Test : Might & Magic : Clash of Heroes

Might & Magic : Clash of Heroes - Xbox 360

Genre : Puzzle-Game / Jeu de Rôle

Date de sortie : 13 avril 2011

Genre
Puzzle-Game / Jeu de Rôle
Date de sortie
13 avril 2011 - France
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
DS, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Might and Magic Clash of Heroes
Modes de distribution
Xbox Live Arcade

Après une excellente preview, le jour du test arrive enfin pour cette perle qu’est Might and Magic : Clash of Heroes. Ce puzzle-game tactique d’un genre nouveau a le pouvoir de plaire à ces dames comme aux stratèges chevronnés. Il peut convaincre les plus réticents et rallier à sa cause tous les gamers. Ce test a pour but de vous expliquer pourquoi il est indispensable de se pencher sur ce titre.

 
 
Might and Magic : Clash of Heroes est développé par Ubisoft et la version qui nous intéresse à ce jour est un portage de la version DS amélioré qui a su garder les bases qui ont fait son succès en 2010, tout en apportant quelques nouveautés. Cette nouvelle version est prévue exclusivement pour les deux consoles HD et en téléchargement, respectivement sur le Xbox live et le PS Store pour le 13 avril. Nous allons aborder le principe du jeu et les nouveautés de cette version ainsi que ce qu'elles apportent de réellement intéressant. Mais avant toutes choses, il faut situer ce titre qui dans sa simplicité géniale regroupe différents types de jeux et les marient délicieusement. Le genre puzzle-game demande dans la plupart des cas de déplacer des pions sur un damier en solo ou en équipe, se retrouve mêlé à du RPG et à de la tactique, pour ne pas dire à de la stratégie au tour par tour car les stratégies restent assez élémentaires tout de même. Ce mélange qui nous divertie tout en nous faisant réfléchir peut entraîner une forte dépendance. Il nous embarque dans un univers médiéval fantastique qui, à défaut d’être du point de vue du scénario très original, est fichtrement bien pensé.
 

Va-t-en flamme Doudoune !

L’histoire n’est pas bien compliquée : il existe une relique qui permet de contrôler les démons de l’enfer tout rouge et pas contents, ce qui en soi est un avantage considérable quand on est un méchant. Celle-ci a été confié aux grands chefs de trois factions amis et très gentilles que sont les humains, les elfes et les mages qui s’entendent comme cul et chemise et qui ont pour mission sacrée secrète top méga importante de la garder protégée. Un gros méchant vil et sournois fomente un plan digne de machiavel pour se l’accaparer (la relique), visant à ce que les trois factions, copines comme cochons mais un peu débiles, s’étripent entre elles en pensant qu’elles se sont trompées et trahies mutuellement. Vous incarnerez donc successivement un jeune héros brave et courageux de chaque faction (cinq au total avec les nécromanciens et les démons) pour une quinzaine de missions principales à chaque fois, plus quelques annexes. Tout ça pour à terme en finir avec ce mal absolu qui fout le bazar sans vergogne dans notre doux monde paisible plein de papillons, d’arcs en ciel et de mecs sympas en armures qui se la collent à l’hydromel dans les auberges en attendant l’heure de partir au front ! Voilà pour l’histoire qui tient la route et reste droite dans ses bottes en nous réservant des surprises par-ci par-là, comme des missions de puzzle pur ou des combats pour ganger des unités cachés qui se débloquent pour les autres modes également et tout un système de leveling simple et efficace qui nous donne sans mal envie d’aller au bout de la campagne.
 

Laaa tacatacatique du… mage level 10…

Le gameplay est le point fort du titre et repose essentiellement sur le principe du jeu de dames (bon en un peu plus évolué bien sûr) ce qui le rend très accessible à tous et permet certaines stratégies amusantes. Nous l’avons déjà expliqué dans la preview mais pour les absents, les retardataires et ceux qui bavardent au fond, nous allons réexpliquer comment se déroule une partie de base. A l’écran est représenté un damier divisé en deux parties égales, en haut et en bas, vous vous trouvez d’un coté et votre adversaire de l’autre. Vous disposez l’un et l’autre d’un nombre de PV qui doivent être amenés à zéro pour remporter la bataille. Pour ce faire (remporter la bataille) vous disposez chacun d’une armée, composée de trois unités basiques de couleurs différentes, qui prennent une case sur le damier et de deux unités spéciales, choisies en amont de la partie qui prennent soit deux ou quatre cases. A chaque tour vous avez le droit à trois mouvements ou actions sur le damier. Vous pouvez en alignant à l’horizontal trois unités du même type créer une ligne de défense et en alignant trois unités du même type à la verticale créer une ligne d’attaque, qui attaquera au bout d’un certain nombre de tours qui s’affiche alors sur cette dernière (ligne d’attaque). Vous suivez parce que je recommence pas depuis le début ! Pour les unités spéciales de deux cases, il faut aligner deux unités de base de la même couleur derrière pour les activer et pour celles de quatre et bien il faut en aligner… combien ? Quatre ! Bravo Kevin ! Pour baisser les vies adverses il faudra que vos attaques traversent le camp ennemi et touchent la ligne du fond, opposé à vous, le mur adverse, son côté (mais comment être clair damned ? Mais c’est tellement simple en vrai !).
 
 
Il reste trois détails de tailles à évoquer : si vous supprimez une unité (parce que ça vous arrange ou je ne sais pas, parce que la voisine tape du pied !) cela vous coûtera une action de votre tour si ça ne crée pas de formation attaque ou défense, à l’inverse si cela en crée une vous économisez un tour (stratège te voilà !). Chaque unité qui disparaît du damier parce qu’elle a attaqué ou parce qu’elle s’est fait occire sur le terrain ou encore parce que vous l’avez supprimée, est rangée dans votre réserve que vous pourrez vider pour appeler à nouveau du monde contre une action à votre tour également. Enfin, un truc qui ne coûte pour le coup pas d’action et qui est super balèze, vous avez un pouvoir unique lié à chaque héros. Ce pouvoir fonctionne une fois une jauge de mana (magie pour les incultes) remplie à force de vous prendre des coups ou en passant des tours. Ces pouvoirs peuvent, des fois injustement d’ailleurs, inverser le cours de la partie en déclenchant des attaques dévastatrices que nous garderons secrètes ici et ainsi vous laisser quelques surprises. C’est tout pour le gameplay, bonne fin de journée et interro écrite demain à la même heure !
 

Qui veut jouer avec moi à un Puzzle-Game RPG Tactique qui déchire ?

La grande nouveauté dans cette version portage de la DS, au-delà du fait que ce jeu n’a pas vieilli d’un iota et que c’est une très bonne chose qu’il trouve un nouveau public dans les joueurs branchés consoles de salon, est ses fonctionnalités multijoueurs en ligne ou pas et en co-op en ligne ou pas aussi. Après vous être bien éclaté une trentaine d’heures sur la campagne solo et avoir converti tous vos potes, à tel point que vos soirées ne se passent plus sans qu’au moins la BO du jeu tourne en fond comme ambiance musicale, vous pouvez vous jeter sur le multijoueur et enfin découvrir quel est votre vrai niveau. Déjà il vous sera possible de jouer à deux, sur le même canapé, l’un contre l’autre ou ensemble contre l’ordinateur et vu les différences techniques et des pouvoirs entre les factions il y a moyen de bien s’amuser. La sensation de jouer à un jeu de société en beaucoup plus vivant n’est jamais très loin. Enfin le multijoueur en ligne est une distraction passionnante, autant pour se faire poutrer par des tueurs qui dorment deux heures par nuit que pour déchirer des gros noobs qui se mettent au jeu pour la première fois. Ensuite vous pourrez voir votre classement évoluer avec le sourire aux lèvres ou peut-être la larme à l’œil. Il est recommandé de faire une petite pause de temps à autre pour se remettre les idées en place…
 

Article rédigé par Ickar , le

Comme il l’était annoncé dans la preview, cela est confirmé ici, Might and Magic : Clash of Heoes est le jeu à avoir sur votre disque dur. Pour son fun, sa facilité d’accès et ses graphismes dessins animés charmants, ce jeu peut être recommandé à tous les yeux fermés et peut assurément vous procurer des heures de délires en solo ou à plusieurs. Une merveille à télécharger !

Points positifs

  • Le gameplay et le plaisir de jeu
  • Graphismes jolis et campagne réussie
  • Multijoueur sympa sur le canap’ et en ligne

Points négatifs

  • Pas assez de héros à incarner
  • On veut une suite vite !
  • Une des factions est peut-être un peu en dessous des autres…

Commentaires