Test : Ninja Gaiden 3

Ninja Gaiden 3 - Xbox 360

Genre : Action Ninja

Date de sortie : 23 mars 2012

Genre
Action Ninja
Date de sortie
23 mars 2012 - France
Développé par
Team Ninja
Edité par
Tecmo
Disponible sur
PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Ninja Gaiden 3
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Violence

Allô quartier général ! Londres est aux prises avec un groupe de terroristes qui menace de tout faire péter ! Et après, ils veulent carrément passer à la planète ! Bon, on a quelques pays qui proposent d'envoyer l'armée, pourquoi pas... Que propose le Japon ? D'envoyer un ninja ?... Non mais ils se foutent de nous ? Et la France, elle envoie David Douillet ?

 
 
Ninja Gaiden, ça c'est de la licence qu'elle est attendue au tournant ! D'autant que les fans du titre sont nécessairement des acharnés du pad, puisque son succès repose sur son gameplay à base de combos, et que sa légendaire difficulté représente bien souvent un challenge qu'on est heureux d'avoir accompli dans sa vie de joueur. Ca ne tient pas à grand chose hein, mais terminer Ninja Gaiden en mode Maître, ça impose le respect dans une soirée de geeks. Ces fans-là sont actuellement dans l'expectative, dans un réel tourment. Depuis qu'Itagaki, ancien boss de la Team Ninja et à l'origine des deux premiers titres, a quitté l'équipe, qu'est-il advenu de leur titre phare ? Comment Yosuke Hayashi, nouveau directeur, a-t-il repris le boulot ? Comme un sagouin ou comme un artiste ? Sachant que chronologiquement, Ninja Gaiden s'est plutôt assagi depuis le tout premier sur Xbox, en se censurant, en baissant la difficulté, il paraît tout à fait logique que le troisième opus soit encore plus light. Et autant le dire tout de suite, c'est une réalité puisque ce titre n'a vraiment plus grand chose à voir avec les origines de la série, si ce n'est son héros.
 

Ryu Hayabusé grave

En terme de narration, le jeu a grandement mûri, proposant pour la première fois de voir le visage de Ryu pour, selon les mots des développeurs, le rendre plus humain. C'est vrai, il est beaucoup plus humain par exemple, il a beau éventrer ses ennemis avec son épée, leur faire gicler des litres de sang, les trouer dans tous les sens avec acharnement, il ne les démembre plus. Et vous voyez, c'est ça aussi le respect de la personne qu'on vient d'assassiner sur un fond de supplication larmoyant. Et c'est aussi respecter la personne qui passe ranger derrière. Plus sérieusement, si le côté narratif est certes plus agréable quoiqu'un peu gnangnan parfois comme les japonais savent si bien le faire, c'est au niveau du jeu en lui-même que les fans risquent d'être horrifiés. Les premiers instants sur Ninja Gaiden III se déroulent très bien puisqu'on retrouve cette jouabilité nerveuse qui le caractérise, ces enchaînements de combos plaisants, les esquives et autres parades, etc. Graphiquement, c'est joliment fait, surtout au niveau des personnages, que ce soit le héros ou ses adversaires. Les décors à mesure que vous progressez sont relativement variés, et donc agréables à arpenter malgré certaines textures parfois un peu à la ramasse.
 
 
Autre bon point, les environnements dans lesquels on progresse sont en général assez vastes et la sensation de couloir est plus dissipée que dans les autres épisodes, même si l'on est conscient de progresser de manière parfaitement linéaire en permanence. Ces features font qu'en effet, les premières heures sur Ninja Gaiden III sont fort agréables, c'est un fait. Mais plusieurs choses chiffonnent au fur et à mesure que l'on avance. Tout d'abord, exit l'inventaire. Après un combat, votre vie revient à son maximum toute seule, et vous êtes prêt à affronter les prochains adversaires frais comme un gardon. Sous votre barre de vie est apparue une seconde barre, celle du ninpo. Elle se charge à mesure que vous dézinguez vos ennemis et lorsqu'elle est à son maximum, vous pouvez exécuter votre ninpo unique. Oui, vous avez bien lu, il n'y a plus qu'un seul sort dans Ninja Gaiden III, représenté par une fort jolie vidéo montrant un dragon de feu qui s'envole au milieu du décor. Certes, il fait le tri entre les hommes et les lavettes sur son passage, mais il remonte aussi votre jauge de vie à son maximum pour la suite des hostilités. Ce qui est assez malheureux aussi, c'est que ce ninpo n'est pas stockable, à savoir qu'après un combat lorsque votre jauge de vie remonte à son maximum, celle de ninpo s'efface de telle sorte à ce que l'on arrive vraiment à poil pour le prochain combat. Alors là, sans potion de vie, et avec un seul et unique sort, certes joli et surpuissant, mais désespérément répétitif et dont l'utilisation est restreinte, on commence un petit peu à se demander si l'on est vraiment dans un Ninja Gaiden...
 

John Shepard, Ryu Hayabusa, même combat

Et on va de surprises en surprises. Là où il risque véritablement d'y avoir un souci, c'est au niveau des armes et des améliorations du personnage. C'est simple, il n'y en a pas. Vous vous battrez à l'épée tout au long de l'histoire répétant sempiternellement les mêmes combos. Oh, il y a bien une fois ou deux dans le scénario où votre lame changera, mais rien de bien différent dans le déroulé des combats. On a beau espérer tout au long de l'histoire voir débarquer les Nunchakus, les Serres de Faucon, et autre Faux. Apparemment, la Team Ninja aurait communiqué que ces deux dernières armes arriveraient un peu plus tard en DLC gratuit. Certes, il est très sympathique de ne pas avoir à payer pour une des features de base de Ninja Gaiden, mais pourquoi ne pas les avoir intégrées à l'histoire ? Parce qu'arpenter absolument tout le jeu au katana est certes rigolo un instant mais devient au bout de quelques heures terriblement répétitif. Pourtant, de gros efforts ont été fournis au niveau de la mise en scène. C'est devenu extrêmement scripté, pas forcément désagréable, et bourré de phases en QTE. Si certains n'apprécient pas, elles ont cela pour elles qu'elles impliquent un minimum le joueur dans des cinématiques qui auraient pu se passer de notre participation pour continuer. Ces Quick Time Events sont si tolérants envers vous qu'il ne se passe jamais vraiment grand chose quand vous les loupez, et qu'il sera d'ailleurs extrêmement rare de ne pas les réussir même pour le dernier des loosers. Et puis, puisque plus d'arme, plus de ninpo, bah... plus d'évolution addictive au jeu. Le terminer en mode normal ne requiert vraiment aucune compétence particulière et le mode difficile est certes un peu plus dur, mais loin de la difficulté qui était proposée aux joueurs d'antan. Autre fait assez curieux, sachant pertinemment qu'une bonne partie du public recherche ardemment le challenge dans ce titre, pourquoi diable avoir imposé aux joueurs de le terminer en mode normal pour avoir ensuite le droit d'accéder au cran de difficulté au dessus ? Le choix est tout de même relativement discutable. Pourtant, Ninja Gaiden III n'est pas spécialement un mauvais jeu, il propose une action soutenue, des niveaux variés, des cinématiques soignées....
 

Ninja Gueudin

Mais le jeu est un véritable paradoxe puisque malgré les univers différents dans lesquels on évolue, on répète sans cesse les mêmes actions puisque pas d'autres armes, sorts ou évolutions permettant de diversifier l'approche du gameplay. Pas mal d'ennemis différents, mais quasiment toujours la même manière de les tuer. Même les boss, quand ils ne se résument pas à un enchainement de QTE, se tuent la plupart du temps de la même manière, en esquivant et en frappant la partie vulnérable. L'ajout de quelques features, comme le fait de grimper aux murs en plantant ses kunaïs, fera illusion au début mais lassera assez rapidement. A l'heure de sa rédaction, il était impossible de tester le mode online de Ninja Gaiden III mais lorsqu'il sera disponible, le test fera l'objet d'une update. Le cœur d'un Ninja Gaiden restant tout de même le solo, il ne nous a pas paru indispensable de le faire pour vous donner nos impressions.
 

Article rédigé par Jean-Marc Boyer , le

Action soutenue, rythme bien géré, graphiquement bien gaulé et jouabilité propre, Ninja Gaiden III est un sympathique beat'em all quoiqu'un peu trop répétitif sur la longueur. En revanche, c'est véritablement un couteau dans le dos des fans qui risquent de vraiment avoir beaucoup de mal à digérer la pilule. Difficulté médiocre, une seule arme, un seul sort, plus d'améliorations... Un jeu sympa, soit, mais un très mauvais Ninja Gaiden, n'en doutez pas.

Points positifs

  • Graphiquement réussi
  • Jouabilité propre
  • Bon rythme

Points négatifs

  • UNE SEULE ARME
  • UN SEUL SORT
  • Pas d'améliorations
  • Répétitif, du coup.
  • Difficulté au rabais

Commentaires