Test : Motocross Madness

Motocross Madness - Xbox 360

Genre : D'la moto ! Maaammamamamaaaam !

Date de sortie : 09 avril 2013

Genre
D'la moto ! Maaammamamamaaaam !
Date de sortie
09 avril 2013 - France
Développé par
Bongfish Interactive Entertainment
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
PC, Xbox 360
Modes de distribution
Xbox Live Arcade
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Revoilà Motocross Madness. 13 ans après la sortie du second opus, la formule a bien changé. Confiée aux mecs de chez Bongfish Interactive, à qui on doit entre autres le très moyen Stoked, la licence fait désormais la part belle aux Avatars et, comme c’est bien souvent le cas, à un gameplay simpliste à même d’attirer tous les joueurs. Le titre en est-il pour autant moins bon et complet que son aîné ?

Test effectué à partir d'une version Xbox 360

 
 
Treize années dans le petit monde parallèle du jeu vidéo, c’est une éternité. Pour vous dire, à l’époque où le précédent opus est paru, la France était championne du monde de football et se dirigeait tout droit vers son titre de championne d’Europe. Oui, je sais, ça n’a rien à voir ici puisqu’on parle de moto, mais remettons un peu les choses dans leur contexte, bordel. Exit THQ, c’est désormais Microsoft qui édite directement le titre sur Xbox Live Arcade (au prix de 800 MS Points), tandis que le développement a été confié aux équipes de Bongfish Interactive.
 

Motocrotte Simulator

Le principal changement, comme je viens de le dire rapidement dans l’introduction, est l’incorporation des Avatars en lieu et place des pilotes originels. Si on peut se contenter d’aborer fièrement les tenues achetée à grands coups de Microsoft Points durant les courses, le jeu propose une variété assez conséquentes de tenues à débloquer - uniquement dans le jeu, impossible des les utiliser comme vêtements d’Avatars classiques par après - permettant de se faire plaisir au niveau du look. Une façon d’attirer un public plus large, et de remettre au goût du jour le mystérieux système Avatar Famestar, proposant défis et autres récompenses dans un certain nombre de titres mettant en scène ces alter egos virtuels. De notre côté, on aime assez le concept, mais certains trouveront que cela dénature quelque peu le titre.
 
 
Le gameplay du soft a lui aussi évolué et propose désormais quelque chose de très accessible et, malheureusement, d’assez limité. On se contente ainsi des gachettes pour accélérer et freiner et d’une touche pour le boost, tandis que les différentes figures se lancent en combinant touche de façade et orientation du stick gauche. Classique, cette méhode n’en reste pas moins efficace pour proposer un fun d’emblée et permettre à n’importe quel joueur lambda de plonger dans la partie et de se faire plaisir dès les premiers tours de pistes. On aurait tout de même aimé un peu plus de profondeur, d’évolution dans la façon d’appréhender les courses, de techniques à maîtriser au fil des parcours.
 

A/R au pays des Pharaons, entre autres

D’une manière générale, Motocross Madness ne prend pas beaucoup de risque. Cela se ressent également au niveau du mode Carrière proposé : trois environnements assez convenus sont disponibles (les dunes de l’Egypte, les paysages enneigés d’Islande et les bois australiens), chacun décomposés en trois courses de plus en plus longues - comptez environ 5 minutes pour venir à bout de chacune d’elle. Des raccourcis sont disséminés ici et là dans les maps mais, une fois encore, on ressent la volonté des développeurs de mâcher le travail aux joueurs puisque ceux-ci sont indiqués de façon très voyante sur la mini-carte présente à l’écran. Dommage, on aurait aimé retrouver l’ambiance des jeux de course old school ou la découverte d’un nouveau passage secret était un véritable événement, mais bon...
 
 
Des épreuves dites “Rivaux” sont également de la partie, sorte de courses chronométrées dans lesquelles il faudra tout d’abord battre le score des développeurs avant de pouvoir affronter la communauté en contre-la-montre. Enfin, notre petite préférence va au mode Exploration dans lequel les environnements sont totalement ouverts et ne demandent qu’à être parcourus. Pour y ajouter un minimum d’intérêt, des pièces et crânes dorés ont été planqués un peu partout et leur recherche devrait occuper pendant un moment celles et ceux que la compétition ardente n’intéresse que moyennement. Des courses en écran splitté à deux joueurs, ou jusqu’à huit en ligne, viennent enfin compléter le panel des modes jouables avec brio, ces dernières étant intéressantes malgré des soucis techniques qui viennent légèrement gâcher la fête. Le Bike Club, qui vous réunit avec les amis ayant fait l’acquisition du titre pour réaliser des défis en équipe, ne vient pas réellement changer la donne.
 
 
Un peu léger, non ? Heureusement, on peut sans trop de risques parier sur l’arrivée prochaine de DLC pour apporter, au choix, de nouvelles épreuves ou carrément un ou plusieurs nouveaux décors, ce qui apporterait à n’en pas douter une plus-value indéniable au titre. Car malgré ses qualités graphiques limitées - le clipping est notamment bien trop présent - Motocross Madness n’en reste pas moins un petit soft sympathique à jouer, sur lequel on prendra plaisir à retourner une fois de temps en temps, seul ou entre amis. Avec un peu plus d’application et de travail, il aurait pu devenir un très bon jeu de course arcade, et c’est aussi pour cela que l’on est un peu amères au sortir de ce test.
 

Article rédigé par Mac Fly , le

Au final, Motocross Madness se pose comme un petit titre sympathique sur lequel on s’amusera pendant quelques temps, qu’on relancera même de temps à autre pour une petite escapade en moto. On regrette quand même que le travail n’ait pas été plus important, ce qui aurait pu aboutir à la sortie d’un excellent jeu de motocross. Peut-être pour un prochain épisode, qui sait ?

Points positifs

  • Les Avatars de retour
  • La prise en main facile
  • Le mode Exploration très plaisant

Points négatifs

  • Assez basique dans son gameplay
  • Pas très, très beau
  • Un peu limité en termes de contenu

Commentaires