Test : EyeShield 21

Genre : Football US

Genre
Football US
Edité par
Nintendo
Disponible sur
DS, Wii
Site officiel
Site officiel

Au pays du soleil levant, les possesseurs de la Wii sont gâtés, surtout en ce qui concerne les adaptations d’animés. Après la baston, avec Naruto, Bleach et DBZ, partons dans le sport avec Eyeshield 21, dans ce jeu qui retrace le tournoi d'automne de football américain à la sauce nippone !

 
 
Même si la discipline n’est que peu répandue chez nous, le football américain a ses adeptes. Il a aussi son manga, à l’image du foot et de Captain Tsubasa (Olive et Tom en VF). Les personnages hauts en couleurs, aux traits particuliers et aux techniques extraordinaires qui parsèment la série Eyeshield 21 sont tous présents dans ce jeu, et bien entendu toutes les grandes équipes : les Deimon devil Bats, Ojô White Knights, Amino Cyborgs et autres Seibu Wild Gunmans sont de la partie.

Le jeu vous propose donc un mode scénario dans lequel vous aurez l’occasion de faire le tournoi d’automne dans la peau des Deimon devil Bats. De petits évènements parsèment l’enchaînement des matches, avec des illustrations sympas, fixes et animées. Vous trouverez également dans ce mode le tutorial, pour maîtriser les ficelles du jeu. Mais une fois le gameplay bien assimilé, on enchaîne les matches et on se rend compte que la durée de vie de ce mode est assez faible, même si on peut retenter le challenge dans une difficulté plus élevée. Vient ensuite le mode exhibition, où vous pourrez disputer un match contre un adversaire, ami ou IA. Vous pourrez également gérer les équipes et retravailler quelque peu leur fonctionnement, de façon sommaire, mais la possibilité est bien présente. Voila pour la théorie, passons à la pratique !
 

Tout est dans le poignet

Les contrôles se font grâce à la Wiimote couplée au Nunchuk, et diffèrent selon les phases de jeu selon que vous soyez en attaque ou en défense. Tout d’abord, si vous attaquez, vous aurez le choix entre la course, la passe, le passage en force ou le tir (j’évite les termes techniques pour les novices). Pour la défense, vous pourrez bloquer l’adversaire lors de ses assauts en mêlée ou rattraper un coureur. Sans entrer dans les détails, le gameplay est différent pour chaque phase et permet d’avoir des expériences de jeu très variées selon les matches.

Mais face à cette foultitude de possibilités, quelques parties seront nécessaires pour un contrôle optimal du titre, qui joue de réflexes et de précision, en passant par le gigotage de Wiimote dans les règles de l’art. Un apprentissage donc, mais pour un plaisir de jeu qu'on ne boude pas une fois la bête domptée. Notez également que le tutoriel vous propose d’apprendre les bases concernant l’interface, et quelques notions sur le foot américain, assez pratiques pour les parties plus avancées.
 

De la poussière sur la visière ?

Passée la barrière de langage, car la connaissance du japonais est quand même utile dans ce jeu, on prend vite ses repères. L’interface permet d’accéder rapidement aux différentes options et d’élaborer une tactique pour faire face à la situation. Rien de super technique non plus, on n'est pas face à un Madden. A côté de ça, malgré un côté technique épuré, le challenge est bien présent, avec une difficulté croissante et assez bien dosée. Les derniers matches du tournoi sont tout simplement éreintants : il faut avoir l’œil vif, la main rapide et le poil brillant pour déjouer les pièges fourbes des dernières équipes !

Après les questions de fond, venons-en maintenant à la forme : tout d'abord, l’ambiance en cours de partie est mi-figue mi-raisin ; si les voix originales et les effets sonores sont corrects, certaines musiques peu engageantes nous sont proposées à l’écoute, oscillant entre l’agaçant et l’audible. Graphiquement, c’est du cel-shading basique, même si on reconnaît les personnages, c’est peu détaillé et la présence d’aliasing est assez prononcée. Heureusement, la fluidité et l’animation sont très proprettes quant à elles, et font mieux passer la pilule.
 

Article rédigé par DBKamper , le

Il faut être clair : ce titre est très ciblé. En effet, deux motivations peuvent pousser à se mettre à Eyeshield 21 : la connaissance de l’animé et du foot américain. La curiosité aussi pourrait vous ouvrir les portes de ce titre, mais soyez prévenu : pour en profiter au mieux, il faudra passer les barrières du langage et de la maniabilité qui peut paraître retors au premier abord. L’aspect graphique, bien que pauvre, n’entrave pas le fun dégagé par le titre, même si honnêtement, à côté des autres productions à licence présentes sur la Wii, Eyeshield 21 fait pâle figure. C’est un jeu qui s’apprécie avec du temps et de l’entraînement, un peu comme la discipline qu’il représente. Et une fois pris en main, on peut mieux cerner tout le potentiel du titre, et se lancer dans des parties mémorables en compagnie de Sena, Shin, Hiruma et ses potes. Pour les fans, ajoutez un point ou deux à la note finale, selon votre attrait pour la série.

Points positifs

  • Le fun

Points négatifs

  • Les graphismes

Commentaires