Test : God of War : Ghost of Sparta

God of War : Ghost of Sparta - PSP

Genre : Action

Date de sortie : 03 novembre 2010

Genre
Action
Date de sortie
03 novembre 2010 - France
Développé par
Ready at Dawn Studios
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PSP
Parfois appelé
gow, gow gos, gow ghost of sparta, gow psp, god of war psp
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans

Kratos, le guerrier sparte déicide est de retour sur la console portable de Sony. Véritable étalon-or du Beat-Them-All depuis la sortie du premier opus, la série s'est déclinée en trois actes sur consoles de salon ainsi qu'un épisode PSP d'excellente facture quoiqu'assez court. Violent, sanglant, presque sans tabous ni morale, le premier épisode PlayStation 2 avait fait couler beaucoup d'encre de par son côté jeu mature. Reprenant la licence sur portable, le studio Ready At Dawn avait rendu une transposition de bonne qualité (God of War : Chains of Olympus) et a été choisi pour la réalisation de ce second épisode PSP, à raison, comme nous allons le voir.

 
 
Cette fois sur les traces de son frère soit-disant disparu, Kratos devra traverser Sparte, la Crète, des régions montagneuses ou encore la capitale de l'Atlantide afin de découvrir la vérité. Toujours aussi obnubilé par sa vengeance, toujours aussi enclin à jouer les Attila et à tout raser sur son passage (surtout d'innocents citoyens crétois), il est plus en forme que jamais, et ce, au sens propre comme au figuré. Dans sa narration, cette itération de God of War est loin d'être originale (le frère disparu depuis des années) mais on se plait à découvrir les origines de Kratos lors de flash-backs bien réalisés et bien mis en scène. Comme à son habitude, notre Dieu de la guerre en herbe côtoie les personnalités et les lieux chers à la mythologie grecque.
 

L'Iliade

Techniquement, la copie est nette et sans bavure et le jeu fait partie, et de loin, des plus beaux softs de la PSP. On est conquis par les décors travaillés, quoiqu'un peu trop sombres et ternes par endroits. Les divers protagonistes entrant en scène (gorgones, squelettes, aigles, harpies...) sont tout simplement magnifiques et les boss toujours aussi gigantesques et bien animés, impressionnent. Le rendu des phases aquatiques est excellent et la lave semble presque réelle. Les jeux de lumière sont présents également, les Lames d'Athéna éclairant la plupart des séquences avec succès. La bande-son est à l'honneur dans ce God of War : Ghost of Sparta, puisque les divers thèmes symphoniques propres au péplum sont en parfaite adéquation avec le soft.
 

L'Odyssée

Niveau gameplay, Ghost Of Sparta est très similaire à Chains of Olympus. Certaines séquences de mise à mort via Quick Time Event sont carrément identiques (c'est le cas de cyclopes par exemple). Mais franchement, on en redemande : égorger des gorgones, trucider des hommes-bêtes violemment ou anéantir Scylla petit à petit est un véritable régal. Ready At Dawn a effectué un minimum de recyclage, certes, mais sans que le jeu en pâtisse. Ainsi, on retrouve les classiques combos attaque légère / attaque lourde / choppe, une touche pour sauter ainsi que l'upgrade des diverses armes disponibles. Parmi celles-ci, le bouclier et la lance spartiates viennent égayer les combats. On retrouve aussi les combinaisons des touches L et R avec les touches d'action après upgrade. Du très classique, donc, mais aussi du grand God of War. Le platforming est également de la partie, ainsi que quelques énigmes retorses. Ghost of Sparta réitère les erreurs de son aîné sur console portable à ce niveau : on se retrouve une fois de plus face à une version lite des softs sur consoles de salon. Les énigmes sont moins complexes, l'armement est moins étoffé, la mise en scène moins spectaculaire...
 

Zeus crée, Kratos détruit

Mais la durée de vie se trouve être fortement accrue. Plus question de terminer le soft en cinq heures cette fois, il faudra plutôt compter sur un peu plus du double. Durée pendant laquelle le joueur ne lâchera plus sa console, obnubilé qu'il sera par la découverte d'une narration et d'une variété propres à la série. De la qualité, donc... et ce, sur tous les plans. A noter, outre les modes de difficulté supplémentaires (hard et very hard, à débloquer une fois le mode de difficulté par défaut achevé) sont présents également un mode « Challenge of the Gods », proposant des défis à relever sortant de l'ordinaire ainsi que le Temple de Zeus, permettant de débloquer de nouveaux items via le sacrifice d'orbes rouges obtenues lors de nouvelles parties, sans oublier le fameux mode arène, où, comme son nom l'indique, Kratos devra affronter l'un après l'autre des adversaires coriaces, et ce en ayant la possibilité de pouvoir modifier les options (difficulté, jauge de vie, etc...).
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Inférieur au magistral God Of War 2, meilleur que Chains Of Olympus, moins spectaculaire que God Of War 3, God Of War : Ghost Of Sparta est sans l'ombre d'un doute l'un des meilleurs jeux d'action de la console portable de Sony. Assez long, superbement réalisé, on ne peut s'empêcher de profiter inlassablement du gameplay des softs de cette série, cette itération ne dérogeant pas à la règle. Corrigeant le principal défaut du précédent épisode PSP (la durée de vie), Ready At Dawn a su proposer un challenge passionnant de bout en bout et incarne d'ores et déjà l'un des studios les plus fiables et talentueux de Sony Computer Entertainment. Qui aurait pu imaginer il y a maintenant cinq années de cela que la PlayStation Portable pourrait proposer des softs techniquement aussi aboutis en fin de vie ?

Points positifs

  • La réalisation, exemplaire
  • Le gameplay, toujours aussi abouti
  • Tout simplement passionnant

Points négatifs

  • Classique
  • Un peu de recyclage

Commentaires