Test : Rayman : Origins

Rayman : Origins - Xbox 360

Genre : Plates-formes

Date de sortie : 24 novembre 2011

Genre
Plates-formes
Date de sortie
24 novembre 2011 - France
Développé par
Ubisoft
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
3DS, PC, PS3, PSVita, Wii, Xbox 360
Modes de distribution
Boutique
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 7 ans
 Peur
 Violence

Recherche héros de jeu vidéo. Né au milieu des années 90 sur Playstation, il est dépourvu de bras et de jambes. Il porte le doux nom de Rayman. Il a été créé par Michel Ancel. Il a une tignasse blonde très utile pour faire l’hélicoptère. Il a été vu pour la dernière fois avec des lapins à l’intelligence douteuse. Depuis, les lapins en question sont devenus des stars et le héros a disparu.

 
 
Rayman est de retour. Alléluia ! Il n’avait pas été héros de jeu vidéo depuis Rayman 3 en 2003. Les lapins crétins lui avaient lâchement volé la vedette. Alors que ces derniers tombent dans la redite, le héros créé par Michel Ancel revient pour un jeu vidéo de plate-forme en 2D à « l’ancienne » à la créativité débordante avec Rayman Origins. Le Origins du titre vient plus du gameplay que du scénario fort simple qui ne vous expliquera aucunement le pourquoi du comment de ce brave Rayman. On ne saura donc pas pourquoi, diantre, il n'a pas de bras et de jambes ? Dans ce jeu, Rayman et sa bande ronflent un peu trop fort, dérangeant ainsi les habitants de la Lande des esprits frappés. Et voilà toute la petite bande partie pour une aventure qui vous tiendra en haleine pendant un moment et où l'humour sera omniprésent.
 

Globox warming

Rayman revient donc à ses premières amours : la plate-forme en 2D. Et grand bien lui en a pris. Le jeu est purement jouissif. Les niveaux sont tous admirablement construits et plus qu’agréables à parcourir. Le jeu réussit également le miracle de faire des niveaux aquatiques qui ne vous feront pas (trop) vous arracher les cheveux. Ils font même partie des meilleurs du jeu. Et la difficulté est au rendez-vous. Bien dosée de surcroît. Les débuts vous paraitront relativement simples mais soyez sûr que le challenge va se relever ensuite. Notre héros n’ayant la possibilité d’avoir qu’un seul cœur d’énergie, cela renforce le défi. Cependant, pas au point de vous dégoûter. Et même les gamers les moins hardcore pourront goûter aux joies de l’embullage d’ennemis. Les niveaux sont par ailleurs plutôt variés. Organisés en 10 mondes avec 5 grandes thématiques, l’ennui ne saurait pointer le bout de son nez. En tout, une soixantaine de niveaux (et quelques bonus) vous attendent.

Pour les traverser, Rayman glissera, volera, nagera, rebondira sur ses ennemis. Bref, avec un gameplay de base simple mais bien pensé, la variété des actions proposées est grande. Le tout se prend très facilement en main. Même si quelques fois une baffe mal envoyée pourra vous être fatale involontairement. Le jeu va même se frotter, dans un hommage appuyé, aux shooters d’antan avec des niveaux géniaux à dos de moustiques. On trouvera même des références amusantes à d’autres jeux marquants comme Donkey Kong ou Pacman. Tout cela est digéré pour s'intégrer à merveille dans Rayman Origins. Les boss ne sont pas en reste. Arrivant dans la deuxième partie du jeu, ils sont funs et sauront vous surprendre. La trame principale vous occupera donc déjà un bon moment. Mais pas mal de « quêtes » secondaires sont au programme. Et elles sont plus corsées que la principale.
 

Mario est un excellent jeu de plates-formes, Rayman itou

Ainsi, vous devez, dans chaque niveau, trouver des cages où sont enfermés des electoons. Généralement pas trop cachés, ces passages proposent des mini-niveaux dans le niveau et c’est là que la difficulté sera plus présente. Les electoons seront très pratiques pour débloquer d’autres niveaux spéciaux. Il s’agit de courses-poursuite de coffrapattes qui renferment un trésor très particulier. Encore une fois, elles mettront votre réactivité et votre rythme en jeu. Pour gagner d’autres electoons, vous aurez la dure mission de trouver des lums dans le niveau. Et atteindre les 350 lums dans chaque niveau demande une agilité certaine. Et ceux qui voudront pousser le sadisme au bout pourront essayer de parcourir chaque niveau en un temps donné dans le jeu. Une fois le jeu fini, il y a donc de quoi faire. Et comme il a un bon goût de revenez-y, cela se fait dans la joie et la bonne humeur.

On connaît des feel-good movies, Rayman est indéniablement un feel-good game. Il donne la patate. Cela est déjà très efficace en solo mais en multi le plaisir est surmultiplié. Le jeu devient un grand n’importe quoi (organisé quand même) qui peut vite virer à la bataille de baffes en bonne et due forme. Il reprend le système de bulles de New Super Mario Bros Wii, ce qui rend le jeu plus accessible. Un de vos collègues est touché, il se transforme en bulle. Si vous le dégonflez, il revient en selle (pas Ancel). Les niveaux ont aussi été pensés pour le multi. Ce qui rend l’expérience bigrement sympathique. On regrettera juste qu’il arrive parfois de ne pas trop savoir où est son personnage sur l’écran. Le multi, par ailleurs, n'est pas jouable en ligne. Ce qui peut surprendre de nos jours. Mais cela ne vous fera pas de mal de vous sociabiliser en jouant avec vos amis IRL.
 

Ancelphalogramme loin d’être plat

Le gameplay et tout ça, c’est bien mais ce qui est important pour ce jeu, c’est aussi le visuel. Ubisoft a développé un moteur graphique pour la peine : le Ubi Art Framework. C’est simple : l’impression de jouer à un dessin animé est géniale. Les décors sont magnifiques et pleins de détails. Loin d’être un jeu en 2D banale, il joue sur plusieurs couches. Par exemple, quand vous vous baladez dans le monde de la glace, des pans de glace en premier plan déformeront vos personnages. Lors de votre progression, vous passerez aussi quelquefois d’une plan à l’autre. Bref, c’est beau à se damner. C’est encore plus plaisant grâce aux musiques follement géniales de Christophe Héral. Celle du niveau aquatique a la palme (blague) et reste bien en tête.
 

Article rédigé par Neo , le

Bref, Rayman Origins gagne sans conteste la récompense du meilleur jeu de plates-formes de l’année. Il fait mieux, au passage, que son ancêtre vidéoludique Mario, qui a (un peu) déçu avec Super Mario 3D Land. Le disciple a battu le maître en proposant un jeu de plate-forme en 2D au gameplay simple, intelligent et facile à prendre en main. La durée de vie est conséquente avec des mondes variés. Le jeu est aussi d’une beauté dingue. L’impression de jouer à un dessin animé fourmillant de détails est tonitruante. Définitivement un must-play de cette fin d’année.

Points positifs

  • On joue a un superbe dessin animé
  • Un challenge bien présent...
  • ... mais un jeu accesible à tous
  • La folle musique de Christophe Héral
  • Un humour efficace
  • Un multi en coop de 4 joueurs génial

Points négatifs

  • Pas de multi en ligne
  • Un multi qui peut devenir quelques fois confus
  • Faites attention quand vous donnez une baffe trop forte

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires