Test : OlliOlli

OlliOlli - PSVita

Genre : Skate-board

Date de sortie : 22 janvier 2014

Genre
Skate-board
Date de sortie
22 janvier 2014 - France
Développé par
Roll7
Edité par
Roll7
Disponible sur
3DS, PC, PS3, PS4, PSVita, Wii U, Xbox One
Modes de distribution
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

La PS Vita a une nouvelle exclusivité en ce mois de janvier 2014. Eh oui, qui l’aurait cru. Il s’agit, bien sûr, d’un jeu indé mais il vient indéniablement grossir le catalogue de la portable de Sony. Il s’agit de OlliOlli, un jeu de skateboard en 2D et vue de côté et une esthétique un peu rétro qui va avec une difficulté que d’aucun qualifierait à l’ancienne. Cela n’empêche le jeu d’être fort sympathique et gentiment addictif.

Test effectué à partir d'une version PSVita

 
 
Roll7 a surtout développé des jeux pour smartphones et découvre avec OlliOlli le joli monde des consoles (ou du moins de la PS Vita). Ce jeu vous invite donc à être un skate-boarder émérite qui doit parcourir différents niveaux et remplir de multiples défis. Tout cela avec une esthétique rétro en vue de côté. La principale qualité est aussi la principale limite du jeu : c’est difficile. Peut-être trop, ce qui en rebutera plus d’un. Pour les autres, ce ne sera que plus gratifiant. Pourtant, tout commence bien. Le jeu est difficile lors des premiers niveaux mais il se laisse apprivoiser avec un peu de patience, le jeu est en cela aidé par la prise en main très simple et intuitive du jeu. Les figures se réalisent avec les gâchettes et le joystick avec lequel il faut des quarts de cercle (ou plus). Les grinds sont encore plus faciles puisqu’il suffit d’orienter le stick dans la bonne direction pour réaliser tel ou tel grind. Enfin, le petit détail qui tue : il faut appuyer sur X pour réussir son atterrissage. Bref, on maitrise nos tricks de A à Z comme un vrai rider (enfin presque puisqu’on ne met pas notre intégrité physique en jeu).
 

Mini Hawk

Cependant, comme tout bon jeu qui se respecte, la difficulté va grandissante au fil des niveaux et devient un peu frustrante au bout d’un moment. On a presque l’impression que les développeurs font de la difficulté pour faire de la difficulté. Cela dit, si vous êtes un tant soit peu (ou même beaucoup) patient et persévérant, le plaisir n’en sera que plus grand car c’est vraiment un jeu où apprendre à faire quelque chose est toujours récompensé. C’est un peu triste que cela puisse prendre autant de temps dans les niveaux encore plus difficiles. On nous dira qu’apprendre le skate à un tel niveau (d’autant qu’ici c’est tout de même surréaliste à certains moments) est dur. Il ne fallait peut-être pas vouloir trop approcher la vraie difficulté de l’apprentissage… Quoiqu’il en soit, si on y met assez de cœur le jeu devient aussi très addictif. D’autant plus qu’il y a quand même pas mal de contenu et une bonne durée de vie pour un jeu à 9,99 euros.
 

Le skate à toutes les sauces

Il y a déjà le mode Amateur où il faut enchainer des niveaux. Le but est, bien sûr, de scorer en multipliant les figures et en faisant des combos mais aussi de remplir cinq défis par niveau pour débloquer un autre niveau en mode professionnel qui sera bien plus dur que celui en amateur. Il y a donc 5 niveaux amateur et 5 niveaux pro par monde qui sont aussi au nombre de cinq (décidément ça fait beaucoup de 5). En remplissant les défis en professionnel, on débloquera un mode extrême. Mais ce n’est pas tout il y a aussi le mode spot qui dispose du même nombre de niveaux amateur et pro. Ici, ce n’est que du scoring mais il faut faire un seul combo. C’est-à-dire enchainer les figures et les grinds sans toucher le sol. A cela s’ajoute le Daily Grind. Un petit défi qui change chaque jour où il faut faire le plus gros score. Seulement, vous avez un seul essai et autant d’entrainement que vous voulez. Autant dire qu’il faut bien choisir son moment pour se lancer. Un mode fort sympathique qui ajoute une certaine tension et un renouvellement quotidien au jeu. Au final, le menu est très complet sur ce OlliOlli et on aurait presque envie d’y jouer des heures. On ajoutera que le jeu se prête bien à une utilisation nomade puisqu’il est facile de faire un petit essai ici où là dans l’un des différents modes. Malheureusement, le jeu est un peu plombé par des bugs en tous genres. Il plante souvent et, après le plantage, les menus tout tactiles (pas une bonne idée) ne marchent pas. On aussi remarqué quelques bugs ou le skateur se retrouve un peu dans le sol après avoir atterri. Le problème, c’est que quand on veut repartir on se vautre inévitablement. Le skateur a même grindé dans le sol à un moment donné avec une fin similaire. On espère qu’un patch viendra régler ce problème.
 

Article rédigé par Neo , le

OlliOlli est un jeu sympathique qui vient fièrement agrandir le catalogue de la PS Vita. Le jeu propose une prise en main facile et un contenu complet dans lequel on saluera particulièrement le Daily Grind, qui propose un nouveau défi chaque jour avec une seule chance pour y arriver. Le jeu propose d’ailleurs un challenge bienvenu… jusqu’à un certain point où il pousse le bouchon un peu loin. Cela dit, si vous êtes plein d’abnégation (mais vraiment plein) vous y arriverez. Il est indéniable que le jeu n’aurait pas perdu de son charme en évitant cette difficulté un peu abusée. On regrettera aussi les quelques bugs et les multiples plantages du jeu. Malgré tout, on vous conseille ce petit jeu qui risque de vous occuper quelques temps si vous avez la volonté nécessaire.

Points positifs

  • Facile à prendre en main
  • Pas mal de contenu pour un jeu à 9,99 euros
  • Le Daily Grind
  • Un challenge bien présent...

Points négatifs

  • ... mais peut-être trop
  • Pas mal de bugs et beaucoup de plantages

Commentaires