Test : Shovel Knight : Treasure Trove

Shovel Knight : Treasure Trove - Nintendo Switch

Genre : Plates-formes

Date de sortie : 03 mars 2017

Genre
Plates-formes
Date de sortie
03 mars 2017 - France
Développé par
Yacht Club Games
Disponible sur
Nintendo Switch
Modes de distribution
Nintendo eShop

Sorti il y a déjà plusieurs années sur PC, puis sur d'autres plates-formes, le très rétro Shovel Knight est dès à présent disponible sur la petite dernière de Nintendo, la Switch. L'occasion pour les joueurs étant passés à côté du chevalier à la pelle de découvrir ses aventures, dans une version complète rebaptisée pour l'occasion Treasure Trove.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

A part si vous vivez dans une grotte ou que vous vous tamponnez royalement des jeux qui ne sont pas AAA, vous avez forcément entendu parler de Shovel Knight, tant le titre a fait sensation à sa sortie. D'abord proposé sur Kickstarter par le studio Yacht Club Games, le titre surfe habilement sur la nostalgie des joueurs des années 80 ayant passé de nombreuses heures sur leur NES. Shovel Knight est donc un platformer que l'on pourrait qualifier de ''à l'ancienne'', et pas seulement à cause de son revêtement tout en pixels. Le joueur y contrôle un chevalier dont la seule arme est une pelle et qui doit terminer des niveaux remplis de monstres, ramasser des trésors et battre des boss. Pour ce faire, pas de fioritures, seulement quelques boutons à utiliser : un pour frapper, un pour sauter, et basta. Il est bien entendu possible de réaliser quelques autres actions, par exemple sauter en rebondissant sur sa pelle à la manière d'un Picsou et de sa canne dans DuckTales, mais le gameplay est très épuré, comme à l'époque lorsque les manettes ne possédaient qu'une petite poignée de boutons. Un gameplay simpliste, donc, mais qui fait le job. Le tout répond au doigt et à l’œil, inutile donc de pester contre le jeu si vous mourrez. Dans 100% des cas, ce sera entièrement de votre faute.

Shovel Knight : Treasure Trove

La justice à coups de pelle

Alors, évidemment, Shovel Knight peut se montrer filou, histoire justement de vous faire pester. Car si les premiers niveaux sont relativement faciles, histoire de plonger doucement dans le bain, le tout devient rapidement plus complexe, avec des plates-formes minuscules, des ennemis ou projectiles difficiles à esquiver ou encore des éléments ôtant une bonne partie de la visibilité. Bref, autant de petites choses correctement mixées rendant le level design particulièrement ingénieux et bien foutu. Difficile donc de rester sur un échec, l'envie de passer un endroit retors étant bel et bien présente. Heureusement, même si les niveaux et autres boss se complexifient au fur et à mesure, Shovel Knight propose tout un tas d'éléments permettant à tous de parvenir jusqu'au bout de l'aventure. Le nombre de vie est ainsi illimité et plusieurs checkpoints sont présents dans les niveaux, histoire de ne pas tout se retaper en cas de mauvais pas. Les trésors récupérés sur place (sur les ennemis, dans les coffres, à déterrer avec la pelle....) servent pour leur part à acheter différents équipements et pouvoirs facilitant la vie, comme par exemple une invincibilité temporaire. Attention toutefois à ne pas perdre cet argent : à chaque mort, Shovel Knight perd une partie de son butin. Et si le joueur meurt une seconde fois avant de le récupérer, il est perdu pour de bon. Précisons que l'or sert également à acheter du rab de vie ou de magie.

Shovel Knight : Treasure Trove

Certes, tous ces éléments sont loin d'être inédits. Mais ce n'était de toute évidence pas le désir des développeurs de chez Yacht Club Games, qui semble-t-il désiraient plus replonger les joueurs dans leurs souvenirs. Par exemple, la map rappellera sans aucun doute un certain Super Mario Bros. 3, les feux de camp ceux d'un Golden Axe et les niveaux raviront les fans des premiers Mégaman. Qui plus est, le tout se montre très drôle, avec des personnages aussi loufoques que les phrases de dialogues qu'ils sortent. Assez court en ligne droite, Shovel Knight propose toutefois de quoi rallonger sa durée de vie : un new game +, des partitions cachées à récupérer dans les niveaux, la possibilité de jouer en coop en local (qui ne nécessite pas d'amiibo, contrairement à la première version du titre sortie sur Wii U)... Cette version Treasure Trove rajoute d'ailleurs encore de l'eau au moulin. En plus d'avoir droit d'office aux DLC Plague of Shadows et Specter of Torment (aussi vendu en standalone), il est ainsi possible de prendre contrôle de tout un tas d'autres héros, dont des inédits, via le mode ''échange de corps''. Le multijoueur sera aussi mis à l'honneur dans un futur plus ou moins proche via différentes nouveautés, notamment un mode de baston opposant en local jusqu'à quatre joueurs. Bref, de quoi bien s'occuper une fois la campagne initiale (Shovel of Hope) terminée...

Article rédigé par Shauni Chan , le

Si vous ne possédez pas encore Shovel Knight sur une autre machine, voici l'occasion de vous rattraper, à condition bien entendu d'apprécier les titres rétros de ce genre. Level design soigné, joli pixel art, bande-son réussie, mode coop en local... Bref, du tout bon, à défaut d'être particulièrement inédit. Précisons également qu'il s'agit là d'une sorte de version ''ultimate'' du titre, comprenant tous les DLC et rajouts développés par Yacht Club Games. De quoi rallonger une durée de vie un peu faiblarde autrement.

Points positifs

  • Version ultime avec tous les DLC
  • Level design soigné
  • Un rétro pas punitif mais qui nécessite quand même un peu de skill
  • Gameplay au poil
  • Drôle

Points négatifs

  • A réserver aux fans du genre...
  • ...Et à ceux qui n'en ont pas encore assez du pixel art

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires