Preview : Metal Gear Rising : Revengeance

Metal Gear Rising : Revengeance - Xbox 360

Genre : Action découpage

Date de sortie : 21 février 2013

Genre
Action découpage
Date de sortie
21 février 2013 - France
Développé par
Platinum Games
Edité par
Konami
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Metal Gear Solid Rising, mgrr, MGR
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Violence

« Tranchez tout ce que vous voulez », voilà l'accroche foutrement sexy avec laquelle on nous a vendu le concept de Metal Gear Rising. Mais avec un gameplay prenant ses aises avec les bases de la saga Metal Gear Solid et un développement chaotique, les fans s’inquiétaient. Heureusement, Kojima Productions a su réagir en confiant le projet à Platinum Games. Et la démo présentée à cet E3 2012 est pour le moins rassurante.

 
 
Pour revenir sur le contexte du titre, l'histoire se déroule après celle de MGS 4. Après la chute des patriotes, le monde se retrouve plongé dans le chaos et certains essaient de profiter de cette situation en tentant de s'emparer du pouvoir dans certaines régions. On incarne donc Raiden qui, faisant parti d'une organisation pacifiste, a pour mission de mettre en pièces, au propre comme au figuré, ces vilains garnements. On en sait pas beaucoup plus pour l'instant si ce n'est que ce sera l'occasion pour les joueurs d'en apprendre un peu plus sur le passé d'enfant soldat de Raiden. Il est cependant fort probable que l'histoire se complexifie avec, pourquoi pas, son lot de complots et autres trahisons. Mais on ne peut rien affirmer pour l'instant.
 

« Ça va trancher chérie »

La démo débute par un petit tutorial qui nous apprend à nous servir du sabre surpuissant de Raiden. On se retrouve donc confronté à des terroristes en cartons. Notre mission est simple : il faut les découper. Pour se faire, on maintient une gâchette pour brandir le sabre et on manipule un stick pour en diriger les mouvements. Le contrôle du sabre est très intuitif, celui-ci répondant au doigt et à l’œil. La seule grosse difficulté étant de ne pas se tromper de stick au moment de découper ses adversaires.
Après une première salve d'ennemis en carton réduits en miettes, l'heure est venue de corser légèrement le challenge. Pour cela, on ajoute des otages. Plus question de trancher au hasard donc. Cette section du tutorial nous impose également une zone du corps à trancher. Et devinez quoi, en plus d'être intuitif, le contrôle du sabre est foutrement précis. On arrive facilement à découper la partie du corps qu'on souhaite. Cette partie du tuto fût également l'occasion de retrouver l'humour à la Kojima : on a effleuré une otage qui s'est retrouvée en sous-vêtements après coup. L'entrainement terminé, il est temps de rejoindre la zone suivante pour passer aux choses sérieuses. En chemin, on tombe sur un carton qui n'a rien à faire là. Premier réflexe : on donne un grand coup de sabre pour découvrir le mec qui se planquait dedans. Trop content de voir un vrai humain, on le découpe en morceau. Et y a pas à dire, la découpe est tout simplement parfaite. Le bonhomme se divise réellement là où passe notre sabre. C'est tout simplement bluffant.
 

Dexter's style

Toujours en chemin, on trouve un pilier soutenant un pont. Encore une fois, on découpe. Et la réponse est oui, on peut vraiment découper tout ce qu'on veut. Le poteau en question, de même que le pont qu'il soutien, s'effondre et disparaît avant de toucher le sol. Plus tard, on a découpé une voiture. Ce qui nous a permis de voir que les tranches ont été représentées via des textures plutôt fines, bien que perfectibles.
Pour ce qui est des combats, on est dans du beat'em all somme toute assez classique mis à part la faculté de trancher à tout va. Cependant, l'utilisation du sabre est limitée, celui-ci consommant une jauge d'énergie. Pour la recharger, il faut réaliser des combos. Pour cela, on a à notre disposition une attaque rapide et une attaque puissante entre lesquelles il faudra alterner pour effectuer des enchainements ultra-stylés. Le titre est vif et maintient un rythme élevé dans son action. L'animation est de grande qualité et voir Raiden prendre le sabre avec son pied pour charcuter ses adversaires est un vrai régal pour les yeux, la grande classe.
On a également pu voir quelques belles mises à mort bien dégueulasses comme on les aime. Pour les déclencher, rien de plus simple, ou presque rien : il suffit de brandir le sabre et de trancher l'ennemi à l'endroit indiqué. Une fois ceci fait, il faut rapidement appuyer sur un bouton. Raiden enfoncera alors sa main dans les entrailles du soldat pour en sortir les capsules d'énergies bleues qu'on a pu voir dans le premier trailer. Gore et stylé, tout ce qu'on aime. A noter qu'on a pu utiliser cette technique sur un Gekko. Ce qui nous a permis de le détruire instantanément, là où le lance roquette qu'on a trouvé sur place était inefficace.
 

Article rédigé par pattoune , le

Proposant un gameplay bien speed et des animations ultra-stylées, ce Metal Gear Rising porte indéniablement la marque de Platinum Games. Cependant, on retrouve quand même l'univers de Metal Gear et on sent un certain respect de la part des développeurs vis-à-vis de la licence. Si techniquement, on a pu constater quelques textures un peu limite, l'ensemble reste très beau, et surtout très fluide. On attend d'en voir plus, non sans impatience.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires