Test : Watchmen : La Fin Approche

Watchmen : La Fin Approche - Xbox 360

Genre : Super zéros

Date de sortie : 04 mars 2009

Genre
Super zéros
Date de sortie
04 mars 2009 - France
Développé par
Deadline Games
Edité par
Warner Bros. Interactive Entertainment Inc.
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Watchmen : The End is Nigh, Watchmen : la fin est proche
Modes de distribution
Xbox Live Arcade

Après un film et une B.D. qui auront su marquer les esprits, les justiciers masqués de New York reviennent sur consoles Next Gen avec une ambiance toujours aussi sombre. Alors ? Adaptation bâclée ou hit du jeu vidéo ? La réponse en quelques paragraphes.

 
 
Alors qu’ils sont 6 au total, dans cette adaptation de la licence Watchmen on ne peut contrôler que deux super héros : Rorschach, l’individu discret, classe et surtout un poil trop violent, et Le Hibou, justicier sosie de Batman avec un costume en latex des plus moulants. Deux personnages jouables donc, avec chacun des combos et des aptitudes différents.
Car oui, W TEIN est un pur Beat’Em All, un gros défouloir où le seul but est de traverser des rues jonchées de futurs cadavres de gangsters et de malfrats, avec comme seul arme – ou presque – vos petites mimines et pattes, et votre coéquipier qui vous suivra tout au long de l’aventure. Et autant dire que battre quelqu’un à mort, surtout dans Watchmen, ça ne fait pas vraiment dans la dentelle.
 

Rorschach, le psychopathe tâché

Si certains d’entre vous connaissent un peu Watchmen, alors il est inutile de vous rappeler qui est Rorschach, figure emblématique de la série aux côtés du presque dieu Dr. Manhattan. Mais bon, admettons que vous ne vous en souveniez plus, et que de toutes façons, pas mal ne connaissent pas Watchmen !
Rorschach est un monsieur vêtu d’un imper marron et d’un chapeau de la même couleur, et surtout d’un masque tâché d’une encre particulière. Inutile de le nier, ce personnage est hyper classe, de par son look discret comme de par son attitude pessimiste. En effet, l’attitude de ce dernier est bien représentée, avec des discours noirs et agressifs en permanence.
Si l’aspect physique et « mental » est réussi, on ne peut pas en dire autant de ses animations, rigides et pas toujours belles à voir. Cependant, le héros dispose de combos bien violents, et il est notamment le seul à pouvoir saisir des armes blanches récupérées par terre ou au combat. Ainsi, Rorschach s’accommode de quelques finish moves très brutaux : il ne manquait plus que le démembrement et c’était la gerbe assurée !
Dans le genre « Y’a que moi qui peut le faire », notre intrépide psychopathe peut crocheter les serrures afin d’atteindre des bonus cachés. Rien non plus de très excitant, je vous l’accorde, surtout que ces bonus cachés ne sont pas bien durs à trouver, pour Rorschach comme pour son compère l’oiseau nocturne. En bref, ce dément masqué se veut particulièrement sympathique par la violence de ses coups et de son charisme en général. Maintenant, place à l’homme volatile.
 

Le Hibou, oiseau agile

Légèrement moins connu, mais intéressant malgré tout, Le Hibou alias Daniel dispose d’un caractère et d’un physique très différents de celui de Rorschach, et est pourtant son meilleur ami. Allez savoir ! Muni d’un costume en latex moulant assez ridicule et surtout d’un gadget électrocutant scotché à la main, Le Hibou se veut plus agile et plus acrobatique que son conjoint tâché. Ainsi, il dispose de combos et de finish moves plus orientés catch et voltige, et moins violents. Malheureusement, et allez savoir pourquoi, ce dernier ne peut pas se servir des armes blanches. C’est dommage, car du coup, la variété du personnage est sévèrement atteinte.
Si Rorschach crochète les portes, Le Hibou lui est muni d’un grappin (lui permettant d’atteindre, par exemple, le derrière d’une porte fermée et ainsi l’ouvrir via un levier, ouvrant ainsi la voie à l’autre coéquipier) et aussi d’une vision nocturne, activée automatiquement lorsqu’il fait trop sombre. Sauf qu’elle ne sert pas à grand-chose…
S’il possède plus de points négatifs que l’autre super-héros, Le Hibou se veut tout de même rigolo à jouer. Mais autant vous le dire direct, Watchmen est un jeu qui se joue à deux !
 

Plus de super-pouvoirs ?

Effectivement, le jeu dispose d’un mode coopération, bien plus amusant que le mode solo. Oui, l’I.A. de votre pote comme des ennemis est en dents de scie : bête pour la plupart du temps, ils ne viennent que pour se faire taper dessus, et c’est assez désolant d’avoir un ami qui n’a encore pas compris que se battre contre une poubelle, ça n’a rien de l’entraide !
De ce fait, le mode co-op est bien plus intéressant, et au moins, les cassages de barres sont assurés entre vous et votre pote ! Malheureusement, beaucoup de bugs techniques viennent gâcher l’expérience. D’énormes bugs de collision et de gravité viennent souvent faire apparition, un défaut entachant une réalisation graphique pourtant correcte. De plus, le level-design, bien que très simple, est fait de telle manière qu’il nous arrive de nous perdre dans des décors pourtant très linéaires, et ça c’est pas jojo !
Mais au-delà d’une performance technique en dessous de la moyenne, Watchmen se veut inopportunément très court, les deux épisodes réunis ne sont pas plus longs que 2 heures et demie, soit plus court que le film… Et j’en rajoute encore une couche, avec un scénario peu évolué et pas très captivant, ce qui confirme que si Watchmen est intéressant sur un point, c’est bien sur sa violence coopérative !
Ah si, heureusement, le gameplay est tout à fait correct, bien que la méthode d’esquive et de contre-attaque manque d’intuitivité. Un Beat’Em All sympa donc, mais qui a grandement besoin de pas mal d’améliorations pour qu’on s’y intéresse sérieusement.
 

Article rédigé par Naxi , le

On se demandait si le jeu Watchmen allait être une adaptation foireuse ou un jeu réussi, et bien la réponse se situe entre ces deux hypothèses. Fort de personnages et d’une ambiance charismatiques, d’une violence jubilatoire et d’une coopération en écran splitté sympathique, le jeu perd de son intérêt à cause de ses bugs en pagaille et d’une réalisation mal foutue. Cependant, le jeu est disponible à très bas prix, il est donc possible d’en faire son quatre heures un jour où il n’y a pas grand-chose à faire !

Points positifs

  • Quasiment la même ambiance
  • Des personnages charismatiques
  • Un mode coopération en écran splitté
  • Réalisation graphique correcte
  • Disponible au téléchargement et en boîte

Points négatifs

  • Durée de vie faiblarde
  • Bugs de collision en pagaille
  • Pas énormément de rejouabilité
  • IA nullissime
  • Assez mal construit dans l'ensemble, en fait

Commentaires