Test : Alan Wake : Le Signal

Alan Wake : Le Signal - Xbox 360

Genre : Action-Thriller (DLC)

Date de sortie : 28 juillet 2010

Genre
Action-Thriller (DLC)
Date de sortie
28 juillet 2010 - France
Développé par
Remedy Entertainment
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
Xbox 360

Rongé par les ténèbres et par la peur de perdre Alice, Alan Wake est plus désemparé que jamais. Et les choses ne s’arrangent pas dans ce nouvel épisode. Alan Wake se retrouve confronté à ses cauchemars et devra une nouvelle fois y faire face. Attention, spoilers.

 
 
Alan Wake est un homme tourmenté. Il est le personnage de sa propre histoire et il doit faire face à cette ombre qui devient de plus en plus pesante. Après avoir réussi à sortir sa très chère Alice des ténèbres, Alan a sacrifié sa propre vie. Il est à présent plongé dans son propre esprit, hanté de souvenirs et de mémoires atroces qu’il a vécus en arrivant à Bright Falls. The Signal, reprend donc l’histoire là où elle s’est arrêtée, en guise d’épisode sept. « Ce n’est pas un lac, c’est un océan », disait Alan Wake laissant au joueur le soin d’interpréter cette phrase comme il l’entendait. Mais globalement, on se rend vite compte que le pire est à venir. Bright Falls n’est pas cet endroit paisible et calme où le charmant couple espérait se reposer et se ressourcer. En fait, l’esprit d’Alan Wake n’en est devenu que plus perturbé. Emprisonné dans son esprit, Alan Wake tente de comprendre ce qui lui arrive et espère s’en sortir sans trop de séquelles. Thomas Zane, l’écrivain des années 70 qui a vécu la même histoire que Wake, tente désespérément d’aider ce dernier à sortir de cette boucle, en finir avec ce cauchemar. Il lui donnera des pistes avec le signal GPS qu’il devra suivre. Seulement voilà, Alan ne comprend rien et son cauchemar est un véritable désastre d’incompréhension.
 

« Les cauchemars ne relèvent pas de la logique et les expliquer n'aurait aucun intérêt, ce serait contraire à la poésie de la peur »

Ce DLC proposé « gratuitement » (comprenez, si vous avez achetez le jeu neuf, 560 MS Points sinon) est en fait un véritable cadeau empoisonné. On s’est torturé l’esprit à essayer de comprendre l’histoire d’Alan Wake pendant les six épisodes du jeu, en se retrouvant avec un cliffhanger digne des meilleurs épisodes de LOST, et on attend avec impatience de connaître la suite de l’histoire, de pouvoir avancer dans le scénario, d’avoir quelques réponses à ces nombreuses questions. En vain. Pendant une heure, l’épisode nous propose des phases d’action barbantes qui n’en finissent plus. On commence par désintégrer les ombres au début, puis on se rend vite compte qu’on sera tôt ou tard submergé par le nombre d’ennemis qui affluent de plus en plus. Il est donc tout bonnement inutile d’essayer de les tuer tous, et on opte très vite pour la fuite. Chose qui est d’autant plus frustrante puisqu’Alan court comme une mule et se fatigue très vite. Et manque de pot, l’épisode est le plus chaud de tous les six réunis. Il y aura des phases qui seront juste impossibles à réussir du premier coup, tellement les haches fusent dans tous les sens, tellement les 4x4 se mettent à vous courser, tellement les possédés sont chauds à esquiver. Alors oui, on risque d’en baver avant d’en voir le bout. Mais rassurez-vous, le jeu se termine en moins de deux heures (largement). Je l’ai d’ailleurs trouvé étonnamment plus court que les épisodes précédents.
 
 
Au niveau du gameplay et des graphismes, rien n’a changé. C’est un DLC, pas une suite, faut pas déconner non plus. Ceux qui vous disent que le jeu a des couleurs plus sombres et des graphismes plus fluides sont des menteurs, ou alors ils ont confondu le jeu avec Limbo. Il y a des phases de gameplay qui sont toutefois plus accentuées dans ce DLC, à savoir les mots qui apparaissent et qu’il faut éclairer pour faire apparaitre l’objet concerné. Avec une nuance cependant, vous croiserez des mots comme « Ennemi », « Possédé », « Corbeaux » ou encore « Boum ! » et pour ceux-là il faudra bien réfléchir avant d’être sûr de vouloir les éclater, parce que ça peut faire des ravages.
 

Article rédigé par Poil de Carotte , le

Bref, ce DLC n’apporte rien de nouveau sur le plan scénaristique du jeu et c’est dommage car c’est bien là l’essence du jeu. Si vous avez aimé l’angoisse et la prise de tête des épisodes précédents, vous serez tout de même content de retrouver votre personnage, plus fou que jamais. Mais cet épisode rappelle étrangement la saison 3 de Heroes (ou Prison Break, au choix) : un peu inutile et on sent que ça commence à tendre vers le n’importe quoi juste pour combler du vide. En gros, si vous l’avez eu gratos, c’est tant mieux, si vous comptez payer, ça serait foutrement con. Espérons que l’épisode 8, l’écrivain, réussira à rehausser un peu le niveau.

Points positifs

  • Retrouvailles avec Alan Wake
  • Reprend la suite de l'histoire
  • Bande sonore impeccable

Points négatifs

  • Scénario absent
  • Phases d'action trop nombreuses...
  • ... et inabordables

Commentaires