Test : Max Payne 3

Max Payne 3 - Xbox 360

Genre : Bullet Time Shoot

Date de sortie : 18 mai 2012

Genre
Bullet Time Shoot
Date de sortie
18 mai 2012 - France
Développé par
Rockstar Vancouver
Edité par
Take Two Interactive
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Grossièreté de langage
 Violence

10 ans après, Max Payne, le héros le plus camé de l'histoire du jeu vidéo est de retour parmi nous. Aujourd'hui développé et édité par Rockstar Games, que donne le retour du plus charismatique des flics déchus ?

 
 
Rockstar Games a donc repris la licence Max Payne pour lui faire accoucher d'un nouveau bébé, sobrement intitulé Max Payne 3. Remedy, l'équipe de développement originale, n'est maintenant plus impliqué dans le développement du titre et n'intervient donc plus qu'en tant que consultant. Ceux-ci ont fait des retours sur le jeu à différents moments du développement, Rockstar s'assurant ainsi de garder l'esprit original de la série pendant le déroulé de l'aventure.
Plus de 10 ans après la perte de sa femme et de sa fille, Max n'est pas vraiment passé à autre chose. Il n'est plus qu'un ancien flic, alcoolique et toujours accroc aux anti-douleurs, les fameux "Pain Killers". Après une embrouille de bar ayant mal tourné et s'étant soldée par la mort du fils d'un caïd local, Max songe à voyager dans des endroits où la pègre américaine n'irait pas le chercher. Il se lance dans la protection de personnes riches au Brésil avec un ancien ami, Passos. Max semble faire un plutôt bon boulot, si l'on omet le fait qu'il soit en permanence bourré comme huitre, jusqu'au jour où un gang local décide de s'en prendre à la famille du boss.
 

Max Payne do Brasil

Si conté grossièrement, le sujet peut paraître un petit peu bateau, sachez que l'histoire de Max Payne 3 est vraiment poussée. Le scénario n'est pourtant pas le plus original qui soit, mais il faut admettre que Rockstar Games s'est vraiment surpassé sur la dimension narrative du titre. Tout d'abord, on retrouve avec jubilation la voix éraillée originale de Max Payne, interprétée par l'acteur James Mc Caffrey. Il faut savoir que le héros, qui de base était un personnage plutôt noir, est maintenant un moins que rien, en tous cas à ses propres yeux. Pas vraiment du genre à se reprendre en main, Max n'est même plus l'ombre de lui-même, peut-être même pas l'ombre de son chien. Il se définit d'ailleurs lui-même comme une "mauvaise blague". On dit qu'il n'y a rien de plus dangereux qu'un homme qui n'a plus rien à perdre, et c'est le cas avec un héros qui n'a plus la moindre estime de soi-même. Il mettra sa vie en jeu de manière inconsidérée à n'importe quel instant, même pour sauver une femme dont les intérêts principaux se résument au champagne et à la cocaïne. C'est dire comme Max se contrefout de son sort. La mise en scène est efficace, avec ses effets graphiques inspirés des séries des années 80, comme l'affichage d'un moment fort dans 3 cases à l'écran sous différents angles. On appréciera aussi de nombreuses cinématiques faisant directement intervenir le joueur, mêlant gameplay et narration. Même si le système est de plus en plus courant depuis les titres comme Uncharted, il reste un efficace moyen d'immersion.
 
 
D'autres éléments viennent en renfort pour favoriser l'immersion. Les musiques sont foutrement géniales et les scènes d'actions ont quelque chose d'épique, notamment grâce à une ambiance sonore très travaillée. Last but not least, les décors de Max Payne 3 sont tout simplement sublimes. Un travail colossal a été effectué, c'est détaillé, coloré, et extrêmement diversifié, depuis les favelas colorées de Sao Paulo aux sombres rues Newyorkaises enneigées. Tous ces éléments posent un point important, la réalisation de Max Payne 3 est absolument jouissive à bien des égards et il se suit comme un bon film, avec le graphisme et le sujet d'un Die Hard auquel on aurait ajouté un aspect narratif façon Sin City. Max peut porter sur lui 3 armes, et il les porte vraiment sur son dos : deux armes de poing qu'il est possible de coupler et une arme lourde. Le premier Max Payne avait tiré son épingle du jeu parce qu'il intégrait pour la première fois dans un jeu le bullet time, capacité à ralentir le temps afin de pouvoir viser calmement plusieurs ennemis à la fois. Cet épisode ne cherche pas réellement à évoluer mais va plutôt grandement conforter, voire perfectionner, les bases des précédents épisodes. On retrouve au coeur du gameplay le fameux bullet time, que Max peut maintenant utiliser assez fréquemment (la jauge se remplissant très très rapidement). La contrepartie est que le bullet time est beaucoup moins "cheaté", et l'activer n'est pas forcément toujours la meilleure chose à faire pour se débarrasser des ennemis.
 

Sao Paulo do Ralph Lauren

Quelques sympathiques features ont été intégrées aux combats. La bullet cam propose de suivre au ralenti la trajectoire de la dernière balle utilisée pour zigouiller le dernier ennemi de la pièce. Si l'ajout est plutôt joli graphiquement, il est surtout utile pour savoir à quel moment nous sommes enfin débarrassés des salopards qui en veulent à notre peau. Max étant toujours accroc aux pain killers, c'est en les absorbant que sa jauge de vie remonte. Les nostalgiques apprécieront de retrouver un système de santé identique à l'original, à savoir tout d'abord que la vie de Max ne remonte pas après s'être planqué quelques secondes. Son corps marque joliment les tirs dont il a été victime en combat et il suffit seulement de quelques balles pour vous faire passer de vie à trépas. La représentation de vie est la même que dans les précédents volets, avec une silhouette se remplissant peu à peu de sang lorsque Max est touché. Si vous avez encore des médocs en stock alors que vous passez l'arme à gauche, il vous reste un ultime recours afin de sauver vos miches, nommé "Dernière Chance". Le temps se ralentit comme un bullet time classique et si vous réussissez à orienter le bras de Max durant sa chute vers un ennemi et lui décollez une dernière balle, vous prendrez votre pain killer avant de décéder.
Les scènes d'action prennent aussi une autre dimension grâce à la physique de Max. Il est évident que Rockstar Games a particulièrement soigné le moteur de collision de son nouveau héros. Max fait son poids, et ça se ressent. Lorsqu'il chute sur le côté après un bullet time, on souffre avec lui pour son épaule et on ressent les kilos que lui ont refilé ces dix dernières années de glande. Il peut d'ailleurs dégainer dans toutes les positions, même à plat ventre alors qu'il vient de se jeter dans le vide. Max s'est bien sûr inspiré aussi des héros qui depuis son temps ont prouvé leur valeur et bénéficie aujourd'hui d'un système de couverture et peut assommer, puis exécuter manu militari un adversaire s'approchant d'un peu trop près.
 
 
Une fois le solo terminé, vous pourrez vous rabattre sur deux modes de scorer, le New York Minute et le mode Arcade. Si ce dernier ne permet que de reprendre les niveaux pour améliorer ses résultats, le second propose de massacrer dans un temps limité, sachant que de vos performances dépend le temps que vous jouerez. Enfin, nous vous rappelons que nous sommes en 2012 et ne pas proposer de multijoueur dans un jeu, surtout AAA, c'est un peu comme un menu Big Mac sans les frites. Malgré le fait d'y avoir pensé, jamais de mode online n'avait été proposé dans la série, faute de trouver un système suffisamment efficace. Celui de Max Payne 3 est effectivement très réussi dans l'absolu et surtout très complet. Rockstar Games a effectivement réussi à mettre le bullet-time dans le multijoueur de Max Payne 3, ainsi qu'un tas d'atouts assez rigolos. De nombreuses options de customisation pour vos personnages, beaucoup de types de jeux différents avec des classiques et quelques nouveautés, des niveaux bien conçus et la possibilité de monter ses propres gangs, c'est solide, propre et efficace. Pour plus détails sur le multijoueur, nous vous invitons à consulter notre preview, qui reprend la plupart des points importants de ce mode.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Max Payne 3, c'est une réussite sur bien des points. Mise en scène exemplaire, techniquement impeccable, le roi du bullet-time effectue un retour triomphant. La licence a su vieillir, prenant ça et là les meilleurs éléments des TPS actuels pour se construire un gameplay fidèle à l'original et n'ayant pour autant pas pris la moindre ride. Et comme si le solo, épique, ne suffisait pas, il se permet même de nous offrir un multijoueur efficace et complet afin de prolonger l'expérience Max Payne.

Points positifs

  • Art de la mise en scène
  • Réalisation vraiment propre
  • Ambiance sonore terrible
  • Multi efficace et complet

Points négatifs

  • Le portugais sous-titré portugais
  • Difficulté parfois inégale
  • Retirez-donc l'aide à la visée si vous êtes des vrais !

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires