Test : Halo 3

Halo 3 - Xbox 360

Genre : FPS

Date de sortie : 26 septembre 2007

Halo 3 est sorti, super méga cool répond la foule de fanboys excités par l’arrivée des nouvelles aventures du Master Chief. Après une communication tapageuse de Microsoft, il est temps pour nous de décortiquer la bête et de voir ce qu’elle a dans le ventre. Alors révolution annoncée ou juste sucette un peu trop sucrée pour cacher son manque d’ambitions ?

 
 
C’est fait, après plus de deux ans d’attente entre l’annonce du développement et sa sortie, nous avons enfin la possibilité d’essayer la version définitive des aventures de Master Chief ou Spartan pour les amis. Deux années durant lesquelles Microsoft et Bungie n’ont cessé de nous promettre monts et merveilles. De nous assurer que tout ce que la concurrence pouvait faire ne serait que la pâle copie de son dernier FPS. L’heure du verdict a sonné et il faudra assurer car après tant de promesses, de communication, de vidéos, notre impatience mise à rude épreuve en veut pour son argent.
 

Chief est de retour mais

Nous avions quitté fin 2004 les aventures de notre héros casqué alors que l’on en apprenait un peu plus sur le scénario et sur la folie de son ennemi à savoir détruire l’ensemble de l’humanité mais aussi de ses alliés Convenant qui ne s’aperçoit pas du risque qu’il prend en servant le dessin de pareil tyran. Bien sûr, le Master Chief n’en avait pas totalement terminé avec toute cette histoire et ils sont de retour avec cette fois la ferme intention d’utiliser les sept anneaux pour établir définitivement le pouvoir du prophète. L’Arbiter qui se rebellait contre son ancien maître est aussi de retour dans l’histoire ce cet opus et il est toujours aussi enragé contre lui. D’ailleurs, le scénario lui permettra de montrer sa colère. Cortana, qui à la fin du second opus est prisonnière, sert de fil rouge pendant toute l’aventure. Celle-ci est toujours entre les griffes ennemies et elle est plutôt mal en point. Elle arrive néanmoins à communiquer avec Spartan à travers des échanges télépathiques qui viennent régulièrement brouiller la vision de notre héros pour lui déverser ses impressions.

Le souci de tout ceci, c’est que le scénario est à la fois brouillon et difficile à comprendre si vous n’avez pas subi une piqûre de rappel en reprenant l’opus précédent. De plus, les interventions de Cortana sont à la fois inintéressantes et surtout très embrouillées, ce qui ne facilitent pas l’immersion dans l’histoire. Le sentiment que l’on éprouve est surtout que c’est creux, voire très insuffisant par rapport à ce que nous propose la concurrence depuis quelques mois. Et puis, il faut bien voir aussi que la surprise que fut le premier épisode est totalement passée et que maintenant on s’attend à l’évolution. On finit par ne plus être imprégné par l’histoire pour ne plus s’intéresser qu’au gameplay.
 

Ce qui devait être mieux

Le gros reproche du second opus était de ne pas avoir su évoluer en nous offrant certes un gameplay de qualité mais qui n’était qu’une séquelle de ce qui avait fait sa renommée. Bungie et Microsoft nous avaient promis que ce ne serait pas le cas avec la version next gen. Ils nous ont abreuvés d’images de cinématiques laissant croire, au moins à ceux qui se sont laissés enfumer, qu’il s’agirait des images in game. Rapidement, en fait dès que les premières furent réellement prises dans le jeu, on avait pu comprendre que les premières annonces n’étaient que du vent. Et puis, les plus avertis ont commencé à se méfier. Il était possible de lire un peu partout que le jeu n’était pas graphiquement toujours à la hauteur des meilleurs titres du genre. Et c’est le cas, bien malheureusement.

Il est certain que l’on ne peut pas non plus reprocher à celui-ci d’être laid. Absolument pas, mais il propose des graphismes qui sont bien loin des prouesses du titre dans ces versions précédentes. On pourrait presque même y voir un léger manque d’ambitions alors qu’elle était tant vantée pendant des mois. Les Brutes qui ont remplacé les Elites sont assez bien modélisées. Ils nous présentent des faces assez repoussantes qui ne sont pas sans être inspirées par les ennemis de Gears of War. C’est l’essentielle différence de ce nouveau bestiaire, car pour le reste, vous retrouverez l’ensemble des ennemis que l’on connaissait déjà. Côté nouveautés, cette version Xbox 360 va surtout vous les apporter au niveau des graphismes, pour les décors, les véhicules et les explosions. Puissance de la bécane oblige, les environnements sont beaucoup plus vastes et permettent des véritables conflits mettant en scène de nombreux véhicules avec deux armées qui se battent devant vos yeux. C’est assez impressionnant, surtout que dans le même temps, les explosions fusent dans tous les sens avec une débauche graphique qui flatte la rétine. Le Scarab, véhicule quadrupède énorme, que vous devrez abattre à plusieurs reprises, est d’ailleurs le moment d’une débauche pyrotechnique lors de son explosion qui envahit tout l’écran, vous éblouissant par la même occasion. D’ailleurs, on retrouve aussi cet effet avec quelques grenades qui, avant d’exploser, baignent la pièce dans laquelle vous êtes dans une lumière si intense que l’on a peine à se déplacer sans être désorienté. Le tout est de ne pas se tromper de chemin !

Pour la partie sonore, là c’est de la grande classe. Mais encore une fois, comme si la promesse de nouveauté n’était en fait que celle d’un jeu qui serait plus une adaptation des aventures du Master Chief sur la Xbox 360, plusieurs des musiques sont issues du précédent volet. Il ne faut pas non plus y voir un énorme souci tant elles sont parfaites pour créer une ambiance à la fois onirique et captivante. Le traitement des voix est d’ailleurs du même acabit, avec des dialogues savoureux dont certains ne manquent pas d’humour, même s’il y en a certains qui ont tendances à tomber dans le faussement glorifiés. Quoiqu’il en soit, la réalisation sonore qui tire le meilleur de votre installation home cinéma est un modèle du genre.
 

Sors de là et rejoins la lumière

Avant d’aborder le gameplay qui est très loin d’être une nouveauté tant le jeu est ressemblant aux deux autres expériences, il fallait tout de même souligner qu’il y a quelques nouveautés qui viennent parsemer votre aventure. Abordés un peu plus haut, les Brutes viennent remplacer les Elites. Ils sont plus charismatiques et surtout ils ont un côté complètement barjo qui ne pourra que vous plaire. Comme pour les Elites, ils en existe différents avec un armement plus ou moins conséquent ou encore avec des failles dans leurs armures. Mais ce qui les rend si atypiques, c’est lorsque vous réussissez à casser leurs armures, là ils deviennent totalement hystériques, un peu à la manière de ces vieilles filles qui, une fois énervées, se mettent à courir dans tous les sens pour vous arracher de leurs ongles de plusieurs centimètres le moindre lambeau de peau qui recouvre votre visage. Imaginez lorsqu’il s’agit d’un monstre brutal l’effet que cela procure en intensité pendant le jeu. Certainement que leur laideur est pour beaucoup, car outre le fait qu’ils sont vilains, ils ont aussi une dentition à faire plaisir à un dentiste vu le chantier qui se présente sous ses yeux.

Mais la grosse nouveauté de ce Halo 3 vient surtout des véhicules qui sont beaucoup plus nombreux et qui se déclinent pour les véhicules routiers avec différents armements. Vous retrouverez bien sûr les différents véhicules dont nous avions l’habitude comme le Warthogs. Mais parmi les nouveautés, tout d’abord un petit quad bien rapide et dont la maniabilité fait de lui un élément essentiel pour se faufiler dans les forêts ou pour faire une percée rapide dans les lignes ennemies. Ensuite un petit nouveau que les forces terriennes se devaient d’avoir : le Hornet, qui vient prendre la place de module léger de transport de troupe aéroportée. Il se comporte un peu comme un hélicoptère avec ses deux hélices qui permettent le géostationnaire. Et le plus sympathique pour la fin, le Chopper qui est stupéfiant lors des combats rapprochés grâce à une excellente maniabilité, mais surtout parce qu’il permet d’envoyer ad patres la plupart des gnomes qui viendront se mettre en travers de sa route, pour peu que vous pensiez à utiliser le boost. Résultat garanti par le constructeur !

Les autres nouveautés se situent dans des menus supplémentaires. Outre un multi beaucoup plus développé qui laisse même penser que les développeurs voient de plus en plus leur jeu comme essentiellement online et qui propose pour la première fois un éditeur de map dans le mode Forge qui fait bien bander notre rédacteur en Chef (Dudy) car pour lui il s'agit de la révolution tant attendue. Ils sont douze à le penser mais si j'oublie d'en parler il va faire une peulade. Il y a l’arrivée du mode cinéma qui conserve les 20 dernières minutes de vos exploits et vous propose de les visionner. Ce petit plus est plutôt rigolo à utiliser surtout pour flatter votre ego après une belle partie.
 

Frénétique et toujours jouissif

Pas de surprise non plus du côté du gameplay, si ce n’est l’impression par moment que l’animation est un peu moins rapide. C’est plus un détail car cela ne nuit en rien au gameplay rageur et frénétique du titre. Le mode solo néanmoins n’offre pas un challenge très élevé car à la fois la précision de vos tirs ainsi que la très bonne réactivité de la maniabilité ne laissent que peu de chance à vos adversaires. D’ailleurs, la durée de vie, même si celle-ci est d’une longueur équivalente à la plupart des softs de ce genre, peut apparaître comme très faible. Comptez une bonne journée de jeu pour voir la fin. Cet opus est dans la lignée de la série avec des combats et des situations mille fois vus. Mais c’est surtout avec le mode multi que vous pourrez découvrir tout le potentiel ludique du titre.

Dès le lancement commercial du jeu, les serveurs du Xbox Live ont été saturés par des centaines de milliers de joueurs qui se connectaient pour tâter de la bête sur le net. Les nouveaux véhicules et leur maniabilité font merveille pour s’éclater. Les cartes qui sont nombreuses sont assez bien pensées pour offrir de nombreuses approches stratégiques. Toutefois, il ne faut pas non plus oublier que ce jeu offre avant tout un gameplay bourrin et que l’aspect très grand public du jeu donne aussi des parties où la finesse stratégique semble très éloignée des préoccupations des joueurs. Il est possible aussi de faire la campagne solo en coopération via le Xbox Live mais alors il faudra vraiment prendre un niveau de difficulté très élevé, sinon c’est l’ennui assuré.
 

Article rédigé par kago , le

Halo 3 est un bon jeu, ses qualités sont très largement supérieures à ce que l’on peut lui reprocher. Mais, il ne faut pas oublier toutes ces annonces glorifiant ce qui devait être une révolution. Et là, c’est nettement moins favorable. Un solo qui reste ce qu’il a toujours été avec une réalisation certes très honorable mais qui n’est pas au niveau des meilleurs titres sur cette console. Un multi, en revanche très complet et surtout qui profite du nombre de joueurs. Un soft qui ne révolutionne rien mais pour peu que vous soyez amateurs de gameplay frénétique vous serez comblés.

Points positifs

  • Un multi complet
  • Une réalisation sonore splendide
  • Des nouveaux véhicules
  • Des Brutes kamikazes

Points négatifs

  • Pas assez de nouveautés
  • Scénario brouillon et peu intéressant
  • Mode solo trop facile

Commentaires