Test : Dragon Quest Swords : The Masked Queen and the Tower of Mirrors

Dragon Quest Swords : The Masked Queen and the Tower of Mirrors - Wii

Genre : RPG

Genre
RPG
Date de sortie
2ème trimestre 2008 - USA
Développé par
8ing
Edité par
Square Enix
Disponible sur
Wii
Parfois appelé
Dragon Quest Swords : The Masked Queen and the Tower of Mirrors, Dragon Quest Swords: The Masked Queen and the Tower of Mirrors
Site officiel
Site officiel

La série Dragon Quest, à l'instar de Final Fantasy, ne se cantonne pas aux RPG au tour par tour. Cet épisode Wii, tout à fait spécifique, permet de rentrer dans la peau du personnage principal et de dérouiller ses adversaires avec la Wiimote, qui fait office d'épée et de bouclier. Attention lecteur, ça va couper !

 
 
Dragon Quest Swords reprend le concept d'un jeu sorti par Square-Enix précédemment : Kenshin Dragon Quest. Dans ce dernier, vous deviez défaire les adversaires à l'écran en fendant l'air grâce à l'épée fournie avec le jeu. Bien que le système soit repris pour la version Wii, seules les bases du gameplay du jeu sorti en 2004 ont été conservées, le reste ayant été boosté pour la petite dernière de Nintendo. Le titre tire donc plutôt vers l'action-RPG, avec une prise en main toute particulière, qui est loin d'être déplaisante. Voila comment cela se présente : seule la Wiimote est nécessaire pour jouer et la maniabilité se divise en deux parties : l'exploration, quand vous êtes en ville, et les combats, menés à l'extérieur de son enceinte. Commençons par l'action, le gros morceau. En commençant l'aventure, un vieil homme expérimenté dans les combats vous expliquera comment s'y prendre via un tutorial, et il faut pas avoir fait Saint-Cyr pour comprendre comment s'y prendre. L'action primaire est le coup d'épée, il faut pour cela déplacer avec vigueur votre Wiimote horizontalement, verticalement, en diagonale, ou "transpercer". Pratique quand les ennemis sont bien alignés, mais certains se mettent dans des recoins un peu tordus, pour cela, il faut locker un adversaire, ou un point à l'écran, sur lequel vous pourrez concentrer vos frappes. Pour ce faire, il faut pointer la wiimote vers l'endroit que vous voulez locker et appuyer sur A, avant de trancher tout ce qui bouge à coeur joie. A force d'attaquer, une barre se remplit au fur et à mesure et permet de balancer une attaque spéciale sur les vilains présents à l'écran. Une fois la barre à fond, il faut appuyer sur la touche 2 (pas super commode) pour choisir l'attaque spéciale que vous voulez déclencher et, en fonction de celle-ci, vous aurez à faire une petite manip' avec la Wiimote. Par exemple, pour la première, il suffit de lever la Wiimote vers le ciel, un peu comme Adam dans Musclor avant de se transformer (et si vous voulez, vous pouvez même hurler "Par le pouvoir du crâne ancestral", histoire de vous faire un trip musclorien dans un Dragon Quest...) et ensuite, il faut asséner le coup aux ennemis pour leur faire des dommages massifs. Tripant en somme.
 

On s'en paie un tranche !

Mais si l'attaque est la meilleure des défenses, vous devrez aussi parer les assauts de vos adversaires. Pour cela, vous pouvez soit sortir le bouclier avec B (qui se détériore à mesure des coups que vous vous prenez, mais qui est réparé automatiquement en sortant d'un niveau), soit contre-attaquer. Dans les deux cas, un point à l'écran vous indique où placer votre bouclier pour parer (point rouge), ou l'endroit où vous devrez locker et frapper au bon moment pour renvoyer l'attaque de votre adversaire dans ses dents (point bleu). Enfin, vous pourrez accéder à votre inventaire, pour utiliser des objets notamment, et vous régénérer en temps voulus. Pendant la phase d'action, vous vous déplacez en suivant un chemin prédéfini. Pour avancer ou reculer, il suffit d'utiliser les flèches de la Wiimote, et pour courir, il faut appuyer sur B et la touche de direction "haut". Sur votre chemin, vous pourrez fouiller certains coins, comme les fourrés, cailloux... pour espérer y trouver un objet utile dans votre périple. Le fait d’avancer « sur des rails » confine bien entendu les déplacements, et la linéarité des parcours est indéniable. Cependant, la quantité de lieux visités est diverse et variée, et de temps à autres, vous pouvez choisir de vous rendre à un lieu ou un autre quand vous tombez sur une bifurcation. Certains endroits sont accessibles de suite, mais d’autres nécessiteront un objet en particulier, ou une action à un moment donné pour pouvoir vous prendre un nouveau parcours. Dans tous les cas, arrivé au bout du niveau, vous devrez faire face à un boss, pas bien retors en général, mais reste à trouver la faille dans ses attaques pour lui infliger un maximum de dégâts. Une fois ce dernier défait, vous gagnez quelques p’tits bonus et une note est attribuée par rapport à votre performance dans le niveau en question, avant de retourner en ville faire le point.
 

Un pas en avant, un pas en arrière

Passons maintenant à la phase d'exploration : dans la ville, vous pourrez vous déplacer librement (toujours avec les flèches), parler aux quidams ou aux vendeurs locaux, fouiller les barils pour peut-être y trouver des choses ou encore juste pour profiter du paysage. Parce que le jeu est quand même propret, revêtant une plastique proche de celle de Dragon Quest VIII, et toujours servi par le character design d'Akira "Dragon Ball" Toriyama. Au niveau de la musique, on doit la jolie bande son à Koichi Sugiyama, très plaisante à l'oreille. Les balades dans les contrées externes à la ville, malgré leur linéarité, sont un plaisir pour les yeux et les oreilles, et sont autant d'arguments qui cassent sans forcer les mauvais préjugés sur les capacités qualitatives de la Wii. Toujours fluide, aux couleurs et effets proprets, servi par un chara-design et des personnages sympas, sur la forme, ce Dragon Quest Swords a des qualités indéniables. Mais un problème, variant selon les personnes, survient au niveau de la maniabilité : en effet, il faut privilégier les mouvements larges et garder sa Wiimote à plat lorsque vous attaquez, sous peine d'affliger des coups transversaux plutôt que verticaux et horizontaux. Selon la personne qui joue, l'un ou l'autre des coups a plus de mal à passer, l'entraînement du début - qu'on peut refaire par la suite - constitue alors un bon moyen de se faire la main sur le jeu. Autre point noir : diriger le personnage avec la croix de la Wiimote peut s'avérer peu commode quant au peu de confort prodigué par ladite croix. Petite méthode personnelle : avancez avec B et tournez avec les croix gauche et droite au moment voulu, c'est plus commode. Enfin, au combat, le fait d'avoir placé les coups spéciaux sur la touche 2 fait qu'on n'y pense pas forcément, la touche n'étant pas forcément la plus accessible. Il reste toutefois que ces soucis n'enlèvent en rien le fun apporté par le jeu dans ses combats, auxquels on prend part avec un plaisir certain. Dernier grief, et pas des moindres : la durée de vie. Comptez une dizaine d'heures pour boucler la quête principale (sans forcer) et un peu plus pour les petites choses à côté, que je vous laisse le soin de découvrir. On va pas gâcher l'plaisir non plus !
 

Article rédigé par DBKamper , le

Souffrant d'une durée de vie pas géniale, et pas forcément précis lors de certains coups, Dragon Quest Swords reste cependant un titre fun, prenant, immersif et aux qualités graphiques et sonores certaines (pour de la Wii, s'entend). Un bon titre, assurément, qui pêche par ses erreurs de jeunesse, mais qui procure un plaisir de jeu indéniable.

NB : Pour les impatients qui voudraient tenter l'expérience en import jap, les connaissances en japonais ne sont pas franchement vitales (même si l'histoire passe à la trappe de ce fait), il suffit le plus souvent de trouver la bonne personne ou le bon endroit pour continuer l'aventure, il n'y a pas de truc tordu à faire entre deux phases d'action. Qu'on se le dise !

Points positifs

  • Fun
  • L'ambiance sonore
  • Les graphismes

Points négatifs

  • La durée de vie

Commentaires