Preview : Terraria

Terraria - Xbox 360

Genre : Minecraft 2D

Date de sortie : 28 mars 2013

Genre
Minecraft 2D
Date de sortie
28 mars 2013 - France
Développé par
Re-Logic
Edité par
505 Games
Disponible sur
3DS, PC, PS3, PS4, PSVita, Wii U, Xbox 360, Xbox One
Modes de distribution
Xbox Live Arcade
PlayStation Network
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans

Il y a des jours comme ça, où on a la flemme. Entre l'effort herculéen qu'il a fallu faire pour se lever, et le temps pourri qui ne nous invite guère à mettre le nez dehors, on n'a qu'une envie : rester avachi comme une merde dans le canapé. Mais on a pris rendez-vous pour une présentation. Alors on se motive pour y aller, c'est la moindre des choses. On s'habille difficilement puis on guette le bon moment pour mettre les pieds dehors et atteindre la station de métro la plus proche entre deux averses. Arrivé sur place, on se prend un bon gros Terraria en pleine face. Et d'un coup, la journée qui avait si mal commencé devient belle.

 
 
Si le nom de Terraria ne vous est pas inconnu, et qu'il vous semble ressurgir d'outre tombe, c'est normal. Puisqu'il s'agit à la base d'un jeu sorti sur PC en mai 2011 (pour info, il est disponible sur Steam pour un peu moins de 10€). Alors pourquoi en parler maintenant ? Et bien tout simplement parce qu'une version console débarquera sur le PSN et le Xbox live fin février, voire début mars. Du coup, une petite séance de rattrapage s'impose. Ceux qui ont entendu parler du titre lors de sa sortie sur PC ont certainement dû entendre un truc de ce genre : « c'est un Minecraft en 2D. »
Et en un sens, c'est vrai, la base du jeu est la même. Il s'agit de survivre dans un milieu hostile en partant à la recherche de matières premières qui nous permettront de nous fabriquer des outils, des armes, un abri. Mais s'arrêter là serait réducteur, car le jeu de 505 Games propose plus. Il sera en effet possible d'explorer des donjons et de combattre des boss, certains étant titanesques. A côté de cela, il faudra lutter contre la corruption, un mal étrange qui ronge le monde de Terraria. De plus, votre abri peut accueillir divers PNJ à condition que vous leur réserviez une pièce. Ces derniers pourront vous donnez des conseils ou vous vendre des objets.
 

Une ergonomie repensée

Une bonne partie de la présentation a tourné autour des changements inhérents au passage sur console, en commençant par l'interface. Le joueur console étant plus éloigné de son écran que le joueur PC, il a fallu revoir complètement cette dernière. Et le résultat est franchement convaincant. En plus du grossissement des éléments visuels, l'inventaire se trouve désormais divisé en plusieurs parties. On retrouve donc des pages d'inventaires consacrées aux items, outils, armes, armures, potions et accessoires. Dans le même ordre d'idée, le menu de craft n'affiche que les objets que vous pouvez fabriquer au moment où vous le consultez. Une feature qu'on apprécie grandement, tant le nombre d'objets qu'il est possible de confectionner est énorme.
Pour ce qui est des contrôles, eux aussi ont fait l'objet d'une attention toute particulière. Le curseur qu'on contrôlait avec la souris sur PC se dirige maintenant avec le stick droit. Mais bien évidemment, les développeurs ne se sont pas arrêtés là. Ils ont en effet ajouté une feature qui simplifiera grandement la vie des joueurs : la sélection automatique. En gros, le jeu sélectionnera automatiquement un élément à proximité avec lequel vous pouvez interagir. Et si le jeu ne sélectionne pas le bon, vous pouvez reprendre la main à tout moment. Au final, le maniement de votre avatar reste fluide. Et on ne passe pas des plombes à bouger un curseur relou. Là où on se rend compte que c'est réussi, c'est lorsqu'on creuse des tunnels. C'est bien simple, on n'a pas à s'occuper de la sélection des blocs. Ce qui rend la manœuvre bien plus intuitive. Et qui plus est, les combats de boss qu'on a pu voir, et essayer, sont franchement nerveux.
 

Article rédigé par pattoune , le

Vous l'aurez compris, on a aimé Terraria. On a même kiffé grave. Son univers 8 bits magnifique et ses musiques tantôt enchanteresses, tantôt stressantes, attisent la curiosité. De son côté, le gameplay bac-à-sable accroche le joueur, et pour un sacré bout de temps apparement. Mais ça, on vous le confirmera lors du test. À moins que vous ne vous jetiez dès à présent sur la version PC.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires