Test : Mortal Kombat vs DC Universe

Mortal Kombat vs DC Universe - Xbox 360

Genre : Baston

Date de sortie : 21 novembre 2008

Mortal Kombaaaaaaaaaaat (à prononcer comme dans la chanson de Moby) ! A l'évocation de ce nom, c'est un torrent de souvenirs qui déferle dans l'inconscient des gamers de l'ancienne école. Les pièces de 5 francs avalées en masse par une grosse machine d'arcade, des combattants d'un « réalisme » encore jamais atteint grâce à un nouveau système révolutionnaire, le motion capture et une violence inégalée à l'époque. Le voici qui fait son entrée sur consoles Next Gen et il est attendu de pied ferme. Alors, du 100% pur jus sans conservateur ni colorant B552 ou pétard mouillé souillé par l’hérésie ?

 
 
Les jeux vidéo ont cela de magique que le temps rend le teint des personnages de plus en plus joli en général, exception faite du pauvre Solid Snake. Alors c'est avec plaisir qu'on retrouve un Liu Kang qui s'est un peu musclé les triceps et une Sonia Blade qui a opté pour un bonnet D. Afin d’ajouter un peu de sang frais au concept qui pourrait s’essouffler avec le temps, l’équipe de DC Comics a rejoint le casting. Désormais, vous pourrez confronter les sorbets menthe de Sub Zero au regard de braise de Superman, comparer les lames de rasoir de Baraka et Deathstroke et savoir si Flash court plus vite que les balles de Jax. Mais comment faire se rencontrer ces Héros d’univers si différents, et pourtant réunis par cette même passion, se coller des tartes ? Par une sorte de tour de magie scénaristique dont on se contrefiche un petit peu, à savoir que les univers fusionnent et que personne ne comprenant ce qui se passe, ils décident d’opter pour ce qu’ils savent le mieux faire, se bastonner.
 
 
De plus, ils sont touchés par un mal inconnu « la Rage » (si on nous avait demandé, Pasteur a trouvé le vaccin il y a un moment dans notre univers, c’est dommage qu’ils n’aient pas fusionné avec nous). Cet état, dans l’histoire, permet de justifier tous les combats possibles, là où parfois une bonne discussion franche et mature aurait suffi. Pour notre plus grand plaisir évidemment. Alors effectivement, le scénario n’est qu’un prétexte, mais franchement, qui cela dérange-t-il ? Ceux qui jouent à Mortal Kombat pour l’histoire sont les mêmes qui regardent les pornos pour l’intrigue… selon moi. Quoi qu’il en soit, le mode histoire introduit de manière sympathique chaque combat et c’est plutôt agréable, exception faite de la voix de Liu Kang, doublée par un vendeur de nems du 13e arrondissement croisé avec Michel Leeb. Le mode arcade, dans la plus grande tradition, vous fait affronter des adversaires avec une difficulté croissante et une jolie image de fin pour vous récompenser de vos efforts. C’est simple mais si bon.
 

Respect or not respect ?

Clairement, en tant que fan des premiers opus, de DC Comics, et me nommant moi-même JoKeR (c’est sur ma carte d’identité, je peux le prouver !), j’attendais ce jeu avec impatience, soit pour le démolir et hurler à la trahison, soit pour retrouver les sensations que j’avais laissées dans le vieux PMU enfumé où j’aurais vendu mon âme au diable pour un « continue » de plus. Et c’est avec une joie non dissimulée que je vous annonce que je suis HEUREUX. Et ce pour une foule de petits détails qui me plaisent, me font sourire et m’amusent. Une chose est sûre, on a conservé l’esprit des premiers Mortal Kombat. Les « Fatality » sont au rendez-vous, avec toujours cette même fébrilité sur la manette au moment de les exécuter. Pas moyen de faire pause pour regarder la combinaison quand il s’agit d’achever son adversaire, afin que ce soit toujours un intense moment de gloire quand on y parvient. Cependant, petit bémol pour les fans de la première heure, il y a maintenant une limite à la boucherie. Non, Sub-Zero ne vous décapsulera pas la tête et la colonne vertébrale avec et Jax ne vous arrachera pas les deux bras comme on retire ses ailes à une mouche.
 
 
Le jeu est désormais accessible dès 15 ans. Mais que je vous rassure, les Vilains de DC et tous les personnages de MK achèvent toujours leurs adversaires avec classe, c’est juste qu’il y a un peu moins d’hémoglobine. Les Héros de DC, eux, ne tuent pas. C’est une question d’éthique et de respect des histoires originales. Alors on se contentera d’une « Heroïc Brutality ». Superman va clouer son adversaire dans le sol par exemple, ce qui doit déjà faire très mal. Un cross-over, d’accord, mais pas question de faire suivre à Wonder Woman et Batman un BEP charcuterie triperie pour rentrer dans le moule de MK. Ce qui est donc frappant de prime abord, c’est à quel point les deux licences ont été respectées et les clins d’œil aux fans sont nombreux. Superman a tout de même un sacré faux air de Christopher Reeves. Le doubleur de Luthor interprète aussi la voix du père de Lex dans la série « Smallville » si je ne m’abuse. Et les mimiques du Joker sont impayables.
 

Et le gameplay dans tout ça ?

C’est un jeu d’arcade, dans la plus grande tradition des hits de bars. Les personnages évoluent la plupart du temps en 2D et la 3D est très bien intégrée. Elle sert à tourner autour de l’adversaire, éviter certaines attaques et permettre une réelle exploration de chaque environnement. Si on combat à Gotham City, on apercevra au loin quelques voitures devant un barrage de police. Et peut-être qu’au cours du duel, je vais me faire projeter juste à côté pour me rendre compte que je suis à côté de la Bat-mobile. Les décors sont détaillés et évoluent en fonction du combat. Vous pouvez dégommer une statue avec le corps de votre opposant, le prendre et traverser plusieurs murs en l’utilisant comme bouclier, ou encore sauter à un niveau différent non sans oublier de s’acharner sur sa tronche durant la chute et se servir de lui comme matelas à l’arrivée. C’est le « free fall ». Il y a aussi un mode dit de « Klose Kombat » qui permet d’enchaîner quelques prises douloureuses en gros plan.
 
 
La chute et le combat rapproché pourraient tourner en faveur de l’adversaire s’il exécute rapidement les contres qui s’affichent sur son écran. Ce sont des modes qui relancent encore l’intérêt du jeu, sans pour autant révolutionner le genre. Les impacts sont rudement bien gérés et on sent la puissance de chaque coup donné. Les attaques spéciales sont en général simples à exécuter, les combinaisons restant souvent les mêmes pour les personnages de MK d’un opus à l’autre. Au fur et à mesure du combat, les fringues se déchirent, les bleus apparaissent et les cicatrices se forment, témoignant de la brutalité de la lutte ou, si vous êtes du genre clean après deux rounds, de la facilité dont vous faites preuve pour exterminer votre adversaire.
 

So far, so good ?

MK vs DC n’est pas exempt de défauts. Par exemple, c’est un petit peu difficile de faire un choix entre le pad analogique et la croix directionnelle. Et pour une raison simple, la croix permet de sauter et de se baisser, le pad de tourner autour de l’adversaire. Donc il faut un petit peu jongler entre les deux et ce n’est pas très intuitif, même si on sait d’expérience qu’il faut privilégier la croix ne serait-ce que pour les fatalities. Certains personnages ne font aussi clairement pas le poids par rapport à d’autres. Le jeu ne collectionne pas les prouesses techniques, mais est-ce vraiment ce qu’on lui demande ? On aurait pu aussi espérer un plus grand choix de personnages. J’aurais tant aimé retrouver Goro, le garde du corps monstrueux aux bras multiples, ou Aquaman de DC comics. Et puis où est passé Johnny Cage, l’acteur hollywoodien qui se la pète ? Deux personnages seulement à débloquer, et un mode live pas très poussé, on aurait peut être pu espérer mieux. Mais ce ne sont pas des défauts majeurs, et ils n’entament en rien le plaisir de jeu.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Pour résumer, Mortal Kombat VS DC, c’est en priorité le plaisir du joueur. Il tient toutes ses promesses pour les fans de la première heure et propose un très bon jeu de baston aux néophytes. Sommes-nous à la hauteur des consoles Next Gen ? J’imagine qu’il est possible de faire plus impressionnant et d’exploiter encore plus les capacités de la machine sur laquelle il tourne mais ne risquerait-on pas de perdre l’esprit original ? Nous le saurons probablement au prochain épisode. Pour le moment, celui-ci est un MK 100% pure tradition, et pourra vous occuper de longues heures avec vos amis. Fanas de jeux de combats, ce jeu est un must have que votre ludothèque attend. Avec les compliments du JoKeR.

Points positifs

  • Vrai jeu d’arcade
  • Respect de l’esprit MK et DC
  • Graphismes agréables

Points négatifs

  • L’accent de Liu Kang
  • Les Fatality soft

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires