Test : Super Mario 3D World

Super Mario 3D World - Wii U

Genre : Plombier moustachu

Date de sortie : 29 novembre 2013

Genre
Plombier moustachu
Date de sortie
29 novembre 2013 - France
22 novembre 2013 - USA
21 novembre 2013 - Japon
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Wii U
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

A peine un an au compteur et déjà deux jeux estampillés Mario pour la Wii U. En effet, après avoir proposé aux joueurs New Super Mario Bros. U le jour de la sortie de sa dernière console de salon – puis plus tard un DLC mettant à l’honneur Luigi, Nintendo leur propose désormais de découvrir le premier épisode en 3D de cette console, un certain Super Mario 3D World qui se rapproche bien plus d’un Super Mario 3D Land (sur 3DS) que d’un « vrai » Mario en 3D comme pouvait l’être Mario Galaxy.

Test effectué à partir d'une version Wii U

 
 
Comme toujours dans tout bon Mario qui se respecte, l’histoire est assez sommaire : alors que le plombier moustachu, son frère Luigi, la princesse Peach et les petits Toad se la coulaient douce au Royaume Champignon, le vilain Bowser est venu pour assouvir sa pulsion irrépressible de kidnapping. Pour une fois, il ne va toutefois pas s’en prendre à Peach mais à de petites fées qui n’avaient pourtant rien demandé à personne. Du coup, nos chers héros, qui n’avaient pas grand-chose d’autre à faire, n’hésitent pas à se libérer une petite place dans leurs agendas surchargés pour voler aux secours de ces petites créatures ailées. L’occasion pour le joueur de découvrir des Mondes en veux-tu en voilà, ces derniers regorgeant de niveaux et autres petits bonus, comme les maisons des Toad qui accorderont quelques petits bonus bienvenus. Comme toujours, chaque monde se termine par un Boss final, mais il arrive également que des mini-boss fassent aussi leur apparition en plein milieu, comme ça, pouf, afin de casser un peu la routine du fan inconditionnel.
 

Et tu sautes, sautes, sautes…

Ce dernier ne sera cependant pas vraiment dépaysé, ce Mario proposant du très classique. Les niveaux sont chronométrés – certains doivent être terminés en seulement 100 secondes – et il s’agit de récupérer les trois étoiles (vertes, cette fois-ci) disséminées çà et là pour être sûr d’en avoir assez et donc pouvoir débloquer certains niveaux. Nintendo n’a toutefois pas non plus réalisé un bête copier-coller de sa licence puisque quelques nouveautés ont été inclues. La première est bien évidemment le costume de chat, superstar des trailers du jeu. Celui-ci permet de donner des coups de griffes aux ennemis mais aussi et surtout de grimper à la verticale sur les murs, donnant donc l’occasion au joueur d’atteindre des endroits autrement inaccessibles renfermant peut-être quelques secrets. Mario et tous ses petits copains font également la connaissance de Plessie, sympathique dinosaure qui les laisse grimper sur son dos pour dévaler de longs chemins. Les quelques niveaux se déroulant de la sorte seront l’occasion pour les joueurs de montrer leurs skills, la maniabilité du dino étant plutôt rigide et nécessitant plusieurs essais avant de la maitriser entièrement. Enfin, en dehors des étoiles vertes il est possible dans chaque niveau de récupérer un sceau, comprenez par là une sorte de sticker représentant l’un des nombreux personnages ou éléments de l’univers du plombier moustachu.
 
 
D’autres petites trouvailles sympathiques sont également de la partie. Notons notamment la plante piranha de poche, qui attaque automatiquement les ennemis se trouvant à sa portée, la chaussure patin à glace permettant de se déplacer avec grâce et légèreté sur les patinoires, la boite canon tirant automatiquement des boulets à intervalles réguliers ou encore la double cerise qui crée un sosie du personnage la prenant (évidemment, plus il en prend et plus il a de sosies, il est donc possible de se faire un niveau avec quatre Mario…). Le GamePad de la Wii U est lui aussi mis à contribution : souffler dessus permet de révéler certains éléments invisibles du décor, certaines plates-formes ne peuvent être déplacées que grâce à l’écran tactile, tapoter les ennemis sur ce même écran les paralyse, etc. Mais l’utilisation la plus intéressante reste celle proposée dans les niveaux d’aventures du Capitaine Toad. Bien que trop peu présents à notre goût, ces derniers mettent en scène, comme leur nom l’indique, un Toad. Celui-ci doit récupérer des étoiles mais attention, il ne peut ni courir, ni sauter. Il faut donc le déplacer comme il se doit afin qu’il prenne toutes les étoiles. Incliner la mablette sert dans ces niveaux à faire bouger la caméra, une utilisation franchement sympathique sans pour autant être renversante non plus, d’autant plus que le joystick droit fait aussi très bien l’affaire. Mais quand même, ça reste une bonne idée. Espérons simplement que dans le prochain opus ce cher Capitaine ait le droit à plus de niveaux dédiés, ces derniers prenant plus la forme de casse-têtes que de plates-formes et dont offrant aux joueurs une petite bouffée d’air frais entre deux mondes.
 

Miaouss au pays des Champis

Mais si Nintendo a tout de même inclus quelques nouveautés, la firme n’en oublie pas pour autant les vieux de la vieille, car la manière de se mouvoir de chaque personnage jouable est directement reprise de Super Mario Bros. 2. Ainsi, Luigi saute plus haut que les autres, Peach plane quelques instants et Toad coure plus vite. Des features à prendre en compte lorsque l’on joue en multi en local car le tout est bien évidemment jouable jusqu’à 4 (avec les Wiimotes, le GamePad, le Pro Controller et même la manette Wii). Dans ce cas, un classement des points est fait à la fin de chaque niveau et le premier remporte une jolie couronne qu’il gardera sur sa tête dans le niveau suivant. Il doit simplement faire attention à ce que ses petits copains ne lui piquent pas… Même si au fond elle ne sert pas à grand-chose. Enfin, parlons de ce que les fans attendent d’un Mario : la plate-forme en elle-même. Ici, les mondes sont thématiques (désert, neige, etc) et les niveaux sont donc en général en adéquation avec ces thèmes. Au niveau du level-design, il n’y a rien à dire : une fois encore, les développeurs de chez Nintendo montrent tout leur talent en mettant en place des niveaux de plus en plus compliqués, tordus mais toujours addictifs, avec moult passages secrets. Tout ce qu’on attend d’un épisode de cette licence, donc. Un vrai bonheur.
 
 
Côté réalisation, c’est toujours aussi mignon. La HD sied décidément à merveille à nos héros qui se retrouvent tout en rondeurs et surtout hauts en couleurs. Les niveaux sont aussi variés et très jolis avec des couleurs vives, et les musiques et bruitages sont toujours aussi réussis. Côté durée de vie, comptez entre 6 et 8 heures pour le finir presque en ligne droite, c’est-à-dire en cherchant un peu les étoiles mais pas trop non plus, juste assez pour débloquer tous les niveaux en nécessitant un certain nombre. Si en revanche vous faites partie de ceux qui veulent le finir à 100%, vous en aurez déjà pour un peu plus longtemps, les maps elles-mêmes regorgeant de secrets. Une chose rendue faisable par la possibilité de se déplacer entièrement librement sur ces dernières au lieu de suivre une ligne toute tracée. Notons également que puisque le GamePad sert au gameplay, notamment en tapotant l’écran, ce dernier ne fait qu’afficher la même chose que la télé, comme ce que faisait déjà New Super Mario Bros. U.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

Si New Super Mario Bros. U avait pu décevoir les fans du plombier en ne proposant presque aucune nouveauté et un level-design pas toujours des plus inspiré, ce Super Mario 3D World rattrape franchement le coup. Les niveaux sont – à de rares exceptions près – de véritables petites pépites, les nouveautés s’avèrent être carrément sympathiques (le costume de chat, les aventures du Capitaine Toad, les divers nouveaux objets, etc) et c’est toujours aussi fun en multi. Si on aurait clairement pu se passer du premier Mario sorti sur Wii U, et donc de son DLC consacré à Luigi, il serait franchement dommage de passer à côté de celui-ci.

Points positifs

  • Le costume de chat
  • Les niveaux du Capitaine Toad
  • Les nouveaux objets (patin à glace, plante carnivore de poche, double cerise, etc)
  • Le level-design aux petits oignons
  • Des tas de secrets

Points négatifs

  • GamePad encore un peu sous-exploité
  • Pas assez de niveaux du Capitaine Toad
  • Maintenant on veut le successeur à Mario Galaxy !

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires