Test : FIFA Street

FIFA Street - Xbox 360

Genre : Foot de rue

Date de sortie : 15 mars 2012

Genre
Foot de rue
Date de sortie
15 mars 2012 - France
Développé par
EA Sports
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
Gamecube, PS2, PS3, Xbox 360, Xbox

De retour après quelques années d’absence, FIFA Street repart de zéro et nous promet du lourd, de la classe, des dribbles précis et Lionel Messi en superstar aux capacités boostées.

 
 
Démarrée en 2005, FIFA Street avait séduit beaucoup d’amateurs de football de rue, pratiqué par énormément de joueurs sur la terre, car accessible et jouable quasiment partout. Qui n’a jamais fait un petit foot improvisé dans le parc du coin, faute de terrain accessible ? On pouvait donc jouer sur console ce football différent, physique et surtout technique. En effet, il faut un minimum de talent en dribble et fioritures pour ne pas passer pour un con. Pas de Van Bommel, de Jong ou autre Kung-Fu Makélélé, vos copains seront plutôt Messi, Ronaldo, Nani, Nenê et Ayew. On n’est pas là pour casser des chevilles, mais faire des tours de reins aux adversaires pour impressionner le public et se la raconter. Car oui, dans le foot de rue, on dribble et on chambre, c’est bien plus marrant. D’ailleurs, en défendant, on ne peut même pas faire de tacles glissés digne d’Eric Di Meco à la grande époque, c’est triste mais c’est mieux ainsi, finalement.
 

Ouh le petit pont !

Le public présent dans vos différents matchs réagit à tout ce qui se passe, ce qui ajoute à l’ambiance. Un petit pont, un lob, des feintes de fou et les cris et autre hourras se font entendre parmi les spectateurs. Le but, quelque soit le mode de jeu, est de marquer tout en réalisant dribbles incroyables pour offrir un jeu spectaculaire, malgré les terrains assez petits. Mais vous avez les joueurs qu’il faut et votre pad n’attend que vos doigts agiles pour envoyer du lourd. Comme dans un jeu de baston, plein de combinaisons permettent des tricks sortis de nulle part. Un bouton est dédié au Contrôle Street, base de beaucoup d’enchaînements. Maintenez ce bouton et votre joueur stoppe le ballon, le balade autour de lui avec un pied, pour repartir et enchaîner les dribbles. Un autre bouton permet de lever le ballon pour lober votre adversaire direct et ensuite armer une frappe lourde qui fera souvent mouche. Le stick analogique droit permet aussi bien des folies. Se mettre sur le ballon avec les deux pieds, exécuter râteaux, roulettes, changements de côté, ailes de pigeons, plein de trucs de fous que vous réaliserez parfois sans trop savoir comment mais qui ajoutent de la classe au jeu, surtout si l’action se termine par un but.

Hormis le point du but, un autre classement plus anecdotique se fait au cours du match, celui des tricks. Par exemple, vous récupérez le ballon avec Gameiro, faites trois pas et marquez, ça vous rapportera même pas 100 points. Mais si vous dribblez un joueur avec Nenê, faites un une-deux avec Pastore qui lobe un joueur et feinte une frappe devant le gardien adverse, pour marquer ensuite tranquillement dans le but vide, là, vous gagnerez bien plus de points, et en plus vous pourrez bien chambrer votre adversaire, si vous ne jouez pas seul, bien sûr. Il s’agit là d’une des faiblesses du jeu, bien plus sympa à plusieurs, rien que pour l’ambiance, alors qu’il devient vite lassant en solo.
 

Choisis tes règles

Plusieurs modes de jeu vous attendent, vous pourrez faire un match classique, un duel de petits ponts, du futsal classique, ou encore le « Last Man Standing » dans lequel chaque but, le joueur qui a marqué quitte la partie, le but étant d’être à zéro en premier. Cela se complique d’ailleurs vers la fin lorsque vous êtes seul contre quatre adversaires et qu’il ne vous reste donc qu’à marquer pour gagner. Vous pouvez aussi personnaliser votre partie pour changer la durée, les maillots, la difficulté, les règles pour gagner (temps, buts marqués, points de tricks). Il est également possible jouer en ligne ou en local pour humilier ses potes et les faire pleurer. Perso, mon exploit est d’avoir dribbler toute l’équipe adverse avec Mamadou Sakho pour marquer, je n’étais pas peu fier. Surtout face à l’OM…

Le mode World Tour permet de créer son joueur, puis son équipe, pour parcourir le monde en disputant matchs, tournois afin d’atteindre la gloire en ligne. Beaucoup de bonnes idées donc pour ce reboot plus sobre de la série. Peut-être un poil trop sobre, ça manque de couleur, de folie, la lassitude finit par prendre le dessus malheureusement. Quelques imprécisions défensives rendent parfois fous, et puis c’est dur d’admettre qu’on vient de se faire humilier par le joueur d’en face. Petite anecdote, dans le World Tour, le joueur vous génèrera un nom aléatoire automatiquement, pour ma part c’était Karim Kembo-Ekoko, j’ai adoré.
 

Article rédigé par Robinsoldier , le

EA Sports relance donc sa série FIFA Street, et c’est plutôt pas mal. Les dribbles sont précis, les animations superbes, l’ambiance colle à la réalité, mais ça lasse vite, on tourne un peu en rond et ça ne vaut pas ni le vrai football, ni le prix du jeu en magasin. Pour un reboot, payer le prix fort, ça fait mal. Cependant, la présence de beaucoup de licences rattrape un peu le tout.

Points positifs

  • Du vrai bon foot de rue
  • Beaucoup de dribbles de folie
  • Les animations réussies
  • Beaucoup de licences

Points négatifs

  • Vite lassant
  • Ça manque de folie
  • Prix trop élevé pour un reboot
  • Réalisation graphique tout juste correcte

Commentaires