Preview : Assassin's Creed III

Assassin's Creed III - Xbox 360

Genre : Action discrète

Date de sortie : 31 octobre 2012

Genre
Action discrète
Date de sortie
31 octobre 2012 - France
Développé par
Ubisoft Montréal
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC, PS3, Wii U, Xbox 360
Parfois appelé
ac 3, ac iii
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Grossièreté de langage
 Jeu en ligne
 Violence

Présenté lors des conférences, vous avez déjà eu largement de quoi vous mettre sous la dent concernant Assassin's Creed III. Mais il y a une démo que vous n'avez pas vu, une démo montrée uniquement dans l'espace VIP du stand d'Ubisoft. Et vous savez quoi ? On s'est mis dans la tête de se taper l'incruste et de vous faire un compte rendu. Avouez que c'est cool quand même.

 
 
La démo en question se déroule à Boston. Le développeur qui nous a fait la démonstration, en français s'il vous plaît, affirme fièrement que la superficie de Boston fait environ 1,5 fois celle de Rome. Sachant que la cité américaine ne représente qu'une partie de la map du jeu, on aura de quoi faire. La ville est particulièrement bien rendue, que ce soit dans sa modélisation ou son ambiance. On a pu voir un marché où les PNJ achetaient des marchandises, les transactions paraissant naturelles. Le sol était crade et des animaux se baladaient librement dans la zone. Apparemment un effort non négligeable a été fait pour améliorer l'immersion du joueur. À ce titre, les possesseurs de Wii U auront la possibilité de totalement supprimer l'interface de la télé pour la reporter sur la mablette. Et tant qu'on en est aux spécificités de l'interface Wii U, l'écran de la manette affiche une zone plus large de la map, donnant aux joueurs une vue d'ensemble sur la ville, ainsi que son inventaire pour changer d'arme du bout des doigts.
 

Connor de garde

Cet Assassin's Creed apporte également son lot de nouveautés. Le développeur qui dirige la séance affirme fièrement qu'il est désormais possible de sauter sur des objets en mouvement. Et juste après l'annonce, on a eu droit à la mise en pratique : Connor saute dans une remorque remplie de foin qui passe par là et reste caché. Au moment où son véhicule passe à proximité d'un garde, il le poignarde tout en l'embarquant dans l'engin avant d'en sortir. Juste après ce coup d'éclat, un PNJ attire un autre garde dans un coin tranquille pendant que Connor se met en position, collé au coin d'un mur pour l'attraper à la volée et le maitriser à main nue.
Il ne reste alors plus que trois gardes entre l'assassin et son objectif. Tout ce petit monde se trouvant sur une petite place, Connor monte sur l'arbre qui se trouve au milieu de cette dernière pendant que personne ne regarde. Depuis sa position surélevée, il lance un grappin sur un ennemi en contrebas et le pend à l'arbre en se laissant tomber au sol. Voyant leur pote pendu, les deux autres soldats présents un peu plus loin vont enquêter, libérant ainsi le passage pour Connor.
 

Ready, fight !

Pour ce qui est des combats, nous avons pu voir plusieurs choses intéressantes. Pour commencer, les gardes n'attendront pas que vous ayez terminé votre combo pour vous attaquer, ce qui risque de sérieusement compliquer les affrontements. C'est plutôt une bonne chose donc. Une autre nouveauté de cet opus concerne l'intégration de kills contextuels. Histoire de nous montrer ce que ça donne dans le jeu, notre démonstrateur de luxe s'appuie contre un établi et empale la tête du premier garde qui passe sur la fourche qui se trouvait là. Voilà qui est bien sympathique. Bien évidemment, les autres gardes de la zone ne restent pas là sans réagir et se jettent sur Connor. S'amorce alors un combat à cinq contre un relativement tendu. Comme dans les précédents volets de la série, les armes à feu restent muettes la plupart du temps, les gardes utilisant plutôt la baïonnette. Ce qui n'empêche pas notre héros de faire parler la poudre à l'occasion, l'usage de l'arme à feu s'intégrant parfaitement dans les divers enchainements aperçus lors de la démo.
 
 
Connor finit par se débarrasser des gardes, mais ça lui a couté cher, et une autre patrouille arrive. Il est donc temps de fuir. Il monte sur les toits de Boston mais cela ne décourage pas ses poursuivants. Puis il voit une fenêtre ouverte par laquelle il passe pour traverser le bâtiment. Ce qui lui permet de distancer les gardes, ces derniers ne passant pas par les intérieurs. Mais il est toujours poursuivi. Alors il se cache, en s'appuyant contre un petit kiosque tandis que la patrouille qui le recherche passe un peu plus loin. C'est le moment de mettre un terme à la démo et donc de tuer la cible qui a été désignée. Celle-ci se trouve dans un bateau mouillant dans un port surveillé de près par les anglais. Pour entrer, on utilise une vieille ruse de sioux : quatre alliés déguisés en soldat anglais nous font passer le poste de garde en tant que prisonnier. Bien que l'habillage soit différent, cette technique n'est ni plus ni moins qu'une variante des moines du tout premier Assassin. Notre cible est donc le capitaine d'un navire britannique, elle est à ce titre escortée de deux gardes. Il en faut plus pour arrêter Connor qui poignarde l'un des malheureux avec sa propre baïonnette et tire un coup de fusil dans la foulée. Le canon étant encore dans le premier garde, la balle traverse le bonhomme pour aller tuer le second garde. Il ne reste alors plus qu'à pousser le capitaine dans l'eau, un autre exemple de kill contextuel.
 

Article rédigé par pattoune , le

Même s'il ne change pas vraiment sa recette, Assassin's Creed III semble proposer suffisamment de nouvelles choses pour donner un réel nouveau souffle à la licence phare d'Ubisoft. Comme on pouvait s'en douter, il s'annonce excellent et on a hâte de pouvoir parcourir les rues de Boston.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires