Test : Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Impact

Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Impact - PSP

Genre : Combat

Date de sortie : 10 novembre 2011

« Vazy, steupléééé, tu veux pas tester le Naruto sur PSP là ? Personne n’en veut ! Non mais en plus il a l’air vachement cool, j’te jure ! » Voici comment l’on se retrouve à tester Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Impact alors que l’on ne s’intéresse absolument pas au petit ninja blondinet et tous ses petits copains. Bon ben, quand faut y aller…

 
 
Il n’aura échappé à personne que les jeux tirés du manga Naruto sortent à la chaîne sur toutes les consoles et que, a priori, les fans purs et durs roulent sur l’or. Mais alors, est-ce que ce nouvel épisode mérite d’être inséré dans nos PSP ? Réponse à la fin du test (le teasing de ouf !). Pour l’instant, commençons par l’histoire. Le jeu débute avec le retour de ce cher Naruto qui vient de passer tout de même trois ans à s’entraîner avec un certain Ermite Pervers – qui par ailleurs à l’air de quelqu’un de très fréquentable au vu de son surnom. Histoire de tester sa force, une certaine Mamie Tsunade (qui au passage n’affiche pas une seule ride) décide de lui balancer une armée de ninjas dans la face. Rien que ça. Et c’est là que les festivités commencent puisque le joueur est immédiatement balancé dans l’action : paf, une arène remplie de centaines de combattants. En effet, laissant de côté le style jeu de combat basique, ce nouvel opus des aventures de Naruto lorgne allègrement sur les Dynasty Warriors. Aussi, notre héros se retrouve au milieu de plusieurs salves d’ennemis qu’il va falloir dézinguer à tour de bras. Pas facile facile la vie de ninja…
 

Un ninja blond aux yeux bleus quoi ! Non mais... Y a vraiment rien qui vous choque ?

Ces combats sont menés dans le mode Voie Ultime, soit l’aventure principale du titre. Celle-ci se compose de différentes maps sur lesquelles le joueur peut se balader sur des routes et où il peut trouver diverses zones. Tout d’abord, il y a bien évidemment les missions qui débutent à chaque fois par un dialogue afin de faire avancer l’intrigue principale. Ces courtes discussions sont illustrées non pas par des vidéos mais par des plans fixes et ont tout de même eu droit aux doublages japonais d’origine - ce qui est plutôt appréciable - ainsi qu’à des sous-titres français. Une fois ces petites scénettes terminées, le joueur peut passer à l’action.
 
 
D’autres zones plus ou moins importantes sont également présentes sur les maps, telle que la boutique dans laquelle il est possible d’acheter des cartes ou des fragments de cartes qui servent en fait à améliorer votre personnage une fois qu’il en est équipé. Mieux encore, on peut trouver des trésors grâce aux géocartes, soit les aptitudes des différents personnages : par exemple, Sakura peut briser les rochers afin d’ouvrir une nouvelle voie. Les géocartes se dévoilent petit à petit lors de l’aventure, obligeant parfois le joueur à rebrousser chemin afin de découvrir de nouvelles zones.
 

Coucou, tu veux voir mon Shuriken ?

Concentrons-nous maintenant un peu plus sur le système de combat, puisque c’est tout de même le cœur du jeu. Et ce dernier fera le bonheur des joueurs puisqu’il s’avère extrêmement complet. Le nombre de coups qu’il est possible de porter est conséquent grâce à la présence de combos – sans compter que chaque personnage possède ses propres combos et qu’il y a en tout 26 protagonistes jouables dans le soft. Ces coups spéciaux peuvent être portés grâce au chakra, représenté par une barre bleue située en dessous de la barre de santé. Chaque combo utilise un peu de chakra qui doit être régénéré en maintenant la touche Triangle enfoncée. Evidemment, ces attaques dévastatrices sont d’une grande utilité pour venir à bout des ennemis : non pas qu’ils soient extrêmement agressifs, puisqu’ils tournent autour du personnage sans rien faire, mais ils sont quand même vachement nombreux… De ce côté, les boss se montrent autrement plus intéressants et remontent quelque peu le challenge, sans pour autant casser trois pattes à un canard. Il est d’ailleurs à noter que quelques QTE seront parfois proposés afin de réduire d’un coup la moitié de la barre de vie de certains boss.
 
 
Les personnages gagnent de l’expérience, montent de niveau et chaque fin de mission permet d’obtenir des fragments qui, si vous avez bien suivi, permettent d’obtenir des cartes ayant pour but d’améliorer les combattants (vitesse, chance, barre de santé, etc…). Il est à noter enfin l’existence d’un mode coopération avec un ami (si vous trouvez quelqu’un qui veut jouer aussi) ou avec l’IA.
 

Un jeu qu’il a quand même des défauts

Le titre est certes sympatoche, mais il souffre tout de même d’un bon paquet de défauts. Les combats principaux sont chiants comme la Lune : ils nous opposent à des ennemis certainement Tibétains et donc non violents puisqu’il est très rare qu’ils tentent de porter un coup sur nos héros. Sans compter que ces affrontements sont extrêmement répétitifs, à l’image de la série des Dynasty Warriors dont le soft s’est inspiré. Ensuite, les graphismes. Il n’y a rien à dire sur les maps plutôt jolies, mais les arènes des missions sont très épurées : une barricade, deux arbres et roulez jeunesse. Il n'y a pas ou peu d’interactions avec le décor, seuls quelques vases peuvent être brisés de temps à autres afin d’y trouver divers items.Les missions sont comme les combats : très répétitives. Le joueur devra soit retrouver Machin, soit se battre contre Bidule tout en empêchant son ou ses alliés de mourir. Enfin, même si les musiques et les doublages sont particulièrement soignés, on peut regretter que lors des missions les petits copains se sentent obligés de parler en permanence et surtout, de répéter tout le temps la même chose ! Bref, c’est assez insupportable.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Clairement, le jeu n’est pas mauvais, mais il convient de ne pas y jouer trop longtemps pour ne pas être vite gonflé. Les adeptes du manga s’y retrouveront avec joie et y resteront certainement un sacré paquet d’heures, les néophytes ne seront pas trop perdus et découvriront l’univers de Naruto à grands coups de dialogues souvent humoristiques, même si je conseillerais le soft surtout aux fans hardcore. Bien que souffrant de quelques défauts, le titre reste fun à jouer, une fois de temps à autres.

Points positifs

  • L’univers fidèle au manga
  • Les nombreux combos
  • Les doublages japonais
  • Les combats défoulant…

Points négatifs

  • … mais trop répétitifs
  • Les décors des missions pas franchement soignés
  • Les ennemis pacifistes
  • Les dialogues pendant les combats

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires