Test : Kinect Sports Season Two

Kinect Sports Season Two - Xbox 360

Genre : Sport de salon

Date de sortie : 28 octobre 2011

Genre
Sport de salon
Date de sortie
28 octobre 2011 - France
Développé par
Rareware
Edité par
Microsoft
Disponible sur
Xbox 360

Un an. Un an de ventes réussies pour le périphérique Kinect de la Xbox 360 (près de dix millions d'unités pour 60 millions de consoles). Grands défenseurs de cette caméra à détection de mouvement à son lancement, nous nous devions d'établir un bilan une année d'exploitation plus tard. La sortie de Kinect Sports Saison 2 est l'occasion rêvée de réaliser ce bilan.

 
 
Car le possesseur moyen de Kinect, attiré par le fameux slogan « la manette c'est vous » lancé au lancement du périphérique, ne peut que se mordre les doigts quelques douze longs mois plus tard. Quasiment aucune sortie de jeux (bons ou mauvais) de janvier à septembre 2011, des éditeurs-tiers qui font plus que bouder la dite caméra, et de rares jeux valables au line-up parmi la vingtaine proposée sont autant de raisons qui auront fait prendre la poussière au périphérique. L'effet nouveauté étant retombé quelque peu, les joueurs auront tout de même pu se repaître d'un fort bon Child of Eden au mois de juin.
 

« Mais ils le vendent, ça ? » , Coluche

Kinect Sports premier du nom avait plu (trois millions d'unités vendues) pour son côté clone assumé de Wii Sports que l'on ressort pendant les soirées entre amis. On se souvient d'immenses poilades déclenchées par le visionnage de sessions d'athlétisme sur place filmées par le périphérique. On s'était même surpris à croire à un sursaut de RARE (développeur du titre) en se remémorant les fantastiques parties de Donkey Kong Country jouées sur Super Famicom il y a de cela plus de quinze ans. Athlétisme, tennis de table et surtout bowling étaient au programme des activités les plus intéressantes du premier opus. Mais quelques soirées entre amis sur une année, c'est malheureusement bien trop peu et c'est avec une frayeur certaine que l'on insère la galette dans la console. Six nouveaux sports sont sélectionnables cette fois-ci.

Chaque sport est jouable sous trois niveaux de difficulté. Adeptes des pistes enneigées, nous avons profité des épreuves de ski en premier lieu. Descendre un slalom en solo est assez plaisant et le plaisir est multiplié à deux joueurs simultanément. L'interface répond correctement et les techniques de ski sont bien reproduites : il est nécessaire de se pencher en avant pour accélérer et de se pencher sur les côtés pour changer de direction. Passer les portes du slalom comporte donc un challenge intéressant et une vive compétition entre joueurs s'installe rapidement, si tant est que l'espace de jeu disponible soit assez vaste. Dans le cas contraire (et c'est le cas de tous les sports disponibles dans cette saison 2), en mode multijoueur simultané les coups de coude, écrasement de pieds et autres « pousse-toi de là que je m'y mette » sont malheureusement au rendez-vous. Ainsi, on se rue sur l'épreuve de football américain, proposant un mode deux joueurs au tour par tour.
 

« Et ça a coûté cher ? », Dominique Farrugiah

Après quelques descentes de ski qualitativement honorables, force est de constater une énorme baisse de rythme lors de cette épreuve. Respectant les règles du sport préféré des mangeurs de hamburgers, on reçoit certes le ballon ovale assez facilement et on court sur place pour faire se déplacer son avatar aussi rapidement que possible en passant les joueurs adverses en force jusqu'au tacle. Les choses s'aggravent lors du choix des tactiques à employer lors des relances. Relativement fastidieuses, et cassant le rythme de l'épreuve, elles ne satisferont que les fans vivant Outre-Atlantique. Du même acabit en termes qualitatifs, le base-ball ne propose qu'un challenge assez décevant et très peu rythmé. Pourtant du rythme il en existe dans ce soft qui propose des morceaux musicaux classiques entre chaque épreuves (de Rick Asthley à Supergrass en passant par Lady Gaga). L'humour est également de rigueur lorsque l'on revisionne nos pires moments imposés par le soft. De courtes vidéos présentent les phases les plus ridicules de la partie et on se réjouit systématiquement de pouvoir les uploader sur le LIVE.

L'épreuve de tennis permet une approche plus fine que le challenge proposé par Wii Sports et lifts ainsi que slices sont au rendez-vous. Une réussite certaine à ce niveau, et l'épreuve s'en sort avec tout juste la moyenne. Le golf, proposant bien évidemment un challenge au tour par tour suscitera un vif intérêt aux fans de ce sport merveilleux en mode virtuel. Le placement des pieds ainsi que la prise en mains du club sont réalistes. Le swing est bien reconnu mais la frappe reste assez aléatoire et il est difficile de comprendre le pourquoi du comment d'un lancer raté. Il n'en est pas moins que ce challenge reste sans conteste l'épreuve la plus réussie du jeu et qu'elle lui assure un meilleur avenir sur le long terme. L'épreuve de fléchettes, pourtant encensée par la critique, n'aura pas pu nous convaincre, tant il est aisé de réaliser plusieurs fois le score maximal d'affilée. Vraiment dommage !
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Cette saison 2 de Kinect Sports peine à convaincre de par ses qualités intrinsèques. Renouvelant les erreurs de la première saison (des épreuves dont l'intérêt présenté est trop variable, allant du bon au très rébarbatif), elle ne propose malheureusement de surcroît qu'une majorité d'épreuves trop peu rythmées pour être honnêtes. Malheureusement pour elle, l'interface Kinect est rentrée dans les mœurs et ne pourra plus attirer le chaland par son côté novateur. Sans être un échec total, il est difficile de défendre le soft plus de deux ou trois soirées entre amis, qui hurleront en choeur : « mais quand est-ce qu'on remet Dance central 2 ? »

Points positifs

  • Du golf
  • Réalisation améliorée
  • Musiques sympathiques
  • Du ski

Points négatifs

  • Il faut aimer les sports de bourges
  • Il faut avoir un appart' de bourge
  • Manque de rythme majoritaire
  • Les voisins du dessous se plaignent quand on court sur place

Commentaires