Test : Kinect Adventures

Kinect Adventures - Xbox 360

Genre : Sport (compatible Kinect)

Date de sortie : 10 novembre 2010

Genre
Sport (compatible Kinect)
Date de sortie
10 novembre 2010 - France
Développé par
Microsoft Games
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
Xbox 360

Comme promis dans l'excellent dossier de la mort qui tue, voici le premier test de la série consacrée aux jeux estampillés Kinect. Et quoi de plus naturel que de commencer par le jeu qui est vendu avec l'appareil. Alors vaut-il le détour ou faudra-t-il acheter un autre jeu dans la foulée ? En même temps, si vous avez lu le dossier, vous avez une idée de la réponse.

 
 
Comme Nintendo l'a fait avec la Wii, Microsoft nous fourgue un party-game avec son accessoire. Cependant, il n'est point question de sport ici mais plutôt d'aventure, même si je la cherche encore. On a donc droit à cinq mini-jeux à l'intérêt plutôt limité pour nous, les gamers.
 

Un contenu rachitique

Pour commencer, nous avons le "20 000 fuites", allusion à un certain 20 000 lieues sous les mers, un petit livre au succès d'estime écrit par un certain Jules Verne si je ne me trompe pas. Mais revenons-en au jeu. On se retrouve donc dans les fonds marins à l'intérieur d'une cabine de verre que les méchants poissons viennent percer. Il faut donc réparer les fuites en plaçant sa main, son pied, ou sa tête devant la brèche. Et c'est tout. Les 5 minutes de la première partie suffisent à en faire le tour.
Nous avons ensuite la "Descente infernale" qui n'est autre que le rafting que Microsoft aime tant nous montrer. De loin le plus spectaculaire des mini-jeux présents sur la galette. Il consiste donc à descendre une rivière assez tumultueuse en passant à travers un maximum de portes et en essayant d'attraper un maximum de badges aventures. Ne souffrant que très légèrement du temps de latence, il subit en revanche de plein fouet l'imprécision des contrôles qu'il propose. Imprécision à cause de la quelle on ratera fréquemment une rampe ou une porte. Frustrant.
 
 
Vient ensuite le "Rebond", sorte de casse-brique brique à l'horizontale dans lequel on se sert de son corps pour renvoyer la balle. Si les développeurs proposent là plusieurs modes de jeu, il faut dire qu'au final, ça en revient toujours à casser toutes les briques, les divers modes de jeu ne changeant strictement rien au gameplay. Là encore, une partie suffit pour en faire le tour.
Le "Max de réflexes" nous met sur un wagon lancé à vive allure. Des obstacles se trouvant sur votre route, il vous faudra vous déplacer sur la gauche ou la droite, vous baisser ou sauter pour les éviter. Faire un jeu basé exclusivement sur les réflexes avec un accessoire souffrant d'un temps de latence, pari osé, il faut le reconnaître, mais pari perdu. Si au départ le jeu est parfaitement jouable, cela se complique dès que les obstacles commencent à s'enchaîner. Le temps de latence met le joueur dans l'impossibilité de tout éviter. Frustrant, encore une fois. "Dans le vide" nous propulse dans une station spatiale. On est donc dans une pièce avec vue sur la Terre dans laquelle apparaissent à intervalles réguliers des bulles qu'il faut attraper en se déplaçant dans la pièce et donc, dans son salon. On a la possibilité de léviter en battant des bras pour décoller et les gardant à l'horizontale pour ne pas retomber. Sans parler du principe du jeu qui est ennuyeux à mourir, le manque de précision de ses contrôles ne le rend pas franchement agréable à jouer.
 
 
Tous ces mini-jeux sont regroupés dans un pseudo mode aventure pas franchement intéressant. Mais qui permet néanmoins de récolter quelques statues animées auxquelles on peut appliquer les mouvements et les sons que l'on veut. C'est probablement ce qu'il y a de plus amusant dans jeu. Heureusement, Kinect Adventures est plutôt réussi visuellement. Mais malheureusement pour lui, ça ne suffit pas à faire un bon jeu.
 

Article rédigé par pattoune , le

Fourni gratuitement avec le Kinect, il ne fallait pas attendre grand chose de Kinect Adventures. Il a cependant le mérite de nous familiariser avec l'appareil. Ce qui est, vous en conviendrez, un peu mince comme intérêt. Le jeu leur étant avant tout destiné aux casual, on pourra facilement rajouter pour eux 2 points ou plus à la note d'intérêt. Mais pour les autres, il vaudrait mieux prévoir le budget pour un autre jeu au moment de l'achat. Heureusement, Kinect Adventures a le bon goût de nous proposer des démos d'autres titres parmi lesquels se trouve Dance Central.

Points positifs

  • Introduction au Kinect
  • Joli visuellement

Points négatifs

  • On en fait très vite le tour
  • Problèmes évidents de latence et de précision sur certains jeux

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires