Test : Pursuit Force

Pursuit Force - PSP

Genre : Action/Course

Date de sortie : Décembre 2005

Genre
Action/Course
Date de sortie
Décembre 2005 - France
Développé par
Big Big Studios
Edité par
Sony Computer Entertainment Europe
Disponible sur
PSP

Lassé de jouer les truands dans Liberty City ? Envie de se la péter façon Tom Cruise dans une mission impossible ? Alors intégrez la Pursuit Force, une unité d’élite du côté des gentils capable sur terre comme sur mer de poursuivre les bandes organisées.

 
 
Entre les mafieux italiens, le gang des poufiasses, les soldats gay refoulés ou les évadés anonymes, il y a de quoi terroriser tout un pays. Heureusement le gouvernement a su réagir. A l’heure où que chez nous Sarko place des flics dans les écoles, dans les trains, sous votre matelas et dans vos tamagotchis, là bas dans le monde de Pursuit Force ils les ont mis sur autoroute. Une belle bande de casse-cou plus beaux et plus forts que James Bond et Tom Cruise réunis qui vous offriront des cascades et des poursuites dignes des plus grand films d’action pourris hollywoodiens.
 

Engagez vous qu’y disaient…

Vos missions en mode carrière ne seront pas de tout repos. Vous devrez affronter les divers gangs en présence en pleine ville et à bord de véhicules surpuissants sur la route ou sur les eaux, et parfois même en utilisant une bonne vieille gatling montée sur un hélicoptère. En ces temps où votre neveu de 7 ans a lui-même un lance roquette sous son oreiller, arrêter des malfrats n’est plus chose facile. Vous devrez sauter de véhicule en véhicule. En effet le principal atout de ce jeu est son gameplay novateur. La plupart des missions se déroulent comme ceci : pour un prétexte quelconque lié au scénario vous poursuivez divers véhicules à travers la circulation. Vous pouvez à tout moment réquisitionner un véhicule civil en vous jetant dessus d’une manière tout à fait délicate et une fois votre cible en vue, vous pouvez soit détruire son véhicule avec votre arme, soit vous glisser à l’intérieur en éliminant au préalable ses occupants. Ces méthodes peuvent paraître brutales, et leur réussite vous délivrera des points qui rempliront ce qui est appelé la « jauge de justice ». Toutefois, toute action contre un civil tel que lui rentrer dedans sans son consentement, ou lui tirer dessus maladroitement sera sanctionné par la diminution de cette jauge. Là je vous voit venir : a quoi sert-il de remplir la jauge ? Et bien, une fois à son maximum vous pourrez l’utiliser pour soigner intégralement votre petit corps frêle et le véhicule que vous occupez. Les succès des missions en mode carrière vous permettront de débloquer les courses uniques et les courses contre la montre. Des modes toujours sympas, mais qui ne sont vraiment qu’une toute petite part de l’intérêt du jeu. Parfois, des phases de jeu à pied existent à la sauce GTA. Elles n’ont guère d’intérêt sinon évité la monotonie.
 

Bien….mais pas suffisant

Ce gameplay est mêlant conduite en milieu urbain et action, bien qu’original, débouchera sur des actions qui seront assez répétitives. C’est d’autant plus valable que la difficulté plutôt élevée du titre, peut-être destinée à masquer faussement une durée de vie limite, vous obligera à recommencer une même mission plusieurs fois. Pour remédier à cela on aurait apprécié des poursuites sur un parcours libre dans la ville plutôt qu’un circuit entièrement borné. Les commandes se prennent bien en main, peut-être même trop puisque le système de lock des cibles est tellement parfait que tirer sur un ennemi ne demande aucune skill. L’idéal aurai été un système de visée libre avec pourquoi pas un tireur et un conducteur indépendants comme dans Starsky & Hutch sur PC. Evidemment on comprend tout à fait que cela soit difficilement réalisable sur une console, qui plus est portable. Les embûches se situeront donc sur le temps limité pour mener votre mission à bien, ou sur la mort d’une personne à protéger ou d’un équipier qui fait n’importe quoi (script d’action, quand tu nous tient…).
 

Réalisation soignée

Les graphismes oscillent entre le magnifique et le laid. Certaines textures manquent sérieusement de peaufinage, et un manque de mip mapping les rend désagréable et scintillantes au loin. Le clipping (distance d’affichage) des voitures est aussi un peu juste quand on se retrouve à fond de cinquième et en contresens. La qualité graphique reste cependant globalement supérieure à celle de GTA : Liberty city stories, même si le contexte ville fermée et ville ouverte n’est pas le même techniquement parlant. On observe une baisse de framerate dans certaines situations, peu gênante mais facilement décelable. Le reste de la réalisation est à la hauteur avec notamment des voix bien convaincantes, limite caricaturales. Le jeu ne comporte pas de mode multijoueur.
 

Article rédigé par DjiZ , le

Un titre qui a le mérite d’innover fondamentalement. Toutefois sa répétitivité et sa difficulté élevée restreindront son public de fans. Au final on obtient un jeu à essayer, mais qui sera peut-être rapidement oublié dans votre étagère.

Points positifs

  • Graphismes
  • Gameplay innovant

Points négatifs

  • Répétitivité
  • Difficulté

Commentaires