Preview : The legend of Heroes: Sen no Kiseki

Genre : J RPG

Genre
J RPG
Date de sortie
26 septembre 2013 - Japon
Edité par
Falcom
Disponible sur
PS3, PSVita
Modes de distribution
Boutique

Relativement connue au pays du soleil levant, la série « The Legend of Heroes » peut se targuer d’un héritage vieux de deux décennies, et a bénéficié d’un certain nombre de localisations en occident. La dernière en date est celle du premier jeu de la série Trails in the Sky (Sora no Kiseki), qui fut le point de départ de la sous-série très populaire au Japon à laquelle Sen no Kiseki est ici rattachée. L’action de Sen no Kiseki nous place donc dans le même univers, mais cette fois-ci du côté d’une bande d’étudiants de l’empire d’Erebonia.

 
 
Bien que ses univers disposent souvent d’une patte artistique agréable et très reconnaissable, le développeur Nihon Falcom n’est pas exactement connu pour ses prouesses techniques, que ce soit sur la série des Kiseki ou sur celle, plus connue, des Ys. Sen no Kiseki marque l’entrée de la première dans l’univers dans la full 3D et cela ne se fait pas sans heurt. La modélisation des personnages est correcte, mais les décors rappellent les premiers jeux de cette génération, avec des textures franchement à la ramasse. Par ailleurs, les chargements sont assez longuets tant sur PS3 que sur PS Vita, et le titre se permet malgré tout de ramer quelque peu et de proposer des saccades très remarquables (notamment en combats). Il serait facile de tout pardonner à Falcom, avec son image de boîte sympa qui a qui plus est régalé les visiteurs du Tokyo Game Show d’un concert live par son équipe de compositeurs, mais en 2013 et à l’aube de la nouvelle génération, ces petites tares font tout de même assez tâche.
Reste un gameplay qui a fait ses preuves dans les précédents Kiseki et se révèle aussi solide qu’accrocheur. Les combats se jouent en tour par tour, avec quelques originalités pour la plupart bien connues des fans : l’importance du placement, qui peut faire gaspiller un tour au joueur s’il est trop loin de l’ennemi, ou au contraire lui permet d’utiliser des attaques de zones sur des ennemis regroupés. Les orbes élémentales équipées sur les persos peuvent changer leur disposition du tout au tout, tandis que la gestion du temps de chargement des sorts ou de la barre de points de compétences nécessaires pour effectuer des techniques sont autant d’éléments qui confèrent à Sen no Kiseki une profondeur bienvenue.
 

A quand en occident ? Et bien, c’est à dire que…

Tout cela, couplé à des bases scénaristiques très solides héritées des précédents épisodes, font de Sen no Kiseki un titre prometteur, très attendu au Japon où Nihon Falcom espère vendre pas moins de 450 000 exemplaires de son titre. Il s’agirait du meilleur démarrage pour un jeu estampillé Kiseki. Une sortie en occident est malheureusement loin d’être à l’ordre du jour, le retard accumulé sur la localisation des précédents épisodes étant catastrophique : après Trails in the Sky Second Chapter, prévu chez nous l’an prochain, il faudra encore attendre les arrivées plus ou moins probables de Trails in the Sky The 3rd, Zero no Kiseki et Ao no Kiseki avant d’obtenir le bagage recommandé pour s’attaquer à cette nouvelle épopée. Espérons que la sortie prochaine des deux premiers Trails in the Sky sur Steam, en anglais, donnera un petit coup de boost à la côte de popularité de cette série qui le mérite franchement !
 

Article rédigé par Wildchoc , le

Sen no Kiseki était en quelque sorte la force tranquille du salon, un jeu solide et qui fait plaisir sans les frou-frou habituels qu'il peut y avoir autour d'un jeu AAA. C'est un peu la copine (le copain) pas super mignon mais qui dégage une aura incroyable qui nous attire de façon inexplicable. Espérons un localisation et en attendant faites vous les premiers de la série.

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

31 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires