Test : Wii Music

Wii Music - Wii

Genre : Musique

Date de sortie : 14 novembre 2008

Genre
Musique
Date de sortie
14 novembre 2008 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Wii
Parfois appelé
Wii Orchestra

Oublions un instant nos a prioris. Faisons fi de nos valeurs futiles et plongeons nous dans l'expérimentation musicale. Faisons abstraction l'espace de quelques minutes de toute l'animadversion latente à l'égard de Wii Music afin d'essayer de le comprendre. Car s'il est un jeu rythmique et musical qu'il faut savoir aborder différemment, c'est Wii Music.

 
 
Il suffit de lire un échantillon représentatif des tests qui peuplent la toile pour se rendre compte à quel point Wii Music fait l'unanimité au sein de la communauté des joueurs. Nous éloignant assez facilement des habitudes auxquelles nous avons été conditionnés, il nous plonge dans un univers surréalistes ou les critiques les plus négatives se contredisent elles-mêmes. Trop simpliste pour certains, pas assez accessible pour d'autres, tristement vêtu de ridicules petites animations, de décors désuets, voir même trop sucrés. Wii Music était prédestiné à avoir de proéminentes épaules pour tout supporter. Les expressions dépréciatives manquent pour exprimer toute l'acrimonie que les joueurs du monde entier ont accumulé depuis l'annonce de cet extra-terrestre vidéoludique.
 

Les jeux musicaux caricaturés en quelques mots

Cataloguant au rang de "jeux musicaux" toutes productions qui nous font tapoter, piétiner, glisser, taper, slider ou crier en rythme, nous avons appris à nos dépends à édulcorer la notion même de musique au rayon d'expériences rythmiques. Depuis des années, nombre de développeurs ont essayé de nous proposer des approches "différentes", souvent avec le succès conceptuel, mais rarement celui des critiques, puisque rendu invisible par l'omniprésence d'une ou deux productions, guitare en main. Pourtant, ils existent : Vib Ribbon (PS1), Mad Maestro (PS2), Gitaroo Man (PS2), Electroplankton (DS), Rhythm Heaven (GBA) ou encore Jam Session (DS), autant d'expériences musicales qui n'ont pas toujours été totalement cernées par la communauté des joueurs à leurs sorties, en s'éloignant des jeux de rythme charismatiques devenus des mannes commerciales sans précédent. Mais au-delà de ces approches conceptuelles exceptionnelles, dans une grande partie des jeux musicaux, nous jouons le rythme, nous suivons le rythme, nous nous laissons imposer le rythme, en l'imitant, mais rarement en le générant. Les seules grandes originalités des jeux les plus populaires sont le choix de l'instrument. Des bongos pour l'excellent Donkey Konga, des guitares pour les non-moins admirables Guitar Hero et Rock Band, des maracas pour le prodigieux Samba de Amigo, etc…
 

Qu'est-ce que la musique vidéoludique ?

C'est alors que se pose une multitude de questions parmi lesquelles : quand nous faisons de la musique, ''jouons-nous des notes ou exprimons-nous une émotion par leur intermédiaire ?'' Certains me répondront simplement "les deux mon capitaine" !! Puisque la musique est une expression sensitive émotionnelle que la dextérité nous permet d'exprimer avec plus de facilité. Mais à la manière d'un mauvais acteur qui aurait beau connaitre ses textes sur le bout des doigts, la musique peut-elle se contenter de prendre vie par une récitation rigide ? Il en va de la notion communément nommée en musique "d'âme". Les jeux de rythme placent souvent le joueur face à ses propres limites. Le jeu de musique doit-il nous faire produire de la musique ? De la même manière, Cooking Mama nous apprend-il à cuisiner ? Half Life nous apprend-il les tenants et les aboutissants de "comment dézinguer de l'alien en 10 leçons" ? Non, car souvent en jeux vidéo, la notion de plaisir supplante toutes les autres. Revenons deux ans en arrière, Wii Sports envahissait le monde avec sa vision proprement anticipatrice du sport vidéoludique, quand il offrait aux joueurs la "sensation". Aujourd'hui, Wii Music arrive avec la même ambition, celle de nous faire aborder un genre différemment. Mais pour cela, dès les premières secondes, il faut que le joueur transgresse ses à prioris, afin de ne laisser s'exprimer que son imagination.
 

Les sentiers (dé)battus

Vous êtes de ceux qui, dès qu'ils entendent un air de musique, se mettent à le fredonner en boucle, chantonnant et virvoltant avec les notes sans vous lasser. Vous êtes de ceux qui aimez la musique pour ce qu'elle offre de plus brut, qui aimez jouer avec les sons, les sonorités, sans prise de tête. Vous êtes probablement Wii Music. Quand les jeux de rythme vous imposent leur rythme, c'est ici vous qui imposez au jeu votre sensibilité sonore et votre cohérence rythmique. Une différence qui fait toute la différence, mais qui n'a pas pour but de supplanter une expérience rythmique "traditionnelle". Elle offre une nouvelle approche, une nouvelle voie expérimentale, que personne ne vous oblige à emprunter. Vous n'en êtes toujours pas convaincu ? Voyageons à travers quelques exemples. Le même morceau est joué par des gens uniques, ayant fait des choix d'interprétations uniques, et donc proposant des résultats uniques. Ici, il s'agit du thème très connu de The Legend of Zelda, une de la quarantaine de musiques proposées dans le jeu.

Thème de The Legend of Zelda : version "philharmonique"




Thème de The Legend of Zelda : version "fanfare"




Thème de The Legend of Zelda : version "animale"




Thème de The Legend of Zelda : version "improvisée"


 

Analyse & réinterprétation

Que pouvons-nous tirer de ces quatre propositions musicales ? L'essence même du concept de Wii Music, rien de moins. Le soft remodèle des frontières convenues et donne aux personnes qui le pratiquent la sensation de produire quelque chose de singulier, la sensation de donner vie à de la musique telle qu'on le désire. Au final, on se retrouve avec la transmission d'une valeur totalement subjective, le goût de la musique. Valeur mise au placard par les temps qui courent. Sans avoir la prétention de nous apprendre à jouer d'un des soixante instruments qui le composent, il nous permet d'en tirer l'essence créative, sans la frustration d'un long et douloureux apprentissage. L'instrument, selon qu'il soit placé en harmonie, en percussion, en basse ou en mélodie donnera vie au morceau différemment. Bien sûr, dans la pratique les instruments n'auront pas le même intérêt. Certains seront sympathiques, quand d'autres nous laisseront de marbre. Ce sera au joueur de se placer sur la rythmique et de choisir les sonorités qui lui conviennent.
 

Tu me tapes sur les nerfs

Un mode spécifique à la batterie permet d'utiliser la Wii Balance Board de Wii Fit donnant ainsi accès aux pédales. Ce mode demande beaucoup plus de maîtrise que les autres instruments. On sent qu'il a été ajouté au jeu par la suite, puisque son apprentissage s'aborde de manière bien spécifique. D'ailleurs chaque instrument répond à une des quatres mécaniques de jeu. Et leur profusion révèlera forcément des instruments plus subtils que d'autres, et les subtilités sont nombreuses. Certains instruments sont engageants à jouer, permettent vraiment de prendre du plaisir immédiatement et à leur manière de restructurer les morceaux. Les 60 instruments mis à disposition du joueur ne sont pas 60 manières d'aborder une même musique, mais sont le point de départ de milliers de combinaisons musicales. Ne pas jouer en rythme brisera toute la cohérence du morceaux et les notes s'enchaineront alors sans saveur (voire pourront gravement attenter à la santé de vos tympans). Mais dès que l'on commence à appréhender la structure d'un morceau, l'alternance des moments calmes, des moments plus intenses, l'intérêt de l'improvisation rythmique et musicale décolle considérablement. Et s'il demeure un choix autrement plus que discutable, c'est de n'avoir proposé que des sonorités midi, quels que soit les instruments choisis. Cela sied parfaitement à certaines musiques, quand d'autres auraient mérité une approche un peu plus dynamique et mélomaniaque.
 

Le petit prince de la musique

La variété des morceaux vous fera voyager de la pop au classique en passant par les mélodies naïves et enfantines. Un peu à la manière de Donkey Konga, Wii Music propose une gamme de musiques diversifiées qui touchera une large audience, quitte à léser ceux qui auraient préféré plus de titres d'un même genre, et moins de genres...
On aura ainsi des thèmes classiques de noms célèbres tels que Vivaldi, Bizet, Gustav Mahler, Antonin Dvorak, Beethoven, Mozart, Wagner, etc.
Des chansons plus rock'n roll de The Monkees, The Police, The Jackson 5, Bobby Helms.
Des chansons plus pop de John Lennon, Earth, Wind & Fire, The Police, Madonna.
Des airs plus douceureux tels que Sur le pont d'Avignon, Twinkle Twinkle Little Star (Berceuse anglaise).
Et des thèmes chers à la firme japonaise comme Animal Crossing, F-Zero, Legend of Zelda, Super Mario Bros, Wii Music.
 

Communiquer sans frustrer

Le genre des jeux musicaux est un vase clos parsemé de trous parmis lesquels se distingue celui perforé par Wii Music. Même s'il prend vraiment tout son sens à plusieurs, le jeu peut s'envisager seul, bien qu'il manquera tout de même cette envie de partager ses "créations". On vous offre néanmoins la possibilité de les diffuser en ligne via votre réseau d'amis. Mais à ce niveau, tout cela manque quand même d'un peu de vie… Car l'intérêt est bien entendu de partager ce que l'on joue. L'un dans l'autre, il faut saisir ce que chacun peut apporter à la formation musicale. L'un peut-il exister sans l'autre ? Le partage de la musique, cette diversité personnelle prolongeant le plaisir jusqu'à la communion. Chaque expérience individuelle est-elle intéressante en soit ? Ici, on nous propose de jouer ensemble, de communiquer en musique, de communiquer sur de la musique. Chaque instrument individuel n'existe que si une cohérence commune prend vie. Comprendre l'autre au-delà des présomptions… Communiquer sans frustrer...
 

Vers l'essentiel...

Une initiation à la musique. Un plaisir de jouer de la musique. Evidemment la technique propre à chaque instrument n'est en rien comparable à l'infinie complexité que chaque instrument recèle en réalité. Pas moins d'ailleurs que de tenir une guitare en plastique ou des bongos de PVC. Il ne vous faudra pas une longue année à frotter une ou deux cordes sur un violon pour pouvoir enfin commencer à jouer de simples mélodies. Ici tout est immédiat, tout va à l'essentiel. Et l'essentiel n'est pas de confronter sa performance face à celles de ses amis, mais bien de jouer d'instruments aux multiples subtilités. Tout cela dans le but de jouer ensemble de la musique. Aucun mode de jeu ne propose de se confronter. Tous ne proposent que de s'ajuster. Le mode le plus délicat à plusieurs demeure celui où l'on est chef d'orchestre. Car quand seul face à la formation musicale, il est facile d'alterner moment pianissimo et envolée dramatique, mais à plusieurs cela nécessite une grande cohérence rythmique, et c'est une autre affaire… Très rigolo en pratique, le mode chef d'orchestre s'avère bien plus subtil qu'il n'y parait à première vue. Il demande de bien comprendre la chanson dans sa structure et d'en émettre une interprétation cohérente. Il demeure en revanche trop limité, avec uniquement cinq morceaux. Les autres activités multijoueurs seront des exercices qui permettront aux joueurs d'affiner leur oreille musicale. Ces mini-jeux permettent de passer du bon temps, mais leur faible nombre constitue à n'en point douter un handicap.
 

Dernier mouvement

Donner à une musique que l'on connaît (et reconnaît) une touche personnelle ; si Wii Music réussit un exploit, c'est bien celui-là. La construction d'un morceau peut se faire en totale improvisation ou en y revenant régulièrement pour changer la base d'un instrument, une sonorité, ou simplement la manière dont on veut approcher ladite musique. Dans cette optique, on peut prédéfinir un style (parmi une dizaine) qui nous indiquera comment le jazz, le rock ou encore le classique, peuvent être abordés. Ces styles ne sont qu'une base personnalisable. On peut demander à des intelligences artificielles de diriger certaines parties pendant que nous en jouons d'autres.

Requiem

2008 sera marquée par l'arrivée d'une nouvelle découverte musicale d'une rare intelligence conceptuelle sous le nom de Wii Music. Après plus d'une quinzaine d'heures passées à improviser et expérimenter, le constat est clair : Wii Music est un grand jeu. Une œuvre d'une épanouissante profondeur mais qui, si on n'en saisit ni le concept, ni l'intérêt, amputera l'expérience de tout son attrait. C'est un jeu qui se destine à tous les amoureux de nouvelles expériences qui aiment la musique au sens large et pas la musique cloisonnée aux frontières réconfortantes d'un genre. Faire découvrir la musique aux plus jeunes, la découvrir sous un autre angle, tenter d'observer la musique différemment, voilà ce que fait Wii Music, et voilà ce qu'il réussit brillamment. En espérant que d'autres développeurs auront la bonne idée de poursuivre dans cette voie, au-delà des à prioris ineffables à toute communauté. Parce qu'il reste tant à découvrir...

Article rédigé par elf , le

Wii Music est un OVNI ludique. Il constitue une œuvre unique qui nous propose d'appréhender le "jeu musical" différemment. Il s'affirme comme un électron libre multijoueur aromatisé à la sauce Mii, se révélant aussi amusant qu'obscur. Car l'intérêt que l'on aura à y jouer sera intimement lié à l'intérêt que l'on associera à son concept, celui de "jouer par plaisir de jouer". Vous serez livré à vous-même, à votre envie d'improviser, de créer, de participer. Au-delà des limites que le genre ludico-musical s'est fixé artificiellement depuis des années, on nous offre ici une échappatoire d'expérimentation, à la manière de ce que proposait Toshio Iwai dans le génial Electroplankton sur Nintendo DS. Mais ici l'emballage fait dans un tout autre registre. Bourré de détails amusants et naïfs, le logiciel regorge de qualités. Loin des idées reçues, Miyamoto n'a pas créé ici un produit grand public, mais bien une expérience musicale surprenante qui s'adresse à tous. Et comme toute œuvre de ce type, elle aura une capacité remarquable à diviser. Mais une chose est sûre, quand on adhère au concept, le bonheur transparaît sans équivoque.

Points positifs

  • L'expérimentation musicale
  • Peut constituer une initiation à la pratique musicale ludique
  • Des minis-jeux annexes sympathiques...

Points négatifs

  • … mais pas bien nombreux
  • Pourquoi ne pas avoir aussi intégré une partie "chant"
  • Pas de morceaux prévus en téléchargement

Commentaires