrivée de Tekken6 sur Xbox 360 y est-elle pour quelque chose ?

 
 
Tekken 6 fit sa première apparition, dans bornes d’arcade nippones, en 2007. Les premiers retours d’expérience de jeu ont donné l’occasion à Bandai Namco Games de développer une nouvelle version en 2008, nommée “Bloodline Rebellion“. Celle-ci améliorant le gameplay et ajoutant deux nouveaux personnages : Lars Alexandersson et Alisa Boskonovitch, qui mériterait tout un paragraphe à elle seule. Fin octobre 2009, débarque chez nous la version salon, PS3 et Xbox 360, d’un jeu qui en scotchera plus d’un dans son canapé et plus d’un mois passa avant de pouvoir l’emporter dans sa poche.
 

King of the Iron Fist Tournament 6

Une histoire dans un jeu de baston, ça vous a toujours fait rire ? Eh pourtant il en faut une par principe. Jin Kazama ayant reprit la tête de la Mishima Zaibatsu après avoir écrasé un Jinpachi un peu rouillé, se retrouve face à la G-Corporation de Kazuya. Quoi de mieux que d’organiser un petit tournoi sympatoche entre amis pour régler les problèmes ? Et voilà que 40 combattants sont présents, dont 4 ajoutés pour Tekken 6 en arcade et 2 autres lors du passage à Bloodline Rebellion. De plus, deux super boss complètent l’effectif, un super robot méchanique quasi indestructible et le boss de fin qu’il vous faudra battre pour terminer l’histoire, Azazel, un gros monstre de quatre mètres de haut. Dans les nouveaux personnages, vous trouverez Zafina au style de combat approximatif, le loup solitaire hispanique Miguel qui vient se venger de la mort de sa sœur causée par la Mishima Zaibatsu, l’androgyne Léo qui traque Kazuya qu’il accuse d’avoir tué sa mère et Bob, maître des arts martiaux devenu volontairement obèse pour être plus efficace au combat (oui c’est étrange !!). Ensuite furent rajoutés Lars Alexandersson, fils caché d’Heihachi himself et la troublante androïde Alisa Boskonovitch qui divise les communautés de fans, tellement son style de combat est à la fois étrange et puissant. Pour les autres ? Ils veulent se faire un nom, ou se faire du fric, ou prendre leur revanche sur un de leurs opposants, et parfois c’est pour ces trois raisons mélangées. Mais une chose est sûre, ils sont tous là pour gagner le King of the Iron Fist Tournament 6.
 

C’est pas moche la baston

Même s’il est vrai que dans le mode histoire, la caméra est vraiment mal placée et qu’il en devient difficile de gérer votre personnage à certains moments, Tekken 6 est magnifiquement réalisé et impressionnant tant les déplacements des combattants sont fluides, les impacts des différents coups sont splendides et les effets visuels donnent vraiment envie de continuer à tapoter sur votre PSP. Pour ce qui est des arènes, devenues destructibles, certaines sont plaisantes avec quelques effets mais pour les autres, c’est franchement décevant. Le portage des consoles de salon vers la PSP fait forcément perdre un peu de qualité et le patron de la saga Katsuhiro Harada a expliqué que la version portable comportait quatre fois moins d’étapes d’animation que sur les consoles de salon. Mais finalement, on ne remarque quasiment pas cette perte de qualité, sauf peut être sur les deux big boss qui mèneront la vie dure à votre petite portable préférée et où quelques ralentissements se feront ressentir.
 

Ca tape fort ?

En terme de gameplay, vous pourrez profiter pleinement de tous les coups de vos personnages préférés (et ceux des autres aussi hein) dans des combats endiablés. Et c’est bien le but principal d’un jeu tel que Tekken 6. Il faut cependant noter qu’il manque énormément de modes de jeu qui ont accroché les fans sur les précédents opus. On a donc l’impression par moment de régresser, en termes de gameplay, en passant du Tekken Dark Resurrection à ce nouvel opus. Plus de bowling, plus de dojo… il faudra se contenter de très peu de modes, comme celui “histoire“, composé de bots à l’IA assez moyenne agrémenté de quelques cinématiques. Ou un mode Arcade où vous devrez terrasser facilement huit adversaires avant de vous retrouver devant le grand indestructible Azazel. D’autres "modes de décoration" sont présents, comme le Time attack (finir le plus rapidement), la Ruée vers l’or (frapper rapporte de l’or pour acheter des objets pour votre personnage) et le Survival (il faut combattre un maximum d’adversaires sans mourir). Terminé le mode histoire de la console de salon où on se balade dans des grands niveaux pour casser des hordes de méchants.
 

Je peux taper sur mes potes ?

Un autre souci réside dans le fait qu’il est impossible de jouer via internet. Il sera super fun de pouvoir partager des parties avec un pote possédant la console (bien entendu) et le jeu, à condition d’être très proche de lui ! Donc vous ne jouerez quasiment jamais contre de réels humais et au bout de quelques heures de jeu, ça en devient vraiment frustrant. Alors on se contentera de customiser notre personnage avec l’or récupéré dans les différents modes de jeu et de se la péter devant nos quelques amis fans de la saga.
 

Article rédigé par Scratyx , le

Comment critiquer un jeu de baston aussi bon que ce Tekken 6 alors que visuellement il surclasse tous les jeux du genre ? Le seul hic est peut-être dans son gameplay qui semble plus faible que le précédent opus et c’est bien dommage. Malgré tout il faut l'avoir dans sa ludothèque car un bon Tekken, ça fait toujours du bien.

Points positifs

  • Modélisation et animation des personnages
  • Le casting important
  • Durée de vie importante

Points négatifs

  • Mode Histoire bâclé
  • Trop peu de modes de jeu
  • Les boss "imbattables"
  • Pas de jeu en ligne...

Commentaires