Test : Bionic Commando Rearmed 2

Bionic Commando Rearmed 2 - Xbox 360

Genre : Action / plateforme

Date de sortie : 02 février 2011

Genre
Action / plateforme
Date de sortie
02 février 2011 - France
Développé par
Fatshark
Edité par
Capcom
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
Xbox Live Arcade

L’un des rares héros roux du jeu vidéo, Nathan Rad Spencer, est de retour ! Préparez-vous à jeter votre grappin, euh pardon, votre bras bionique qui tue, partout et à dézinguer tous les méchants avec une tripotée d’armes trop cool. Et attendez s’il vous plaît, pour ce nouvel opus, le monsieur s’est même fait pousser la moustache ! On a la classe ou on l’a pas…

 
 
Sous le nom barbare de Bionic Commando Rearmed 2, se cache en fait la suite du premier jeu du nom paru sur NES qui avait été porté en 2008 sur le PSN de la PS3, tout beau, tout HD. C’est bon vous suivez ? Et l’originalité du 2 c’est justement qu’il est original ! C’est en fait une suite moderne à un vieux jeu. Mais ! Pour qu’on se croit toujours dans un vieux jeu et parce qu’être rétro c’est devenu tendance, aussi paradoxal que cela soit, le jeu a été créé tout en 2D et est bercé par de vieux sons électroniques bien hystériques. Si cela ne vous perturbe pas de remonter dans le temps sans en fait remonter dans le temps, suivez l’guide, c’est partiiiiiiiiiiiiiiiii !
 

Nathan Rad Spencer peut monter en bas

Nathan, voyez, c’est un peu notre Chuck Norris vidéoludique, il est juste trop fort et on se marre bien avec lui. Il a de ces vannes ! Du genre « t’as mis quoi dans tes céréales ce matin ? ». Et il sort ça, comme ça, au gros méchant ! Le ouf ! Bref, ok j’m’arrête tout de suite, l’humour du jeu est un peu foireux, malgré de bonne intentions, faut l’avouer. Sinon l’histoire, elle, est cool, c’est celle d’un lieutenant roux et moustachu (Nathan, donc) prêt à dézinguer le méchant dictateur et à sauver les populations meurtries. En fait, non, l’histoire, on s’en fout aussi. Elle nous est présentée vite fait quand on lance le jeu avec un texte qui défile sous quelques images (non, pas de cinématiques voyons ! Simulez d’être dans le passé maintenant !). On lit et puis on zappe parce qu’on comprend clairement que la trame n’est pas ce qui importe. Le but ici c’est tout simplement de progresser de niveau en niveau, façon plateforme, en sautant, en tombant aussi, et en buttant quelques mecs. Bon, on n’est pas dans Mario non plus, donc n’essayez pas de sauter sur la tête de vos ennemis, ça ne marchera pas… Vous aurez à votre disposition au départ un pistolet avec des munitions illimitées, ce qui est plaisant quand on est adepte du bourrinage, et plus tard, en tuant des boss, vous gagnerez d’autres armes tel que le traditionnel fusil à pompe ou le moins traditionnel fusil qui envoie des décharges électriques ! Par contre là, pour toutes les autres armes, vos munitions seront limitées donc take care !
 

« Cuir cuir, cuir moustache, cuir cuir, cuir moustache ! »

Pour ceux qui auraient joué au un, malheureusement il n’y a pas que la moustache qui change dans ce nouvel opus. Les parties de piratage ont aussi été abolies. De plus oubliez également les niveaux en vue aérienne. Si l'on regrette ces manques, on salue tout de même une nouveauté plutôt cool : les passages de sniper dans une belle machine qui vous permettront de vous éclater à buter tous les mecs visibles à l’écran avant de tracer votre route en sautillant gaiement. Il y a même un niveau où vous serez dans un hélicoptère, que vous ne dirigerez pas vous-même et qui avancera tout seul, certes, mais dont vous dirigerez le gros canon ! C’est original et ça casse la monotonie que pourrait avoir le titre. Qui plus est, vous avez la possibilité de jouer en coop à deux sur le même canap ‘ et c’est sympa parce que la coop c’est toujours sympa. Cependant, autant vous le dire tout de suite, le jeu ne vous apporte rien de plus à deux. Les ennemis ne sont pas dur à buter (même en difficile, c’est pas la mer à boire) et la difficulté principale du soft réside dans les sauts que vous devrez faire avec votre bras bionique. A deux, dans le même écran, on se gêne du coup plus qu’autre chose.
 

« Mais merde, quand sont-ils ? »

Pour ce qui est des graphismes, les décors sont plutôt variés et franchement, c’est un régal que de contempler ce qui nous entoure. C’est très bien fait et le décor mobile avec par exemple l’immeuble qui s’écroule en arrière-plan, moi j’adhère ! On sent que le jeu assume parfaitement son côté vintage avec son petit perso et sa 2D mais on sent les prouesses techniques actuelles en regardant autour de nous. Si vous, ce qui vous branche, c’est uniquement le côté rétro à fond, à la Prince of Persia que vous faisiez tourner sur vos premiers PC’s, foncez sur le mode défi. Ce dernier, qui porte bien son nom car il vous en fera véritablement baver, est pour le coup totalement rétro, avec même les piques en bas sur lesquels vous vous écraserez si vous ne sautez pas, ou plutôt ne vous agrippez pas, correctement. Ce mode vous permet de vous essayer sur une vingtaine de portions de level (pas présents dans le mode « histoire » cependant) le but étant de les faire le plus rapidement possible. Cela dit, je vous assure que vous serez déjà très contents de venir à bout d’un de ces niveaux tant pour le coup, la difficulté est accrue, bien plus que dans le jeu lui-même. Cela rajoute à la durée de vie qui est tout de même d’une dizaine d’heures rien que pour finir le mode « histoire ». De plus, et même si la rejouabilité est faible, les acharnés pourront s’amuser à refaire tous les niveaux du jeu pour récupérer tous les bonus bien dissimulés. Nathan peut également débloquer plusieurs améliorations (comme le super punch ou encore la capacité d’avoir des drones autour de vous qui vous suivent), que vous trouverez, bien cachées également, au fil des niveaux. Le jeu pourra vous prendre un bon petit nombre d’heures. Malgré tout, ce dernier n’est pas exempt de défauts et on ne lui niera pas une certaine répétitivité malgré les bonnes volontés. On aimerait sans doute buter plus de mecs et moins se saouler à s’agripper partout avec notre bras bionique. Le soft peut vite énerver quand vous ne cessez de recommencer à cause de chutes répétées. Il faut avouer qu’il vous faudra bien 2/3h de jeu avant de vous familiariser vraiment avec votre bras bionique-grappin. Les chutes se font fréquentes et même si on est persévérant, la frustration et l’énervement arrivent vite (et je sais de quoi je parle !)
 

Article rédigé par mumutte , le

Ce Bionic Commando Rearmed 2 ne change pas beaucoup de son aîné mais c’est toujours un plaisir de commander le lieutenant Nathan en de nouveaux levels. Pour 15€, le jeu en vaut la peine et vous fera passer un bon moment. Si vous aimez les jolis graphismes, le rétro-gaming et la plate-forme virile, foncez !

Points positifs

  • Le plaisir de jouer à l’ancienne
  • Le côté rétro
  • La beauté des décors
  • Le mode coop même s’il sert à rien
  • Les améliorations du super bras bionique
  • La moustache

Points négatifs

  • Peut vite être énervant
  • Trop de grappin tue l’grappin
  • La suppression des passages de piratage
  • Les musiques qui tapent sur les nerfs

Commentaires