Test : Need for Speed Carbon

Need for Speed Carbon - Wii

Genre : Course

Date de sortie : 07 décembre 2006

Yeah ! A nouveau du Need for Speed, à nouveau un jeu pour les beaufs. Mais celui-ci est différent des autres. En fait, c’est quasiment la même chose mais en mieux. Alors, si vous voulez savoir ce qu’il y a de nouveau pour ce NFS : Carbon lisez ce qui suite.

 
 
Ce qui est marrant de constater, c'est que Need for Speed se comporte désormais comme un jeu de sport. On le renouvelle à chaque saison ou presque. Et chaque année, on lui apporte son lot de nouveautés, tout en gardant ce qui a fait son succès. Mais, à l’inverse des jeux de sport, il ne faut surtout pas montrer qu’il s’agit d’une suite et par conséquent il faut toujours trouver un nom différent. On a eu Underground, Most Wanted et à présent Carbon. Est-ce que ça signifie pour autant que le changement est radical ?
 

Pimp my ride, asshole !

On connaît tous désormais le concept de Need for Speed depuis que la licence est passée entre les mains de EA. Des jolies voitures, des belles performances, un « beau » look et le tout dans l’illégalité la plus totale. Ce même concept est resté et a su évoluer et mûrir au fur et à mesure des volets. Et aujourd’hui, le concept s’étend à la conquête des territoires. Parfaitement, madame. Pourquoi ? Parce que ça n’a pas encore été fait, tout simplement. Et pour rajouter le coté fun de Most Wanted, on va garder les flics. Bien sûr, on rajoute de belles voitures, un scénario sympa mais pas trop et de la musique qui fait exploser les vitres, comme ça tout le monde sera content. Ah oui, la customisation des caisses a évolué aussi. Enfin, évolué… Le panel est plus large dirons-nous. Comme dirait l’autre, Pimp my Ride !
 

Envie de terre

Vous voici revenu à Palmont City, avec votre jolie BM qui vous sera rapidement confisquée au détriment d’une Mazda MX-8, ou une autre voiture de votre choix. Quoiqu’il en soit les choses ont beaucoup changé ici. Les gens ne sont plus pareils depuis votre départ suite au petit incident avec l’embuscade des flics et tout. Le bistro où vous jouiez au PMU et au loto a fermé ses portes et Joey Starr s’est remis à la chanson. Et on vous reparlera sans cesse de ce petit incident. Savoir ce qui s’est passé, qui est derrière tout ça. Entre temps, des gangs se sont formés et contrôlent tous ou presque une partie de la ville. Désormais, Palmont est divisé en quatre, avec un gang à la tête de chaque quartier.
Votre objectif est simple : montrer aux gus du coin de quel bois vous vous chauffez et reprendre petit à petit le contrôle de la ville. Comme je l’ai dit, la ville est divisée en quatre et chaque quartier est lui-même morcelé. D’une manière générale, vous aurez trois courses disponibles à chaque morceau. Si vous remportez deux courses sur trois, alors vous aurez probablement conquis ce petit bout de terrain. Et de petit bout en petit bout, on en arrive à conquérir tout le quartier occupé par le gang. Du coup, le chef du gang, très furieux et très égoïste aussi, vous met au défi. Si vous remportez la course contre lui, il vous laissera le défier là-haut, dans les collines où les virages sont étroits, sinueux et où la probabilité de sortir de la route est très grande. D’où l’intérêt d’être une des grandes nouveautés de cet opus de NFS. Enfin, si vous remportez cette ultime bataille, le terrain est à vous. Félicitations, vous avez déjà atteint 25% de votre objectif. Au suivant !
 

Je veux des huitres !

Mais parlons plutôt de la course en elle-même. Comment se déroule-t-elle ? Est-ce que c’est toujours pareil ? Est-ce que Robert a mis ses chaussettes aujourd’hui ? Je vous explique tout. Il y a effectivement quelques nouveautés au niveau des courses. Tout d’abord la constitution d’un groupe. Et oui, comme tout le monde, vous avez votre propre gang et vous pourrez prendre un de vos coéquipiers avec vous pour vous aider dans votre conquête. Ainsi, on aura trois types de conducteurs : les bloqueurs, les aspiros et les éclaireurs. Les bloqueurs vous permettront de gagner les courses plus facilement, puisqu'il se débrouillera pour ralentir les autres pendant que vous êtes en tête de course. Les aspiros quant à eux, connaissent la ville sur le bout des doigts, et vous indiqueront les raccourcis à prendre pour gagner rapidement et revenir en tête. Enfin, les aspiros. Grâce à eux, vous connaîtrez les joies de la vitesse folle. En effet, ils se positionnent juste devant vous, et vous permettent de profiter de l’aspiration du véhicule. Pratique pour doubler tout le monde et les laisser derrière. Malheureusement, ça ne dure qu’un temps, le temps que la jauge se vide. Et puis au fur et à mesure des courses, on commence vraiment à apprécier l’aide fournie par les coéquipiers.
Mis à part la jauge pour les coéquipiers, vous aurez aussi d’autres jauges qui se videront et se rempliront à souhait. La Nitro par exemple. Vous pourrez l’acheter dans votre garage et elle vous permettra de speeder pendant un court instant. Cependant, le charme de la Nitro a disparu avec l’arrivée des coéquipiers et surtout avec son remplissage automatique. Du coup, on l’utilise à toutes les sauces et ça donne pas de sensations de vitesse fulgurantes. A l’inverse, vous avez la jauge de focus, qui ralentit le temps pendant un court instant vous permettant de faire quelques mouvements délicats et nécessitant plus de précision. Mais voilà, la voiture a tendance à patiner pendant ce court instant et au final on arrive pas à la diriger correctement. Ou alors, j’ai la polio.
 

Nitro, ni pas assez !

Vous avez aimé les flics dans Most Wanted ? Vous allez les adorer dans Carbon. Ils s’accrochent encore plus à votre slip et ne vous laissent pas un temps tranquille, jusqu’à ce qu’on se fasse choper. Mais reprenons depuis le début. Dans chaque quartier de la ville, vous avez un certain indice de surveillance, qui doit aller de 1 à 4. Vous l’aurez compris, plus cet indice est grand, plus vous aurez des flics qui surveillent les rues. Si vous êtes repéré et poursuivis, votre voiture aura un indice aussi. Et plus vous vous faites de courses, plus il augmentera. Et plus il augmente, et plus les flics vous auront à l’œil. Ouais, les flics ont repris du poil de la bête et ne vous laisseront pas tranquille. Du coup, les courses avec les flics c’est peut-être ce qu’il y de plus excitant dans le jeu. Si votre véhicule ne se démolit pas, on peut pas dire autant des véhicules de police. Il leur suffit de deux ou trois accrochages pour être KO. Bien entendu, ça aura pour conséquence un indice plus élevé et des flics plus coriaces (surtout les 4x4…) qui n’hésiteront pas à vous rentrer dedans, créer des embuscades, des barrières etc. Niveau fun, les flics assurent et ça donne une impression de vie, à côté du vide que nous offre la ville en elle-même.
 

Article rédigé par NKB , le

Carbon revient aux sources, en reprenant les courses à la Underground. Si les courses ont l’air vivantes, on peut pas en dire autant de la ville en elle-même, complètement déserte, ou on voit une voiture toutes les 15 secondes. Ca enlève du charme au jeu mais heureusement qu’il y a quelques nouveautés tout de même avec les courses tout en haut des canyon, la création de son propre gang, une customisation des plus complètes, des flics coriaces… Bref, Carbon réunit les bons ingrédients pour en faire un jeu de course presque incontournable pour peu qu’on aime un peu le tuning et les voitures.

Points positifs

  • La création du gang
  • La course aux canyons
  • Des flics coriaces
  • Emanuelle Vaugier

Points négatifs

  • Une ville déserte
  • Durée de vie limitée
  • Scénario pas folichon

Commentaires