Preview : Hitman : Absolution

Hitman : Absolution - Xbox 360

Genre : Action/infiltration

Date de sortie : 20 novembre 2012

Genre
Action/infiltration
Date de sortie
20 novembre 2012 - France
Développé par
IO Interactive
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Hitman 5
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Grossièreté de langage
 Jeu en ligne
 Violence

Durant cette période de Noël où les assassins risquent de pleuvoir encore plus que les Pokémons, entre Assassin's Creed 3, sa version PS Vita et Dishonored, il serait de bon goût de ne pas oublier leur papa à tous, l'agent 47 de Hitman. Et cela tombe bien, il s'est ouvert à nous lors d'une petite preview, permettant de découvrir l'histoire et le tout nouveau mode de jeu, Contrats.

 
 
Spoil Alert. Cette preview, bien que n'allant pas bien loin dans l'histoire, vous raconte un petit peu le sujet du premier chapitre, et donc de l'histoire principale. Veuillez ne pas aller plus loin si vous ne désirez pas connaître le tout début de l'histoire de Hitman. Les avertissements habituels étant donnés, sachez que notre agent 47 a fort à faire pour la nouvelle mission que vient de lui assigner l'organisation. A vrai dire, il doit tuer Diane, qui est depuis le tout premier épisode de Hitman son agent de liaison. Celle qui lui donne des ordres, l'équipe, le dorlote, le choie, le chaperonne et l'encourage à travers les différents assassinats qui lui sont ordonnés. Celle-ci s'est compromise en enlevant une jeune fille dont l'identité est inconnue mais qui, semble-t-il, est très importante pour les patrons de l'agent 47. Vous voici donc devant un manoir assez bien garni d'hommes armés jusqu'aux dents pour essayer de retrouver la jeune fille et d'exécuter Diana, ancienne alliée et nouveau contrat.
 

Mission possible

Vous voici donc arrivé devant cette immense propriété, comme d'habitude impeccablement propre et bien rasé dans votre costume Gucci invariablement associé à sa cravate rouge. C'est moi ou l'agent 47 a fait un petit peu de muscu récemment pour paraître un peu plus beau gosse sur la plage cet été ? Celui-ci a l'air un petit peu plus costaud qu'à l'accoutumée, en tous cas en apparence. On apprend rapidement grâce à quelques conseils les mouvements de base de notre bonhomme. Le tableau de bord montre la barre de vie, les munitions, etc. Mais la nouveauté de cette épisode, c'est la jauge d'instinct, permettant d'utiliser des capacités spéciales de 47 tirées de son instinct de prédateur hors du commun. C'est comme qui dirait le plus gros changement opéré sur notre assassin et cela permet de détecter les présences ennemies. Cette capacité agit un petit peu comme un radar et offre un visuel sur à peu près toutes les cibles d'une scène, offrant même la possibilité de savoir jusqu'où un ennemi va faire sa ronde. Pratique pour savoir jusqu'où il est possible d'avancer avant de rencontrer un garde en face à face par exemple. On entend d'ici les puristes gueuler, à tort ou à raison, que c'est trop cheaté. Tout va bien, libre à eux de désactiver absolument toutes les aides dans le mode Professionnel de Hitman. Là, plus de barre d'instinct, plus rien du tout d'ailleurs. C'est un moi, ma bite et mon couteau. Et la bonne nouvelle est que ce mode est disponible dès le lancement du jeu, pas besoin pour les core gamers de faire un premier run en touchant à peine la manette, ils pourront entrer dans le vif du sujet directement.
 

Code barre et cravate rouge

On retrouve les codes principaux de la série dans les grandes lignes. Ainsi, il faudra toujours se faufiler de la manière la plus discrète possible. Il est conseillé de faire marcher accroupi 47 autant que faire se peut, la position debout étant évidemment moins discrète, plus audible. Le faire courir lui faire faire évidemment beaucoup plus de bruit, Hitman n'ayant pas encore été initié aux pratiques ninja. 47 exécute ses ennemis de manière parfaitement silencieuse grâce à sa mythique corde à piano. Il peut interrompre son étranglement en pétant la nuque, ou le prolonger pour mettre son adversaire dans les pommes. Les éléments du décor sont aussi grandement utilisés. Vous pourrez ainsi vous planquer dans des poubelles ou de grandes malles, et même observer discrètement la scène depuis votre cache. On entrouvre ainsi le couvercle et on ressemble probablement extérieurement au patron de l'inspecteur gadget. Les décors offrent aussi de bon moyens d'attirer l'attention d'un garde, par exemple en jetant un pavé dans la direction où l'on aimerait le voir se diriger. Mais ce pavé peut évidemment aussi bien servir à éclater l'arrière du crâne du-dit garde s'il s'approche trop près. Et ne pensez pas forcément « couteau de boucher » ou « grosse pierre bien lourde » pour assassiner les gêneurs. Parfois, un simple bon gros bouquin peut parfaitement faire office d'assommoir. Le poids des mots, probablement. A cette occasion, on a pu constater à quel point frapper un homme d'un coup de bouquin peut-être sanguinolent. L'agent 47 a bien évidemment toujours un arsenal d'armes accessibles, mais surtout ses deux flingues équipés de silencieux. Il pourra, à loisir, ramasser les armes de ses adversaires mais les utiliser rimera bien souvent avec fin de la discrétion.
 

Corde à piano et silencieux

Dans la mission effectuée, nous avons aussi pu constater que l'humour était au rendez-vous. Par exemple, alors que vous vous faufilez sur une corniche, vous pourrez entendre un homme au téléphone avec son médecin, qui lui annonce qu'il n'est pas atteint d'un cancer de la prostate. Celui-ci hurle, plein de joie, que rien ne pourrait gâcher une aussi belle journée, jusqu'à ce que vous le fassiez passer par la fenêtre, bien entendu. Il n'est pas nécessaire de tuer tout le monde pour passer et en réalité, il y a même systématiquement un moyen pour vous de ne tuer personne d'autre que votre cible. Les civils exécutés sont des dommages collatéraux qui, s'ils n'annulent pas nécessairement la mission, vous fileront tout de même de sacrés malus vous passant l'envie de leur faire du mal. Un cuistot était d'ailleurs en train de pourrir un garde lorsque nous avons pénétré la maison. Le problème est que si vous le laissez errer, vous ne pourrez probablement pas atteindre votre cible sans être repéré. De l'intérêt de bien explorer les lieux, des somnifères sont accessibles dans une boite à pharmacie à l'étage. Quelques pilules dans la nourriture qu'il mange vous permet de déambuler librement tandis qu'il se plonge dans les bras de Morphée. Les déguisements sont toujours d'actualité, et mieux gérés qu'auparavant. Se déguiser en jardinier, par exemple, vous fait passer à l'aise à côté des gardes mais vos collègues directs, les autres bouseux, risquent fort de vous reconnaître. Vous pouvez utiliser de la jauge d'instinct pour masquer votre visage et passer à leur côté discrètement, mais cette capacité est très limitée.
 
 
Last but not least, le fameux mode Contrat était accessible. Plutôt fidèle à sa réputation de jeu solo, Square n'a pas cédé à l'appel du multi vite fait bâclé parce que tous les jeux en sont équipés aujourd'hui. Le mode Contrat, en revanche, devrait plaire à certains puisqu'il propose ni plus ni moins qu'un éditeur de missions. Vous choisissez une map du solo, ainsi qu'une cible, un moyen, des contraintes, et vous créez une mission vous-même. Après avoir décidé combien de temps cette mission est disponible, les autres joueurs la verront apparaître et pourront la remplir, ainsi que la noter. En fonction de leur difficulté, les récompenses changent selon une formule tenue secrète par ses développeurs. Mais évidemment, si votre mission est de tuer un mec lambda placé au début de la map, on peut imaginer qu'une autre consistant en moins de 89 secondes à exécuter un mec au milieu d'une foule sans se faire repérer avec une corde de piano sera beaucoup plus profitable. On gagne ainsi des objets à débloquer et toutes sortes de bonus, qui peuvent beaucoup aider, sur le solo comme sur le mode contrats. Et bien sûr, c'est un excellent moyen de se comparer les zizis sur Internet.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Sans bousculer les fondamentaux de la série, Hitman Absolution s'annonce plutôt cool dans son ensemble. Les ajouts, qui facilitent à première vue grandement l'ensemble, reflètent assez bien les nouvelles habitudes des joueurs qui rechignent de plus en plus devant la difficulté. Heureusement, en mode Purist, il faudra bel et bien renouer avec la difficulté des épisodes originaux de la série. Le mode de jeu Contrat nous fait le plaisir de ne pas essayer d'adapter un jeu parfaitement solo au multijoueur et fait le choix du scoring et de l'édition de niveaux. Pour le moment, la réalisation était impeccable et le jeu se renouvelait bien. On attend de pied ferme de pouvoir visiter l'intégralité du jeu dans son ensemble pour se faire un avis, mais pour ce que l'on en a vu, on en retire un sentiment drôlement positif.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires