Test : Capcom Puzzle World

Capcom Puzzle World - PSP

Genre : Puzzle Game

Date de sortie : 20 juillet 2007

Genre
Puzzle Game
Date de sortie
20 juillet 2007 - France
Développé par
Capcom
Edité par
Capcom
Disponible sur
PSP

Bon, autant la jouer franco : les Puzzle Games, je les hais plus que Hitler, Tatane et Patrick de Koh-Lanta réunis, seulement, comme je suis bon prince, j'ai osé accepter la lourde tâche de tester ce "machin" pour épauler notre cher nouveau webmaster, embarqué comme souvent dans sa propre merde. Du coup, ne soyez pas étonné de trouver plus bas pas mal d'énormités et un manque flagrant de connaissance des jeux du genre, planqués derrière un humour digne d'un môme de 6 ans, ou d'NKB, c'est au choix.

 
 
M'empêche c'est vrai quoi, quelle idée de forcer la main des gens comme ça ? Hop, on est chez soi, pépère, puis un salaud de facteur vous ramène une enveloppe qui contient l'objet venu des profondeurs de l'infamie : un UMD, et rien qu'à voir le packaging, ça sent rien de bon. Et c'est au moment ou on aperçoit l'agent de la Poste se barrer sur sa 103SP qu'on regrette de ne pas avoir de berger allemand belliqueux. Du coup, la mort dans l'âme, on sort sa PSP couverte de poussière, on y efface les quelques vidéos illégales mettant en scène des gens avec des zanimaux, puis on se lance. Un écriteau imaginaire s'impose alors visuellement, "Bienvenue en enfer" : bienvenue en effet dans un monde de puzzle, de réflexion, de Street Fighter, de dessins à la Akira Toriyama, de prises de tête, d'énervements et de lacérations, oui, c'est tout ça jouer à Capcom Puzzle World.
 

Alors c'est deux steaks hachés qui sont dans une forêt...

Peu de gens le savent, mais la société Capcom pourrait facilement être assimilable à Docteur Jekill et Myster Hyde, tant la franchise nipponne oscille entre le particulièrement bandant, et le fichtrement repoussant. Car voila, recroquevillé dans l'ombre, existe un groupe de stagiaires fous, rémunérés au SMIC horaire, codant comme des malades de l'informatique des jeux malsains, qu'on dit dangereux pour la santé. Ces dégénérés, qui côtoient pourtant quotidiennement les créateurs de softs tels les Resident Evil, Devil May Cry, ou encore Lost Planet n'en possèdent pas pour autant leur talent, leur spécialité étant le rabâchage de vieux succès de la firme dans des adaptations foireuses. Ainsi sont nés les Capcom Classics, et donc ce Capcom Puzzle World particulièrement indigeste. Proposant seulement 3 jeux (ou 5, selon votre capacité à fermer les yeux sur les arnaques), on ne peut d'ailleurs pas dire que les stagiaires de la pénombre aient cravaché en heures supplémentaires étant donné qu'absolument tous les éléments qui composent l'émulation d'un jeu sur une autre machine que celle pour laquelle il a été conçu ont été bâclés. Bref, premier contact avec la bête : des temps de chargement interminables, puis, une musique d'ascenseur accompagnant l'écran de sélection du jeu : cool, on est parfaitement dans l'ambiance. Switchons, Super Puzzle Fighter II (glop glop), Buster Bros (okay), Super Buster Bros (bon…), Buster Buddies (ah pas glop, là), Block, MultiPlayer et enfin Pictures and Screens, ouf. Ah oui, car comble de jouassitude, il vous sera possible de prendre des screenshots à tout moment et dans tous les jeux, images qui seront directement placées sur votre Memory Stick dans le dossier Photos dans le but de pouvoir les visualiser sans aucune intervention divine.
 

Teste-moi, déteste moi…

Bien sûr, l'intérêt d'une compilation de Puzzle Games… est de proposer des Puzzle Games, et même sur ce point pourtant élémentaire, Capcom Puzzle World passe au rattrapage, à en voir le faible nombre de jeux mis à disposition. Prenons la liste à l'envers en commençant par Block, le casse-briques classique, célébrissime mais efficace. On y retrouve une pléthore de niveaux, tous plus casse-couilles les uns des autres, bien que la palme de l'énervement soit à mettre au profit de la prise en main. Les sensations sont horribles faute à une sensibilité de la plaque (vous savez, le truc qui fait rebondir la boulle… casse-briques toussa) beaucoup trop exagérée que ce soit au pad directionnel ou au joystick : une petite pression et le machin se retrouve au bout du plateau, pas glop pour les manœuvres demandant précision. Bref, du coup, on se fait chier, en se demandant comment le gameplay le plus simple du monde (reposant sur les bases de Pong quand même) ait pu être autant foiré de la sorte. Allez hop, poubelle.

Les deux pèlerins ayant suivi l'actualité du jeu vous le confirmeront indéniablement : la star de ce Capcom Puzzle World, est bien entendu Super Puzzle Fighter II Turbo, si bien qu'il aurait pu être vendu seul sans influencer la qualité générale de cette compil, c'est dire. Au programme donc, le soft totalement original, reposant sur un système à la Buste a Move dans l'univers de Ryu et Ken. Inutile de faire l'étalage du gameplay, qui est plus ou moins connu de tous, mais l'adaptation demeure plus ou moins réussie. Côté ambiance, ça tient la route, mais les sensations de jeu ne sont indubitablement pas les mêmes qu'à la bonne époque, et ce, même si on se surprend parfois à user de stratagèmes comme au bon vieux temps pour noyer son adversaire sous les gemmes. Donc, comme pour juste au dessus, on se fait chier au bout de 10 minutes, quand la magie des retrouvailles disparaît et laisse la place aux douleurs des avant-bras qu'a connu toute personne ayant déjà tenu une PSP pendant plus de 7452 secondes.

Enfin, si vous possédez une once de gène d'aventurier, vous pourrez oser vous frotter aux trois Buster, identiques dans leurs fond, qui ne dérogent pas à la règle et sont aussi bien chiants. Particulièrement pour les plus Kevin d'entre nous n'ayant pas pu jouer à cette série dans le temps, qui trouveront l'intérêt d'éclater des ballons en plein vol, plus que douteux. Et avec le recul, on les comprend.
 

Viens, à ma soirée VIP

Autant être clair, le côté technique de tels jeux, on s'en branle un peu, j'entends par là que si les sensations originelles de la version connue des jeux sont au rendez-vous (ce qui n'est pas le cas, mais pensons à ceux qui lisent les paragraphes dans le mauvais ordre), alors c'est qu'on a à faire à une compilation réussie. Mais juger les graphismes de titres datant d'il y a une décennie avec les critères actuels n'engendrera qu'un lynchage, qui de toute façon a déjà été effectué (encore une pensée aux lecteurs désordonnés). De ce fait, sur quoi pourra t'on s'acharner ? Les remixages des musiques dignes d'un DJ NKBeg ? A part ça, il n'y a malheureusement rien à blâmer, les stagiaires ayant même particulièrement bien bossé question agencement. Les menus sont clairs et semblables à tous les jeux (en plus de leurs interfaces classiques), avec tout un tas d'options paramétrables, comme la difficulté, le nombre de continues et parfois la gestion de la taille de l'écran… Mais le véritable regain de jeunesse qu'apporte Capcom Puzzle World aux titres qu'il comporte réside dans les modes multis inhérents aux jeux, car en jouant aux softs tout en laissant l'interrupteur Wi-Fi de la PSP vers le haut, il sera possible pour un autre joueur de rejoindre votre partie d'une manière très aisée. Et d'un seul coup, tout devient (un peu) plus marrant à deux. Les sensations sont logiquement décuplées pendant la durée d'une partie de Puzzle Fighter, ou autre, et c'est déjà ça de gagné. C'en devient donc le côté le plus distrayant du titre, que l'on soit fan des jeux classiques proposés, ou pas.
 

Article rédigé par Dudy , le

Capcom Puzzle World est à conseiller, aux fans, aux vrais. Loin des troupes de fanboys se battant pour le dernier best-of reconditionné édition master en live de la reprise du concert collector 3 de Mylene Farmer, ah non, encore plus fidèle que le pucos qui campe un mois devant son cinéma pour la sortie de Star Wars le retour de la vengeance du retour du Jedi, là on fait dans le haut de gamme. Car même à petit prix, il faudra une sacré couche pour fondre sur cette compil, mal calibrée pour la PSP, et dont les jeux proposés se trouvent en un clin d'œil sur émulateurs PC, pour des sensations de jeu beaucoup plus convaincantes, j'en suis persuadé.

Points positifs

  • - Heu... Puzzle Fighter ?

Points négatifs

  • - Le reste
  • - La faim dans le monde

Commentaires