Preview : Dead Space 2

Dead Space 2 - Xbox 360

Genre : Space Survival Horror

Date de sortie : 25 janvier 2011

On trouve beaucoup de choses sur le stand Electronic Arts de la Paris Games Week : un ring octogonal dans lequel on peut s'adonner aux joies du freefight avec EA Sports MMA, des sportifs fous qui s'éclatent devant EA Sports Active 2, un grand type dans une combinaison moulante qui bouge pas beaucoup, mais alors vraiment pas, et une Lamborghini aux couleurs de la police garée entre deux rangées de bornes dédiées à Need For Speed : Hot Pursuit et surveillée par deux fliquettes super sexy que j'aurais bien envie de culbu... Hum, désolé, je m'égare un peu. On va laisser tout ce petit monde de côté pour l'instant pour aller voir ce qui se passe dans un petit coin isolé du stand, tapi dans l'obscurité, bien à l'abri des regards. Au loin, on distingue quelques masses bouger. Alors, tel le personnage complètement stupide qui, dans les films d'horreur, va voir ce qu'il y a derrière cette foutue porte dans le seul et unique but de se faire massacrer, on s'approche pour voir de quoi il s'agit. Et une fois partagé entre frissons de terreur et bonheur intense, on découvre Dead Space 2.

 
 
En 2008, Dead Space a débarqué de nulle part et a su s'imposer comme une des références du survival-horror, genre assez peu représenté de nos jours. Ses qualités techniques indiscutables, son ambiance oppressante et son sadisme revendiqué lui on permis de faire mouche auprès des critiques même si le succès public, bien qu'honorable, ne fut pas à la hauteur des attentes de l'éditeur. Ce qui ne l'empêche pas de revenir à la charge avec cette suite qui se veut plus orientée action, suscitant une certaine inquiétude chez les fans qui ont peur de voir un de leur jeux fétiches dénaturé. C'est donc pour se rassurer sur le fait que le jeu file autant les chocottes que son illustre aîné que l'on essaiera la démo.
 
 
Mais avant toutes choses, je voudrais revenir sur les conditions de jeu. Un survival-horror, et donc Dead Space, est un jeu auquel on joue seul, dans un silence d'église et dans une pièce sombre pour pleinement en profiter et faire grimper le potentiel de trouille au maximum. Si la dernière condition était effectivement remplie, on était une dizaine dans la pièce qui était elle-même envahie par le bordel sonore ambiant du salon. Ce qui n'est pas franchement pratique pour ressentir la peur générée par la démo. Cette preview ne tiendra donc pas compte du facteur trouillomètre, ce qui ne nous empêchera pas d'en apprécier les qualités. Et Dieu sait qu'elles sont nombreuses.
 
 
La démo commence par une séquence d'exploration qui réunit tous les ingrédients du premier épisode : couloirs étroits et nécromorphes surgissant de nulle part. Voilà qui devrait rassurer les fans. On traverse donc un couloir gelé tout en démembrant les quelques sales bestioles qui se dressent sur notre passage avant d'arriver dans une grande pièce aux allures d'église. Là, on se voit contraint de repousser une sale bête d'un gabarit imposant. Si le combat n'est pas aisé au premier abord, il est loin d'être insurmontable. La suite s'avère bien plus compliquée, il s'agit de survivre à une série de vagues de nécromorphes. L'utilisation du module stase est indispensable pour survivre dans ces moments-là, un peu à l'image du premier épisode.
 
 
Vient ensuite une énigme à résoudre, l'occasion de se frotter à une des nouveautés de Dead Space 2 : le piratage. Pas franchement évident à appréhender et donc, à réussir, ces séquences vous demanderont un minimum de dextérité. Il s'agit là de faire pivoter le stick droit de façon à ce que le carré sur l'écran de la machine piratée devienne bleu et de valider en un temps limité. En cas d'échec, le joueur est sanctionné par une électrocution. Pauvre Isaac Clarke, à croire qu'il n'en bavait pas déjà suffisamment comme ça. La suite de l'énigme nous permet de mettre à contribution les capacités télékinétiques du pauvre bougre afin de stopper le "générateur de gravité" de la zone.
 
 
Les phases en apesanteur sont ici nettement plus souples que dans le premier volet où elles consistaient à pointer une zone et appuyer sur un bouton pour la rejoindre d'un seul bond. Dans Dead Space 2, le système est beaucoup moins contraignant, on appuie sur le stick droit pour décoller les pieds du sol et on se déplace ensuite librement dans l'espace. Si les déplacements en apesanteur offrent de cette façon une plus grande sensation de liberté, il n'en est pas moins vrai qu'ils en deviennent bien plus lents. Facteur jouant clairement en votre défaveur pendant les combats qui ont lieu lors de ces phases. On fait une cible facile dans ces moments là.
 
 
On finit la démo sur un combat contre un boss énorme qui nous agrippe la jambe. Après s'être défait de son étreinte en tirant sur son espèce de... je sais pas trop quoi en fait, l'option la plus sage est encore de courir sans regarder derrière soi. En fait si, on est bien obligé de regarder derrière soi pour staser le monstre qui nous course sous peine de se faire rattraper. Inutile de vous rappeler combien les conséquences en seraient fâcheuses. On finit la course poursuite projeté dans l'espace avec la créature.
 

Article rédigé par pattoune , le

Dead Space 2 bénéficie déjà de nombreux atouts. Ses graphismes sont magnifiques, il reste bien quelques éléments par-ci par-là à retoucher mais rien de plus normal à ce stade du développement. Les scènes d'action présentées sont menées tambour battant et jouissent d'une mise en scène de haute volée. La seule inconnue reste le facteur trouillomètre à zéro, si le premier passage de la démo a pour objectif de nous rassurer de ce point de vu-là, les conditions de démonstration ne nous permettent malheureusement pas de nous prononcer sur ce point. On attend donc de pouvoir l'essayer dans des conditions plus adaptées. Mais on peut d'ores et déjà affirmer que Dead Space 2 est sur la bonne voie lactée... Ok, je sors.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires