Preview : Fable : The Journey

Fable : The Journey - Xbox 360

Genre : Jeu sur rails

Date de sortie : 13 octobre 2012

Genre
Jeu sur rails
Date de sortie
13 octobre 2012 - France
Développé par
Lionhead Studios
Edité par
Microsoft
Disponible sur
Xbox 360
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans

Microsoft nous a convié récemment à un évènement pour nous présenter ses titres à venir pour la fin de l'année. Outre Forza Horizon, on a pu essayer Fable : The Journey. Alors voilà nos impressions sur le premier rail-cheval de l'histoire du jeu vidéo.

 
 
Le nouveau titre de Lionhead permet au joueur d'incarner un jeune tzigane très attaché à sa jument nommée Seren. Le jeu débute alors qu'on doit rejoindre le reste de la caravane pour rentrer à la maison. D'emblée, le titre nous met donc aux commandes d'une carriole. Et à notre grande surprise, le Kinect répond plutôt bien, réduisant la latence bien connue du périphérique au minimum. Les contrôles sont intuitifs. On donne un coup pour faire accélérer le cheval, et on ramène nos mains à notre poitrine pour le faire ralentir. Pour tourner, on ramène une main vers soi tout en avançant l'autre vers la caméra. De manière générale, le capteur de Microsoft répond bien et les contrôles réagissent bien. Si on est effectivement sur des rails, le titre propose des chemins alternatifs à l'occasion ainsi que des quêtes secondaires. Pour activer ces dernières, il faut s'arrêter à un endroit donné, indiqué par un halo lumineux. On a donc pu s'arrêter pour écouter un illuminé nous prédire notre avenir. Ne souhaitant pas se faire spoiler le jeu, on a repris notre chemin sans attendre. Après avoir lamentablement perdu notre groupe, nous nous retrouvons seuls dans un village apparemment désert. Mais une étrange femme vient rapidement nous avertir d'un danger imminent. Celui-ci ne tarde pas à se manifester sous la forme d'une gelée couleur sang qui tue tout ce qu'elle touche. Nous nous échappons alors avec cette étrange substance à nos trousses. Le seul passage un temps soit peu palpitant de la démo.
 

Passage en mode Super Sayen

On trouve alors refuge dans une grotte, à l'intérieur de laquelle se trouve un autel qui va nous conférer des pouvoirs qui s'avéreront utiles par la suite. Tout d'abord, on apprend à balancer des boules électriques sur des gnomes en pierre. Le geste à faire est très simple : on « lance » notre main gauche en avant, un peu comme on peut le voir dans Dragon Ball Z. La visée étant très permissive, l'utilisation de ce pouvoir est plaisant. Mais il devient carrément bandant quand on guide les boules d'électricité pour atteindre des cibles à couvert. Le second pouvoir à notre disposition, utilisable avec l'autre main, nous permet de déplacer des objets, ennemis compris. On peut simplement les pousser, mais aussi les attraper au lasso pour les envoyer valdinguer dans les airs. Cette compétence peut également servir à renvoyer des projectiles à leur envoyeur.
Tout ceci laisse présager un gameplay plus varié et plus intéressant qu'on pouvait le croire, et surtout le craindre. Cependant, on a aussi constaté un gros soucis de rythme, le jeu s'étant montré ennuyeux. Gageons toutefois que ce soit dû au fait qu'on était au début de l'aventure. Mais on ne pourra pas se prononcer tant qu'on en aura pas vu davantage.
 

Article rédigé par pattoune , le

Pas franchement engageant de part sa jouabilité au Kinect et sa linéarité, le titre surprend tout de même grâce à un gameplay plus varié que prévu. De plus, il bénéficie d'une réalisation soignée. Il reste néanmoins qu'il souffre, pour le début de l'aventure tout du moins, d'un gros problème de rythme et d'une surabondance de cinématiques pas franchement intéressantes. Mais malgré tous ces défauts, il devrait tout de même plaire aux plus jeunes.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires