Test : Gears of War 2

Gears of War 2 - Xbox 360

Genre : Destruction massive de locuste

Date de sortie : 07 novembre 2008

Genre
Destruction massive de locuste
Date de sortie
07 novembre 2008 - France
Développé par
Epic Games
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
Xbox 360

Enfin le voilà, après deux années de patience, le messie de la Xbox 360, la suite du meilleur jeu d’action de la console, un monument signé Epic. L’escouade Delta refait son apparition pour le plus grand bonheur de leurs nombreux ennemis, les Locustes. Ce n’est pas une simple suite que nous proposent les développeurs mais un jeu encore plus fourni, encore amélioré. Tout simplement un must have !

 
 
Alors que l’on pensait (tout en espérant bien sûr le contraire) en avoir fini avec ces larves de Locustes et leurs faces patibulaires, ils reviennent et la situation a empiré. L’action se déroule six mois après le premier opus, les villes sont pour la plupart détruites et les antres de la Terre sont infestés. L’escouade Delta et ses gros bras vont devoir reprendre du service et se battre jusqu’à la libération. En avant, ça va saigner !
 

Carton Rouge

Il est rare de parler pour commencer un test de la communication d’un éditeur et de la société qui s’en charge. Alors que nous avons été abreuvés d’évènements divers afin que l’on relaie le plus possible les nouveautés et les atouts du jeu, aussi d’ailleurs pour notre plaisir, nous devions à grand renforts de communication et d’alertes sur des embargos concernant les vidéos et images personnelles recevoir le jeu une semaine avant sa sortie. Il est clair que ce n’est pas une obligation et que nous étions reconnaissants de l’attention portée. Malheureusement, ce ne fût que de l’annonce car nous l’avons reçu que très tardivement. Ce n’est jamais un souci ni la première fois que cela nous arrive. Toutefois, malgré plusieurs mails pour connaître le statut de l’envoi, nous n’avons jamais reçu de réponses qui nous auraient pourtant permis de nous arranger et de tester une version commerciale afin que le test coïncide mieux avec la sortie. Précision faite, retournons tout de même à ce pur moment de joie ludique.
 

Toujours aussi violent

Gears of War 2 n’est pas un jeu de poète mais c’est ce que l’on aime et vous allez être servis. Tous les ingrédients du jeu sont de retour en encore meilleurs, encore plus jouissifs avec toujours plus de Locustes à estourbir, toujours plus de bestioles gigantesques à dofoncer. En un mot, il s’agit de la parfaite suite de ce que le titre nous avait proposé au niveau du gameplay. On retrouve aussi des passages sur les véhicules toujours aussi poussifs et à l’intérêt plus que limité. En effet, quel est l’intérêt de se retrouver sur un rail vous cheminant gentiment alors que l’on défouraille sans vraiment de précision jusqu’au bout de la mission ? Le seul truc sympathique de cette partie, c’est que l’on peut mettre au repos un cerveau qui n’est pourtant pas vraiment fatigué par le reste. Cette suite comme le premier ne demande pas beaucoup de tactique, il suffit de se planquer derrière un muret et de tirer sur tout ce qui se présente au bout de votre canon. C’est le genre qui veut cela et vous en aurez pour votre argent. Un Must Have de sa catégorie.

Il y a tout de même quelques nouveautés dans cette suite sinon on aurait pu se plaindre d’attendre aussi longtemps pour ça. Tout d’abord quelques nouvelles armes qui en ajoutent toujours autant à un bourinage en règle avec du lance-flamme et des armes lourdes que l’on peut transporter ralentissant d’autant la progression de votre personnage. Mais ce sont surtout les boucliers qui font une apparition bien salvatrice dans certains passages plus difficiles. D’ailleurs le petit jeu consistera aussi à utiliser cette fonction pour s’agripper à un adversaire pour qu’il remplisse cette mission.
 

Les fausses vraies nouveautés

Nos compagnons de la force Delta peuvent dorénavant nous réanimer alors que vous rampez tels des soldats de pacotilles. C’est tout de même bien pratique car le titre propose une action bien plus frénétique. Les monstres arrivent de partout mais malheureusement, Locustes obligent, ils ne sont pas d’une intelligence à faire rougir, vous n’aurez aucun complexe à la sortie de ce jeu ! Ils continuent à venir se faire laminer par vagues successives. Certes, on peut ça et là les voir se mettre à couvert mais il ne s’agit que d’un court répit avant de retourner à la boucherie. De temps en temps, certains tentent une manœuvre de contournement, mais c’est vraiment très rare et toujours pour mieux se faire alpaguer.

L’autre point fort du premier fût la qualité des maps et de son multi qui ont trusté les premières places pendant plus d’une bonne année. Il y avait pourtant des manques qui sont cette fois entièrement présents avec des parties toujours aussi frénétiques sur les différentes maps surtout que d’autres devraient nous parvenir rapidement. Le mode coopération a aussi été revu avec une intelligence artificielle de vos compagnons renforcée, bien utile maintenant qu’ils peuvent vous soigner. Ce mode coop est d’ailleurs agrémenté d’une nouveauté avec La Horde, jouable jusqu’à cinq et qui propose de vous confronter à des dizaines d’ennemis qu’il faut abattre le plus vite possible. Certainement un des modes qui connaîtra le plus grand succès.
 

Une réalisation à couper le souffle

Si nouveautés il y a, c’est en fait ici que nous pourrons les trouver. Le premier opus est resté dans nos mémoires pour la qualité de sa réalisation graphique, il n’en est rien par rapport à ce qui peut sembler comme étant le jeu le plus abouti de la Xbox 360. Les décors sont magnifiques avec une profondeur de vue impressionnante en extérieur. Aucun problème d’affichage ne vient gêner la vision lorsque vous décidez de sniper les gugusses au fond de l’écran. Les couleurs rendent parfaitement une atmosphère de fin de monde avec des passages de désolation à en avoir peur pour notre jolie planète. Les mouvements sont toujours aussi fluides même si l’on peut toujours regretter que nos lourdauds de la force Delta se déplacent toujours aussi lentement. Les quelques soucis de caméra que l’on pouvait avoir auparavant sont entièrement réglés sauf encore dans les phases de véhicules où quelques bugs subsistent comme ce rocher qui ne nous touche pas mais vient obstruer la vision pendant quelques secondes. Rien de bien grave car c’est absolument magnifique, Epic maîtrise vraiment son sujet.

La partie sonore n’est pas le point fort du jeu. Certes les bruitages sont très bons avec des scènes mémorables de bataille, les véhicules sont crédibles et les armes plongent bien le joueur dans l’atmosphère du titre. Mais les musiques sont plutôt inexistantes et n’apportent pas vraiment un plus. Par contre, il est vrai que GOW 2 n’est pas un jeu de poètes et les dialogues sont là pour vous le rappeler. Est-on obligé, pour donner un aspect militaire à nos soldats à la carrure qui ne leur permet déjà pas d’être confondu à des danseurs du Bolchoï, de les affubler en plus de dialogues aussi ras-les-pâquerettes ? Un parti pris de l’éditeur et qui conviendra certainement à une partie des joueurs mais qui sont certainement grotesques pour beaucoup.
 

Article rédigé par kago , le

Gears of War 2, pour peu que le style bourrin du jeu vous conviennent, participe à la réussite de bonnes soirées avec un peu d’adrénaline et pas beaucoup de réflexion pour se reposer d’une journée harassante. Il est magnifique, sa réalisation en fait aujourd’hui un des plus beaux titres de la console. Si vous y ajoutez un multi plus que convaincant et une bonne dizaine d’heures en solo à défourailler sur tout ce qui bouge, vous obtenez un des meilleurs jeux de la console pour cette fin d’année.

Points positifs

  • Une réalisation exceptionnelle
  • Encore meilleur dans le bourrinage
  • Un multi convaincant et amélioré
  • Une durée de vie très bonne

Points négatifs

  • Les dialogues stupides
  • Les phases en véhicule
  • Deux ans d'attente

Commentaires