Preview : Dead or Alive 4

Dead or Alive 4 - Xbox 360

Genre : Baston

Date de sortie : Janvier 2006

Genre
Baston
Date de sortie
Janvier 2006 - France
Développé par
Team Ninja
Edité par
Tecmo
Disponible sur
Xbox 360

Ne dit-on pas : « Les temps changent, mais les méthodes restent » ? En tout cas, chez Microsoft, c’est certain. Car pour le lancement de la Xbox, Dead or Alive 3 avait tout cartonné, autant pour sa réalisation fabuleuse que son gameplay jouissif. Aujourd’hui, c’est au tour de la Xbox 360 d’être lancée dans le bain, toujours avec un Dead or Alive qui s’annonce prometteur, ou pas.

 
 
Qui peut oser se souvenir du premier Dead or Alive sur PSOne ? La où on explosait si on rebondissait hors du ring, où on pouvait se toucher devant les melons de ces jolis demoiselles devenues des bombes pixélisées, ah que de souvenirs. D’ailleurs y’en a même qui appréciaient le jeu autant pour les attributs de ces mêmes demoiselles que pour les combats, très classes pour l’époque, pour une jouissance (vidéoludique) totale. Ahem euh oui, ben, ici, deux générations de consoles plus tard, on peut toujours se toucher, mais en haute définition cette fois, oui monsieur. C’est pas beau la vie ?
 

Ouah c’est joli

Autant être bref et efficace, car la première et unique chose qui fait de Dead or Alive 4 un titre exceptionnel, c’est son rendu technique. Jamais un jeu de combat n’a été aussi beau et la Xbox360 gère la situation d’une main d’artiste. Pas un ralentissement, pas une goutte d’aliasing (du moins sur les personnages), les décors sont immenses et entièrement destructibles. On peut vraiment « tout » casser et, comme d’habitude, on peux effectuer des coups selon les situations (prendre appui sur un élément du décors pour une prise par exemple). Ayant joué sur le niveau à Las Vegas et dans un autre situé en plein marché, il faut avouer que le premier impressionne par les détails qu’il réunit. Ca brille de partout, on fond on voit même l’intérieur des bâtiments, comme des Casinos ou la populace jette avidement son argent. D’ailleurs plus votre combat est passionnant, et plus la foule s’accumule autour de vous, la grande classe. Ce public est d’ailleurs entièrement réactif, des coups sous la ceinture entraîneront des cris de stupeur de cette audience très spéciale, c’est tout bonnement incroyable. Pour ce qui est du deuxième niveau, celui-ci met en vigueur les capacités de la 360 à gérer de nombreux éléments à l’écran. En fait, dans le niveau sont situés des stands de fruits, de fleurs ect… Qu’on peut bien sur faire exploser en projetant quelqu’un dessus. Des lors, chaque fruit ou légume vole en l’air, mais aucun de la même manière et au même endroit, donc ils ne s’envoleront jamais de la même façon suite à un contact. Ce n’est certes qu’un détail, mais en pleine phase de jeu, ça impressionne.

Les personnages sont quant à eux modélisés de façon assez spéciale, dans un style d’anime fidèle à la série, on a l’impression qu’ils sont en cire, c’est sympa. Et l’animation des corps est très réussie et en fera baver plus d’un (…). Cependant, les cut-scenes d’avant combat sont toujours les mêmes, ce qui est bien sur très exécrable pour l’immersion, surtout quand on voit ce qu’ils se racontent les bougres, des provocation de pucelles du genre « Vient un peu par là » ou « Tu peux encore t’enfuir ». Pitoyable.
 

Ca glande chez Tecmo

En ignorant les graphismes, la seule chose qui surprend en jouant à Dead or Alive 4 est le fait que le Gameplay n’a pas changé d’un poil. On tape, on s’envole dans les airs, on lacère, on essaye de parer deux trois coups et on recommence. Certes un renouvellement des bases n’est pas ce que l’on veut, mais quand on voit que 70% des coups sont les mêmes, ça laisse très sceptique. Surtout que rien n’a changé du côté des commandes, toujours aussi pauvres : pied, poing, contre-attaque et garde. Ce qui fait qu’au final, un joueur du dimanche pourra terrasser un adepte confirmé par le simple fait d’appuyer sur tous les boutons fiévreusement, ce qui est particulièrement exaspérant. Donc, si vous avez Dead or Alive 3 ou Dead or Alive Ultimate, préparez vous à subir les mêmes sensations sur ce Dead or Alive 4. La période de régence entre les deux générations du moment est loin d’être exemplaire…

De plus, dans Dead or Alive loin du génie d’un Virtua Fighter, les combats sont certes intenses, mais sans aucune excitation nouvelle, on a l’impression de regarder un film d’action hollywoodien : tout a été fait pour impressionner le spectateur, mais finalement il s’ennuie devant tant de fourberies. D’un coup de pied on envoie un mec 30 mètres plus loin, on nettoie le sol avec l’appareil dentaire de notre assaillant et on se relève d’une chute de 15 étages, banal quoi. Mais contrairement à Dead or Alive 3 qui avait révélé les problèmes de la manettes Xbox, cet opus est une merveille de maniement grâce à l’excellente ergonomie de la nouvelle manette. C’est assez paradoxal, mais le jeu ne mérite pas une telle manette, on a les mains parfaitement prédisposés pour enchaîner des combos de folies, mais ceux-ci ne sortent pas tout simplement car ils n’existent pas, du coup, on retombe dans la tourmente de l’incessant tapage de touches endormissant à souhait.
 

Halo ? Qui est à l’appareil ?

20 combattants dont 4 nouveaux (Kokoro une petite japonaise très inspirée de Aoi de Virtua Fighter 4, Elliot un jeune Anglais introverti et Lisa catcheuse elle aussi très inspirée d’un personnage de VF4(ça commence à faire beaucoup là), Vanessa) voici ce que propose DOA 4, mais dans ces personnages, bien sûr, tout le monde retient l’apparition de Spartan-458 revêtant une armure à la Master Chief, du monde d’Halo le blockbuster made in Microsoft. C’est bien sympa et ça rappelle l’époque de Virtua Fighter Megamix qui proposait un jeu de combat avec tous les persos les plus célèbres de SEGA. Du côté des modes de jeu, c’est encore le vide sidéral, bien qu’on s’imagine que les classiques du genre soient présents ici, c'est-à-dire les modes Arcade, Versus, Kumite, Story et Tag.

Microsoft oblige, DOA 4 sera bien sur jouable via le Xbox Live, vous ne serez donc pas ridicule aux yeux de votre entourage si ils vous entendent crier en pleine nuit des sbires tels « Kawabonga ! », « Ah tu t’es fait moucher », ou encore « Et pan, dans tes dents ». Comme pour les précédents épisodes, le mode Tag Battle sera de la partie sur le Live, afin de se rencontrer à quatre et de comparer les tailles de bonnets tout en taillant la bouvette en se déboîtant la mâchoire. Et quand on voit que des tournois officiels seront organisés fréquemment sur le Live, avec tous plein de classements pour se la peter à l’école, je sais pas pour vous, mais moi ça me rend tout chose ! (A moins qu’il ne s’agisse du décolleté plongeant d’Helena…)
 

Article rédigé par Dudy , le

Impression mi-figue mi-raisin pour ce Dead or Alive 4, car le soft de Tecmo n’apporte quasiment rien comparé aux précédentes versions, même s'il arrache les rétines graphiquement. Mais je doute que le majeur défaut du titre l’empêche de devenir un méga hit, surtout que les jeux de combat sur 360 ne sont pas légion… ah la magie des lancement de consoles.

Commentaires