Test : Chrono Trigger

Chrono Trigger - Super Nintendo

Genre : Jeu retro

Genre
Jeu retro
Date de sortie
22 août 1995 - USA
11 mars 1995 - Japon
Développé par
Square Europe
Edité par
Square Europe
Disponible sur
DS, IOS, PS3, PSP, Super Nintendo
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans

Né sous la Super Famicon le 11 Mars 1995 au Japon ainsi que sur la Super Nintendo le 22 Août 1995 en Amérique du Nord, Chrono Trigger est une des vieilles perles qu’ont su pondre nos héros de chez Square. En effet, pour son époque, il est l’un des rares RPG construit avec autant de précisions sur les personnages et un scénario aussi original. On en parle comme l’un des jeux de rôle phares pour tout fan de RPG catégorie Old-Gen, et pour ma part, c’est en effet mon RPG favori. Laissez-moi prendre le temps de vous parler un peu d’un jeu qui, lui, saura prendre le temps de vous faire voyager dans le temps.

Test effectué à partir d'une version Super Nintendo

Le Scénario

Les protagonistes de Chrono Trigger

Guardia, année 1000. Vous êtes Crono et votre mère vient dans votre chambre pour vous rappeler qu’en ce jour ensoleillé, tout le royaume célèbre la fête du millénaire. Or, c’est après avoir retrouvé votre meilleure amie Lucca et fait la connaissance de la princesse Marlédia que tout va basculer. La machine de votre copine inventrice tombe en panne, et l’heureuse élue à en patir n’est autre que la princesse ! Littéralement happée dans le temps suite au dysfonctionnement du prototype de Lucca, il ne semble y avoir que vous deux pour partir au secours de Marlédia…
 
On démarre avec une histoire un peu cliché, des personnages tout de même intéressants et un contexte agréable. Le scénario ne met que très peu de temps avant de se révéler être plutôt exceptionnel. Les rebondissements allant crescendo valent le détour et la patience pour être découverts. Entre un héros muet qui porte le nom du temps, un garçon manqué surdoué et une princesse plus courageuse que la garde de son royaume, on parvient encore à faire la rencontre d’autres personnages tout aussi différents les uns que les autres. Avec ça, il ne faut surtout pas négliger l’univers axé sur le voyage dans le temps, rondement bien mené. On pourrait parfois douter de la cohérence entre les passages, les époques et les lieux mais tout a été parfaitement dirigé. Par exemple, si votre équipe se rend à une époque antérieure pour ouvrir un coffre dans une zone déjà explorée à une époque future, le coffre contiendra le même objet, ce qui permettra de l’acquérir deux fois ! Or, agir de la manière inverse empêche cette action. Une petite astuce à retenir. On n’a jamais la sensation de tourner en rond dans la même carte, 

Graphismes

Avant d’entrer dans le XXIème siècle (Et même encore au début, n’est-ce pas ?), on était encore adeptes de la 2D ! Pour ma part c’est encore le cas, et là, square nous en envoie pleins les mirettes ! A vrai dire, la collaboration avec Akira Toriyama pour le design des personnages marque le coup, sachant parfaitement séduire les plus grand fan de Dragon Ball.
Avec ça, on admire aussi des paysages fournis dans lesquelles on progresse avec plaisir. Des ombres maîtrisées, les effets du vent sont remarquables dans les forêts avec les feuilles qui s’envolent ainsi que les ombres des nuages. Qu’il s’agisse de la préhistoire, de l’époque contemporaine, de l’antiquité ou du moyen-âge, le tout est respecté trait pour trait dans le décor et l’ambiance. On retrouvera des couleurs plutôt sombres en l’an 600 alors que l’an 1000 restera plus clair. Rien que de revoir des images de ce jeu, j’en ai des frissons !


Map Monde de l'an 600

Mais s’il n’y avait que ça ! Non, non et non. Parlons aussi des belles animations déclenchées par les techniques de nos protagonistes. L’eau, le feu, la foudre… Les éléments et les techniques d’attaques physiques sont colorées et donnent du peps aux combats ! Travaillée et ingénieuse, on reconnait bien la signature de Square dans la beauté des magies qu’on peut aussi très bien retrouver dans les premiers opus de la série des Final Fantasy. Quoiqu’ici, les capacités ont quelque chose de moins brutal, et de plus… Magique.


Qui a dit que les grenouilles ne savaient pas combattre ?

GamePlay


 
Chrono Trigger, ce n’est pas un simple RPG comme les autres. Son gameplay est, en soi, banal. On y retrouve comme dans FF7 et quelques autres de ses fréres, la barre de chargement avant que le protagoniste puisse effectuer une action, mais c’est le déplacement et la vie des personnages lorsqu’ils affrontent leurs adversaires qui rend la chose intéressante. Une illusion. On aurait presque la sensation de prendre part à un combat à temps réel à cause de leurs placements.


Contre Magus

A côté de ça, il y aussi l’existence d’innombrables combinaisons de coups entre les personnages. Un des points les plus jouissifs du jeu. Dans la possibilité d’aller jusqu’à faire collaborer trois personnages ensemble maximum, pas une seule coopération entre tous n’a été mise de côté et c’est aussi là l’originalité de Chrono Trigger.

Bande-Son

Encore un point terriblement fort. Yasunori Mitsuda a mit tout son cœur dans ses compositions pour faire vivre et respirer les aventures de nos héros dans les différentes époques de Guardia sur cette terre. Les mélodies marquent et correspondent parfaitement à l’univers dans lequel on se trouve ! Les tambours de la préhistoire, la douceur du moyen-âge et le mysticisme de l’antiquité, un véritable plaisir pour les oreilles à renouveler même après avoir terminé le jeu. J’invite les intéréssés à chercher les arrangements de « The Synthetic Orchestra » pour l’OST de Chrono Trigger. Vraiment sublime, rien à ajouter.
Les sons d’ambiances épousent aussi bien l’histoire que les musiques et l’environnement. Les coups d’épées en combats, les sons lugubres (L’entrée dans le manoir de Magus par exemple, moment très fort) ou encore les petits bruitages comiques qu’on peut retrouver à certains moments, font de la bande-son de ce RPG un élément à ne surtout pas manquer. Frères et soeurs geek, je vous en conjure, ne coupez pas votre son !

Durée de Vie

Le point le plus surprenant à ce niveau est probablement l’existence d’aussi nombreuses fins alternatives (17 pour la version DS et 13 pour la première). Après avoir fini l’histoire qui, en elle-même, peut se boucler en une quarantaine d’heures de jeu si on fonce sans prêter attention aux détails, les plus gourmands pourront entamer un New Game +, voire plusieurs. Dans ce mode, vous retrouvez vos héros, tout vos équipements et votre argent ainsi qu’une chance de redécouvrir l’histoire du jeu sous un autre aspect. Car oui, vos choix déterminent certaines de vos trajectoires (Pas énormément, malheureusement), mais suffisamment pour vous faire une heureuse surprise… Je n’en dirais pas plus ;) !

Article rédigé par Renyu , le

Si Chrono Trigger à su être reconnu comme l’un des 100 meilleurs jeux de tout les temps, ce n’est pas par simple hasard. Son scénario plus qu’intéressant, ses personnages charmeurs et son univers original ont su (et je l’espère, saura encore) séduire un large public. Malgré les récentes sorties de bien des jeux prometteurs pour nos années futures, Chrono Trigger fait partie de ce genre de jeux « avocats » des vieilles années vidéoludiques. Comme quoi, dans nos tiroirs et dans les archives du monde de la console, on peut trouver des perles plus magiques et marquantes que bien des nouveautés. Vraiment, j’invite les joueurs passionnés et/ou curieux qui n’ont pas touché à Chrono Trigger à vite y remédier !

Points positifs

  • Un scénario original.
  • Présence de multiples coopérations hautes en couleurs.
  • La touche d’Akira Toriyama dans les représentations des personnages.
  • Une bande-son soignée par Yasunori Mitsuda et Nobuo Uematsu dans leurs meilleurs années.
  • D’innombrables fins alternatives.
  • La présence du New Game +.

Points négatifs

  • Les quêtes que l’on peut avoir du mal à suivre à certains moments.
  • Le mutisme de Crono, qui peut le rendre denué de charisme à côté de ses coéquipiers.

Commentaires