Test : Sonic the Hedgehog 4 : Episode 1

Sonic the Hedgehog 4 : Episode 1 - Xbox 360

Genre : Plates-formes

Date de sortie : 15 octobre 2010

Genre
Plates-formes
Date de sortie
15 octobre 2010 - France
Développé par
Sonic Team
Edité par
Sega
Disponible sur
PS3, Wii, Xbox 360
Modes de distribution
Xbox Live Arcade
Site officiel
Site officiel

Comment définir un bon épisode de la série Sonic ? Comment en évaluer la qualité ? Le hérisson bleu fonce et détruit ses ennemis à coups de sauts agressifs depuis maintenant 19 ans et à l'heure où Sega ôte des rayons des magasins de jeux vidéo tous les softs de la licence ayant obtenu de mauvais résultats sur Metacritic afin de redorer le blason de sa licence est publié Sonic the Hedgehog 4 : Episode 1. Sonic est un platformer qui se définit par l'inertie du protagoniste principal ainsi que par sa vitesse. Un bon Sonic se définit par les frissons procurés par la sensation de vitesse, par le travail effectué par le joueur afin de surmonter certains passages de platforming retors et enfin, tout simplement par un gameplay calibré à l'épine de hérisson près.
Qu'en est-il de cet épisode proposant un retour aux sources flagrant (graphismes 2D de bon aloi) ? Renouveau, hommage ou rétrogaming nostalgique ? Sonic the Hedgehog 4 est un peu tout cela à la fois...

 
 
Comme au bon vieux temps, peu de scénario ici : Dr Eggman a kidnappé de mignons petits animaux que Sonic se doit de libérer. Aucun blabla, pas de chichis, on entre directement dans l'action ici, et c'était tout ce que l'on demandait à Sega. Les joueurs cultivés reconnaitront des pans entiers de levels créés en hommage au premier et second Sonic, et quelques éléments de design chers au troisième. La fibre nostalgique vibrera rapidement pour ce joueur cultivé. Même les musiques et les effets sonores ne font pas trop « modernes » sans pour autant faire chip tune. Leur qualité reste cependant en-deçà de celle des trois premiers épisodes (quid de Sonic CD sorti sur Mega CD, excellent opus qui aurait aussi pu s'appeler Sonic 4 ? Passons...). Rythmées, excitantes, elles réveilleront le hérisson speedé qui sommeille en tout gamer digne de ce nom.
 

Fini, les hérissons écrasés sur les routes

Un seul bouton. Oui, un seul et unique bouton suffit à combler de bonheur un joueur exigeant. Il sert à sauter et à effectuer l'attaque téléguidée. On retrouve également le fameux spin dash, (présent dans la série depuis les débuts), qui permet grâce à ce seul bouton de saut d'accumuler de la vitesse pour franchir certains obstacles convexes. Pas de crainte à avoir côté gameplay, donc, on retrouve rapidement ses fondamentaux. Sonic répond au doigt et à l'oeil, et avec l'inertie à laquelle il nous aura habitués durant ces années bénies des Dieux. Il s'agit de foncer à toute allure en dézinguant les robots d'Eggman pour scorer et de temporiser l'action à certains endroits afin de bien calibrer ses sauts, voire de résoudre de petites énigmes. Comme dans tout platformer digne de ce nom, le timing est primordial et permet, bien maîtrisé, de réaliser de petites prouesses lors des parties.
 

Beau comme un sou neuf

Parmi les quatre niveaux proposés (chacun divisé en trois actes, sans compter les boss), on retrouve également ses fondamentaux : Splash Hill, Casino Street, Lost labyrinth et enfin Mad Gear sont toutes des zones en référence au tout premier Sonic. Splash Hill suggère les collines verdoyantes et les palmiers géométriques de Green Hill, au travers desquelles il s'agit de foncer à toute allure. Même le boss de cette zone est une redite du tout premier épisode, avec une petite surprise en prime (son pattern finit par se modifier). Casino Street rappelle bien sûr le level Casino du Sonic fondateur, ses bumpers de flipper et ses décors de lumière de ville nocturne. Nouveauté : Sonic peut se déplacer sur des cartes à jouer géantes et planer dans les airs à toute vitesse. On en redemande ! Lost Labyrinth Zone est sans doute le plus calqué sur le dédale du premier opus. On retrouve le level design inspiré et sadique qui égayait l'adolescence des plus vieux et l'enfance des plus jeunes. Enfin, Mad Gear et ses engrenages évoque sans trop de difficulté le premier opus itou. Bien évidemment, les décors sont au goût du jour, magnifiques, tout simplement. Seul bémol, le design de Sonic est un peu trop « brillant », trop tape-à-l'oeil... trop lisse, finalement.
 

Trop courtes, mes épines ?

Après tous ces éloges, il fallait bien que le soft ait un défaut : tout comme un platformer d'époque, ce Sonic est trop court : il se finit en quelques heures et laisse un peu sur sa faim (surtout à près de 15 euros). C'est là que les leaderboards interviennent, permettant de comparer les stats en ligne, comme au bon vieux temps de Sonic Adventure, où Sega organisait des concours afin de gagner des paires de Reebok... La rejouabilité est importante, ne vous y trompez pas, tant les chemins sont nombreux d'un niveau à l'autre... Le jeu est assez difficile par endroits, et old school, mais la sauvegarde et le choix du level facilitent les choses.
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Sans disserter sur la licence (les pro 2D et pro 3D s'égosillent encore aujourd'hui), ce retour aux sources est un puits de bonheur sans fond. On se plait à refaire des niveaux aussi bien ciselés, aussi bien agencés... Sonic the Hedgehog 4 : Episode 1 enterre largement tous les jeux Sonic sortis depuis Sonic Adventure 2, même les épisodes DS en 2.5D trop « bourrins » et bardés d'options et de personnages superflus. La Sonic Team a fait le pari risqué de redéfinir sa licence sans honte en en reprenant les fondamentaux. Beau travail !

Points positifs

  • Enfin un bon Sonic !
  • Gameplay d'antan
  • Design superbe
  • Level design inspiré...

Points négatifs

  • ... mais un chouïa moins qu'à l'époque
  • Trop court, surtout à ce prix là

Commentaires