Test : Mighty Switch Force ! Hyper Drive Edition

Mighty Switch Force ! Hyper Drive Edition - Wii U

Genre : Action/Réflexion

Date de sortie : 06 décembre 2012

Genre
Action/Réflexion
Date de sortie
06 décembre 2012 - France
Développé par
WayForward
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Wii U
Modes de distribution
Nintendo eShop
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans
 Violence

Entre WayForward et Nintendo, c'est une grande histoire d'amour. Ayant fait ses gammes sur le DSi Ware, c'est tout naturellement que le studio déboule sur l'eShop de la 3DS pour nous proposer un nouveau jeu d'action/plates-formes savoureux. Son nom ? Mighty Switch Force. Un ingénieux titre qui mêle action et réflexion.

Test effectué à partir d'une version Wii U

 
 
Ce test est un update de celui de la version 3DS, rédigé par l'inénarrable Le Cactus. Pour les informations spécifiques à la version Wii U, veuillez vous reporter au dernier paragraphe.

En regardant de loin, on pourrait voir en Mighty Switch Force un héritier de Megaman. Un héros qui saute, qui court et qui tire avec son gun dans un environnement en scrolling 2D. Tout porte à croire que l'on a face à nous un jeu d'action bateau où tirer sur les ennemis n'est malheureusement que la seule mission. Comme on aurait bien tort de s'arrêter à cet à priori. Car voyez vous Mighty Switch Force est bien plus que ça. C'est avant tout un jeu de réflexion où l'on ne tire finalement que très peu. Certes, il faudra jouer de la pétoire pour faire disparaître quelques éléments du décor ou des ennemis, mais cela s'arrêtera là. Car la principale aptitude de l'officier Patricia Wagon, que l'on incarne ici, n'est pas son talent de tireuse hors pair mais bien son pouvoir de switch. A tout moment, la bougresse peut faire passer certains éléments du décor au premier plan (ou bien entendu l'inverse) aux moyens des boutons A, L ou R. Ces fameux éléments prennent la forme de blocs qui apparaissent comme transparents s'ils sont en arrière plan ou en relief au premier plan. Le but du jeu est d'avancer dans les niveaux en switchant à tout va (pour créer escaliers et autres plates-formes) et à capturer les cinq prisonnières bien dissimulées dans chaque environnement.
 

C'est bon mais c'est court

Bien entendu, il n'existe pas que des blocs standards. Certains permettent de ce fait de propulser notre héroïne dans les airs. Il s'avère également possible d'y placer certains ennemis pour les envoyer vers des passages à débloquer. C'est par exemple le cas de ces sortes de Bob-omb qui peuvent détruire certains blocs fragiles impossible à péter avec son arme. D'autres plates-formes encore restent au premier plan lorsque l'on se trouve dessus. Il faut donc habilement jouer du switch pour se frayer un passage et ne pas mourir bêtement. Et des vies, le joueur est susceptible d'en perdre quelques unes. A chaque début de niveau, Patrica dispose de trois cœurs. Elle en perd un à chaque fois qu'elle se fait toucher par un ennemi ou qu'elle tombe dans un piège mortel (pics, vide, tout ça quoi). Dans ce dernier cas seulement, la protagoniste réapparait alors sur l'un des nombreux checkpoints dont disposent chaque niveau. Une fois la jauge de santé vidée, il faut tout recommencer depuis le début. Fort heureusement, une bonne flopée de points de vie sillonnent les environnements. Bien entendu, ça nous arrange sur le moment, mais la difficulté en pâtit de manière significative. Il faudra en effet attendre les tous derniers niveaux pour souffrir comme il faut. D'ailleurs, l'un des points noirs du jeu réside dans sa faible durée de vie. En tout et pour tout, le joueur n'a que 16 niveaux (pour moins de 2h de durée de vie) à se mettre sous la dent. Alors, certes, ils sont très bien pensés, mais cela reste un peu juste. Surtout pour 6€.
 

Ch'est choli cha !

D'un point de vue technique enfin, il faut reconnaître que le titre de WayForward s'en sort vraiment très bien. Les sprites des personnages sont mimis à souhait et les animations s'avèrent au poil. Mention spéciale aux chats qui font office de checkpoints tout au long du titre. Ces derniers affichent une mimique vraiment fun à chaque fois que l'on passe devant eux. Le soft utilise par ailleurs habilement les possibilités 3D de la console de Nintendo. Quelques détails sympas comme la présence d'éclats, d'explosions ou de fausses fissures sur l'écran rendent l'expérience véritablement excellente. Côté son également, le titre se défend bien avec des musiques punchy et des bruitages très convaincants. Rien à redire dans ce domaine dans lequel WayForward assure. On prend plaisir à suivre ces niveaux au level-design ingénieux, aux couleurs chatoyantes et desservies par une musique en adéquation totale avec l'univers. Et c'est bien là l'essentiel.
 

Pour la version Wii U

Dès le lancement du jeu, on se rend compte que la HD sied parfaitement au jeu de Wayforward. On a droit à des sprites de taille plus conséquente, nous permettant d'apprécier chaque détail à sa juste valeur, comme la plastique de l'héroïne et de ses proies, ou la gueule complètement en travers des chiens qui servent de checkpoint ici.
Il ne vous aura pas échappé qu'il s'agit là d'une édition « hyper drive », et non haute définition. Appellation justifiée, le titre ne se contentant pas d'une actualisation graphique. En effet, les joueurs pourront débloquer ici cinq niveaux bonus. Mais ce n'est pas tout, puisque chacun de ces 21 niveaux existe dans une version hyper drive, proposant un challenge plus relevé. Mais pour débloquer ce contenu, il vous faudra atteindre l'objectif de temps de tous les niveaux, ce qui n'est pas une mince affaire. Les amateurs de scoring et de speedrun trouveront là un véritable challenge, nécessitant d'apprendre par coeur la structure des niveaux pour optimiser au maximum le parcours, en plus d'avoir des skills de bâtard. Et comme si cela ne suffisait pas, les joueurs se lancent des défis sur le Miiverse, se vantant, screenshot à l'appui, de leur meilleur temps.
Pour ce qui est de l'exploitation du gamepad, soyons honnête, celui-ci ne sert strictement à rien, sauf si vous voulez libérer la télé.

Article rédigé par pattoune , le

Quel joli jeu que nous offre là WayForward. Malgré une difficulté pas toujours au rendez-vous et une expérience bien trop courte, le soft nous propose une aventure ingénieuse, très stimulante et particulièrement bien mise en valeur grâce à sa technique. Si vous avez 6€ à dépenser, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Soutenez les petits studios bande de pingres !

Points positifs

  • Très ingénieux
  • Joli à souhait
  • La bande-son
  • Un portage qui ne se contente pas du minimum, ça change
  • La communauté sur le Miiverse

Points négatifs

  • Trop court pour ceux qui ne sont pas amateurs de scoring
  • Manque de challenge
  • L'écran du gamepad qui ne sert à rien

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires