Test : Prince of Persia : Les Sables Oubliés

Prince of Persia : Les Sables Oubliés - Xbox 360

Genre : Action/Plates-Formes

Date de sortie : 18 mai 2010

Genre
Action/Plates-Formes
Date de sortie
18 mai 2010 - France
Développé par
Ubisoft
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
DS, PC, PS3, PSP, Wii, Xbox 360

Prince of Persia, la série qui ne lâche pas l'affaire depuis maintenant plus de 20 ans continue son petit bonhomme de chemin avec un second opus sur nos consoles Next Gen. Avec Les Sables Oubliés, c'est un retour aux sources après un dernier épisode difficilement digéré. Retour gagnant ?

 
 
Avec son Prince of Persia : Les Sables Oubliés, Ubisoft va tenter de nous faire oublier la déplorable expérience fournie dans la dernière aventure. Retour à la trilogie initiale, plus précisément juste après le premier épisode. Vous voici en visite dans le palais de votre frère Malik, aux prises avec une armée barbare terriblement destructrice. Voyant son royaume lui échapper, celui-ci décide de faire appel aux pouvoirs du sable et invoque l'armée du Roi Salomon. Effectivement, l'effet est immédiat puisque les ennemis détalent comme des lapins. Le souci, c'est que la soif de destruction des âmes sableuses invoquées ne s'arrête pas là, et se retourne contre les hommes de Malik. Et puis c'est le bronx, tous les mécanismes de défense du château se mettent en branle, ça devient aussi difficile de circuler qu'à Paris en voiture. Et Malik, qui commence à apprécier les pouvoirs de sa nouvelle armée, semble quelque peu y perdre son âme... Effectivement, il semblerait qu'on ne soit pas sorti de l'auberge. Allez, pfiout pfiout, on se crache dans les mains, on prend bien son élan, on regarde droit devant et on se lance.
 

Fresh Prince of Persia

Le jeu se déroule de manière plutôt harmonieuse entre phases de plateforme, énigmes et action. La plupart du temps, le but du jeu est bien sûr de se frayer un chemin en évitant les pièges et en tentant de comprendre comment avancer. On cherche à ouvrir des portes qui ne cèdent que quand on a fait fonctionner un mécanisme super compliqué tellement qu'on se demande quel architecte archi-pervers a pu mettre ça au point, on active des interrupteurs, on saute, on marche sur les murs, etc, etc... Pour progresser, on possède toujours les fameux pouvoirs du temps qui permettent de remonter quelques secondes en arrière pour, par exemple, éviter un saut désastreux et lamentable dans un tapis de stalagmites. Cette option se révèle très utile pour rattraper les boulettes et éviter de recommencer certaines étapes un peu longues depuis le début. Vous ferez rapidement connaissance avec la dernière descendante des Djinns qui vous offrira un pouvoir très intéressant, celui de figer l'eau. Les possibilités que cela offre sont très sympathiques puisque vous pouvez vous suspendre à un jet d'eau, sauter en s'appuyant sur une cascade etc... Mais cela apporte aussi à votre progression des contraintes de timing à prendre en compte. Par exemple, alterner l'eau qui se fige pour y prendre appui, puis la relâcher pour la traverser, et encore re-figer le tout pour continuer à marcher dessus... La plupart du temps, les plans de caméra sont plutôt bien pensés et indiquent quelque peu la marche à suivre pour pouvoir avancer dans la bonne direction. De la même manière, les sauts et autres déplacements sont très assistés, et même si c'est un peu rigide, cela a au moins le mérite d'éclaircir la progression.
 

Concours international de châteaux de sables

Bien sûr, le prince devra affronter sur sa route pléthore de méchants soldats sableux tous aussi cruels et abrutis les uns que les autres. En réalité, le système de combat est hélas un peu faiblard. Malgré quelques animations sympathiques aériennes, le tout est assez pauvre et redondant. On frappe, on saute, on n'esquive pas vraiment, on ne sait pas parer du tout, et on affronte les ennemis par tripotées. Pourtant, vous possédez des pouvoirs qui auraient pu s'avérer intéressants s'ils avaient été vraiment nécessaires dans l'action ou s'ils n'avaient pas été aussi classiques. Une armure de pierre permettant à votre grande surprise de vous protéger contre les coups des adversaires, une petite flamme qui suit votre lame et brûle un peu les méchants, une tornade ou encore un petit peu de givre autour de soi, ces pouvoirs offrent une petite sensation de déjà-vu. Mais bon, sont-ils inutiles parce que les ennemis sont vraiment, vraiment, vraiment débiles ou parce que ces aptitudes sont simplement trop faibles ? Dans les deux cas, il y a quelque chose qui cloche, et c'est bien dommage. Pourtant, on avait pensé à un système de points d'expérience permettant de renforcer un pouvoir ou un autre et se spécialiser dans certaines attaques, mais ces changements restent plutôt faiblards. Dommage. Au final, ce Prince of Persia : Les Sables Oubliés s'avère assez classique. Il s'appuie sur des bases certaines, connues, des systèmes très très rodés mais qui fonctionnent parfaitement bien, alors pourquoi s'en priver ? L'innovation ? C'est dépassé. Certes, ce n'est pas cet épisode qui restera dans les annales, mais il ne manquera pas de combler les envies des inconditionnels du genre. Certes, c'est un peu bancal puisque la partie beat'em all est bien moins réussie que le reste, mais on est loin d'une sortie accompagnant bêtement un film éponyme, comme on peut en déplorer tous les ans.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Ubisoft ne prend pas trop de risques avec ce nouvel épisode de Prince of Persia. On utilise des mécanismes sûrs, déjà vus mais agréables. C'est pas bien beau, pas bien innovant, et pourtant c'est très sympathique. On bouge pas trop, on évite les vagues, on fait ce qu'on sait faire et le résultat est certain. Pas fantastique, mais assez sympa pour rassembler les adeptes du genre.

Points positifs

  • Le pouvoir du glaçon et sa notion de timing
  • Les énigmes classiques mais efficaces
  • Les pouvoirs évolutifs mais...

Points négatifs

  • ...qui hélas ne sont pas très utiles
  • Le système de combat répétitif et limité
  • Pas grand chose de neuf sous le soleil...

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires