Test : Mario Party 10

Mario Party 10 - Wii U

Genre : Party-game

Date de sortie : 20 mars 2015

Genre
Party-game
Date de sortie
20 mars 2015 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Wii U
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop

Ça y est, il est là : le Mario Party nouveau est (enfin) arrivé ! A vous donc les parties endiablées entre potes, affalés confortablement au fin fond de votre canapé... A condition bien entendu d'avoir une Wii U, ce Mario Party 10 étant exclusivement de sortie sur la dernière console de salon de Nintendo. Et aussi d'avoir des potes. Parce que bon, sinon, c'est quand même bien moins drôle si vous êtes tout seul. Un peu comme avec Mario Kart, en fait.

Test effectué à partir d'une version Wii U

 
 
Si avez suivi l'actualité autour de ce Mario Party 10, ou si vous avez lu notre preview, vous savez déjà que la grosse nouveauté de cet épisode Wii U, c'est son Mode Bowser. Celui-ci peut se jouer jusqu'à cinq joyeux lurons : quatre dotés de Wiimotes et le dernier sur le GamePad, qui incarne donc le roi des Koopas. Le but est simple pour les quatre premiers joueurs, à savoir parvenir à atteindre la ligne d'arrivée pour récupérer l'ultime étoile. Pour ce faire, c'est comme d'habitude : il leur faut lancer à tour de rôle un dé leur permettant de progresser sur un plateau de jeu divisé en cases. Ils devront parfois participer à des minis-jeux où ils devront tout faire pour ne pas perdre leurs cœurs sous peine d'être envoyés à la ligne de départ et attendre que l'un des membres de l'équipe le repêche. Bowser, quant à lui, progresse de la même manière, si ce n'est qu'il dispose pour sa part de quatre dés. Il lui est donc aisé de rapidement rattraper le petit groupe, ce qui permet de lancer un mini-jeu.
 

Time to party hard

Évidemment, plusieurs plateaux sont proposés et chacun propose une ambiance et des features particulières : par exemple, celui se situant dans les abysses permet à certains endroits d'ouvrir au hasard un coffre-fort en espérant tomber sur un joli pactole de cœurs. La forteresse de Bowser, quant à elle, permet au monstre de placer des pièges à certains endroits, et ainsi de suite. Il est donc amusant de s'essayer à tous les plateaux pour découvrir les idées des développeurs, même si le nombre de plateaux dans ce mode est assez limité malheureusement. Tout comme les minis-jeux d'ailleurs : seulement une dizaine sont proposés. Ils sont en revanche assez variés et plutôt funs à jouer, d'un côté comme de l'autre : souffler dans le GamePad pour cracher des boules de feu, se placer correctement sur une roulette pour ne pas se faire toucher, faire basculer la mablette dans tous les sens pour faire bouger des colonnes de feu, etc. Il est même possible de participer à une partie de Bingo ! Ces minis-jeux sont choisis au départ aléatoirement, mais rapidement, et avec l'aide de Bowser Jr., le joueur peut finalement choisir lui-même : de quoi lui permettre de renverser la vapeur via un mini-jeu dans lequel il est plus à l'aise...
 
 
L'autre gros morceau de ce Mario Party 10, c'est le mode plus classique, à savoir le Mode Mario Party. Celui-ci ne bouscule pas les habitudes : jusqu'à quatre joueurs, là encore équipés de Wiimotes, s'affrontent à coup de minis-jeux pour parvenir à la ligne d'arrivée avec le plus grand nombre d'étoiles possible. Des embûches sont bien entendu placées ça et là sur le parcours : en dehors des épreuves classiques (chacun pour soi, deux contre deux ou un contre trois), des minis-boss viennent parfois s'interposer, et il s'agit alors pour tous les joueurs de faire équipe pour en venir à bout, sachant tout de même que celui mettant le coup final reçoit un bonus d'étoiles. Des cases malchances sont aussi disséminées ça et là et peuvent faire perdre plus ou moins d'étoiles (un Boo venant hanter un joueur, un missile venant en frapper un autre, etc). Last but not least, Bowser est toujours de la partie : au départ enfermé dans une prison, il se libère une fois que tous les chiffres du dé sont sortis et se venge en plaçant des cases spéciales un peu partout. Bref, autant dire que le voyage est tout sauf tranquille.
 

La piste aux étoiles

Là encore, plusieurs plateaux de jeux sont proposés – un peu plus que dans le Mode Bowser – et ils sont plutôt inspirés, notamment celui se situant dans les nuages avec ses multiples bateaux volants et en permanence en mouvement. Quant aux minis-jeux, ils sont ici bien plus nombreux puisqu'il y en a environ une grosse soixantaine et se montrent plus ou moins inspirés. Tantôt il faut marquer le plus possible d'ennemis d'un certain type, tantôt il s'agit simplement de sauter pour éviter des abeilles. On peut aussi faire une course sur une piscine en évitant soigneusement les ennemis, ou encore, en équipe, attraper les Boos ayant avalé des diamants... Bref, il y a de quoi faire et il faut jouer un moment avant de voir les minis-jeux tourner en rond, ce qui est toujours appréciable. Il n'y a certes pas de nouveauté révolutionnant totalement la licence, mais au moins le fun est là, et c'est toujours ça de pris, même si parfois l'équilibrage fait un peu rager. Comme par exemple quand un joueur a fait tout le parcours en tête et se fait finalement voler toutes ses étoiles par un autre juste avant la ligne d'arrivée...
 
 
En dehors de ces deux gros modes, il existe un Mode Amiibo permettant de débloquer toujours plus de parcours grâce aux figurines correspondantes, à savoir celles spécifiquement créées pour ce jeu. Si toutefois vous avez un Amiibo autre, sachez qu'il est aussi compatible mais bien moins intéressant : il permet simplement de débloquer une fois par jour un ticket à gratter octroyant des points à utiliser chez Toad (détails dans le paragraphe suivant), mais rien de bien transcendant. Évidemment, tous les minis-jeux présents dans les différents modes peuvent être joués à volonté – à l'exception des boss qu'il faudra d'abord affronter dans l'un des modes pour les débloquer. Il existe en outre deux épreuves plutôt inintéressantes mettant le joueur face à Bowser Jr., mais également du badminton, en solo ou en duo, et enfin un mini-jeu dont le but est de faire disparaître des gemmes de même couleur par lot de quatre ou plus. Le but est de faire le meilleur score, mais il faut aussi faire avec les handicaps venant très souvent perturber le joueur, à savoir des pierres énormes prenant un peu trop de place. Là encore, quelques parties par-ci par-là sont bienvenues, mais rien de bien transcendant non plus.
 

A peine party, aussitôt revenu

Enfin, les plus curieux pourront toujours se lancer dans le menu tenu par le petit Toad. Il y est alors possible, grâce aux nombreux points gagnés durant les parties, de débloquer des personnages supplémentaires, des musiques, des moyens de transport ou encore des décors pour photographier les personnages. Certes, rien de bien foufou, mais ça a au moins le mérite d'exister. Visuellement, ce Mario Party 10 ne s'éloigne pas un brin de l'univers bien connu du plombier moustachu. Les couleurs sont nombreuses, vives, et les décors sont tout mignons, tout en rondeurs. Rien de bien nouveau de ce côté là donc, tout comme pour la bande-son, avec des musiques et des bruitages bien connus des habitués de chez Nintendo. Précisons tout de même que le tout tourne en toute fluidité, sans jamais aucun ralentissement, si ce n'est quelques très courts temps de chargement lorsqu'une partie se termine et que les scores s'affichent.
 

Article rédigé par Shauni Chan , le

S'il ne bouscule pas vraiment la formule bien connue des habitués de la série, ce Mario Party 10 se montre plus que convaincant. Ses minis-jeux sont pour la plupart assez funs, les plateaux sont assez longs (30 minutes environ) et variés et, surtout, son Mode Bowser est particulièrement amusant à jouer, même si celui-ci ne propose que très peu de minis-jeux. Il propose en outre un contenu plus que convaincant (Mode Bowser, Mode Mario Party, Mode Amiibo, une foule de minis-jeux...) et une réalisation mignonnette. Bref, de quoi bien occuper quelques soirées entre potes, même si l'équilibrage de l'I.A. semble parfois approximative et qu'aucun mode en ligne n'est disponible.

Points positifs

  • Pas mal de contenu
  • Le Mode Bowser
  • Pas mal de minis-jeux
  • Mignon
  • Des plateaux aux features différentes

Points négatifs

  • I.A. parfois mal calibrée
  • On aurait aimé avoir plus de plateaux
  • Peu de minis-jeux dans le Mode Bowser
  • Des à-côtés peu convaincants sur le long terme (badminton, gemmes...)
  • Pas de mode en ligne

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires