Test : WET

WET - Xbox 360

Genre : Action

Date de sortie : 18 septembre 2009

Wet, abréviation de Wetwork. Traduisez "travail mouillé". Expression signifiant dans la langue de Shakespeare l'assassinat, le meurtre, en faisant allusion aux mains pleines de sang. Rubi est très wet. C'est son truc à elle, son gagne-pain. Des flingues, du bullet-time, du whisky et des jurons, bienvenue dans Wet.

 
 
Bethesda nous livre son nouveau jeu d'action, Wet. Vous incarnez Rubi Malone, une sorte de mercenaire solitaire exécutant n'importe quel basse besogne pour l'argent. Cette jeune femme bien proportionnée sous tous rapports se balade armée de flingues, uzi, shot gun et arbalète explosive. Dans son dos, un katana bien aiguisé pour en terminer rapidement au corps à corps. Elle est aussi une acrobate bien entraînée qui court sur les murs, s'accroche aux parois et prend appui sur ses ennemis pour mieux les dégommer. Une héroïne tout droit sortie d'un Tarantino, si l'on peut se permettre une telle comparaison puisque la réalisation à laquelle elle est condamnée n'est pas vraiment du même acabit.
 

Wild wild Wet

Wet est un titre inspiré. C'est le moins que l'on puisse dire. En effet, la réalisation fait parfois penser à un film de Guy Ritchie, ou un vieux Robert Rodriguez. Niveau gameplay, on est très proche d'un Max Payne ou d'un Stranglehold avec son système de "bullet time". Mais attention, avoir en référence ces titres ne signifie absolument pas en être à la hauteur. C'est bien d'ailleurs le souci de ce soft. Il surprend agréablement au départ, avec son bullet time à deux flingues permettant une meilleure efficacité, que vous pouvez utiliser n'importe quand. Vous pouvez marcher sur les murs en tirant, glisser sur les genoux en dégommant, sauter périlleusement en arrière en allumant. Bref, Rubi tire tout le temps, dans n'importe quelle position, et ce sans aucune allusion sexuelle. Ces possibilités se reflètent aussi dans son maniement du sabre, puisqu'elle peut tailler une bavette au sens propre en prenant appui sur un mur pour plus d'élan, ou simplement glisser/éventrer pour en finir rapidement avec ceux qui résistent de loin. Acrobate à ses heures, Rubi aura souvent besoin de se bouger le popotin en s'accrochant un peu à tout ce qu'elle peut, multipliant les péripéties gymnastiques pour avancer dans l'histoire. Accessoirement, Rubi est de loin une des héroïnes les plus vulgaires qu'il ne m'ait jamais été donné de voir. De chatoyants "sucez vos bites bande d'enculés", "j'espère que vous baisez mieux que vous tirez" viendront rythmer vos combats. Mais les ennemis ne sont pas en reste et vous serez souvent traité de salope ou de sale pute pour vous mettre un peu de baume au coeur durant les scènes d'action. Beaudelaire, si tu nous lis, sache que les auteurs ne t'ont pas lu, eux.
 

Wet for me please

Wet avait de bonnes idées donc, et une réalisation rigolote qui ne manquera pas de plaire au fan d'action. Le véritable souci du soft se situe dans sa finition. Ou plutôt sa non finition. En effet, il est graphiquement vraiment dépassé, les personnages sont diablement mal modélisés, les lèvres bougent à peine durant un dialogue... Disons que passer de Batman Begins à Wet de but en blanc donne l'impression de changer de génération de console. Pour un jeu dont l'action est très souvent menée tambour battant par les acrobaties de l'héroïne, on peut dire que la maniabilité, sans être insupportable ni injouable, est tout de même bien trop hasardeuse. Bugs de collision, interactions avec le décor assez limitées puisqu'un seul chemin s'offre à vous en permanence, consternation parfois devant ce que Rubi peut faire et ne pas faire à différents moments de l'histoire... Cela peut vite devenir agaçant. Ajoutons à cela que l'histoire et les missions sont bigrement répétitifs, cela devient rapidement agaçant. Pourtant, Wet a de sérieux atouts pour lui. Par exemple, le mode "Rubi a la rage". Des graphismes en aplats rouges, noir et blancs qui ne sont pas sans rappeler ceux de Madworld sur Wii. Avec une musique rock entraînante par dessus, ces scènes sont très agréables à jouer, pour les yeux comme pour la manette. Mais elle sont trop rares, et autour, tout n'est que désolation. Que les fans d'action se rassurent, Wet n'est pas un mauvais jeu, et il défoulera les excités de la manette à coup sûr. Le souci est qu'au jour d'aujourd'hui, les jeux rivalisent de beauté entre eux, bénéficient de moteurs de jeux exceptionnels, et Wet ne joue clairement pas dans la même cour.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Partant d'une bonne intention en reprenant beaucoup de systèmes de jeux à succès (acrobaties, bullet time etc...), Wet devient finalement un titre moyen pour sa réalisation bâclée. Dommage, car Rubi, malgré son langage de poissonnière, aurait pu être attachante. Elle devrait uniquement contenter les fans d'action pure et dure en manque de carnage.

Points positifs

  • L'action omniprésente sympathique et rythmée de ralentis acrobatiques
  • Le mode rage
  • L'univers

Points négatifs

  • Graphiquement dépassé
  • Maniabilité trop hasardeuse
  • Bugs d'un autre temps

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires