Preview : Need for Speed Carbon

Need for Speed Carbon - Xbox 360

Genre : Course

Date de sortie : 03 novembre 2006

Need For Speed. Voilà des lettres qui n’ont encore jamais perdu de leur noblesse. Décliné en plusieurs genres, cette licence aura fait vivre à peu près toutes les sensations que pourrait proposer le plus complet soft de courses de voitures : collectionneur de porches (la classe), maniaque du tunning (wesh), spécialiste de courses poursuites (yeah !). Une licence de qualité qu’EA n’est sans doute pas prêt de délaisser.

 
 
Les Need For Speed ont toujours été des jeux de courses accès très grand public. La conduite est on ne peut plus arcade et les dégats uniquement visuels ne l'affectent en rien. De plus, les voitures tiennent toujours tres bien la route, et leur maniabilité est bien plus agréable au clavier qu’avec un volant à retour de force. Est-ce un mal ? Non, car l’intérêt n’est pas là. L’intérêt, c’est que ça a toujours été fun, et ce, grâce à la délicieuse recette miracle : Vitesse, flics, tuning et jolies voitures.
 

Ambiance Carbonisée

La première chose qui doit décevoir pas mal de joueurs dans cette déclinaison Carbon, c’est le retour à l’ambiance nocturne des Underground : tous les circuits sont de nuit. Alors que le dernier volet rafraîchissait enfin la série avec des tracés de jour laissant percevoir des décors certes répétitifs, mais néanmoins somptueux, Carbon décide de se refocaliser dans ces ambiances de rues nocturnes, se justifiant par le fait que ça se veut réaliste. On ne leur donnera pas tord, mais tout de même, les Need For Speed ne doivent pas leur renommé à leur réalisme. Passons, c’est sans doute la seule déception apparente qu’on peut lui trouver actuellement, et ce n’est pas un vrai défaut. Tout le reste semble prometteur par contre : moteur graphique toujours plus performant, tuning bien plus poussé (il sera possible de changer bout par bout toute la carrosserie de sa voiture), conduite des bolides totalement revue… EA semble avoir assuré dans la réalisation de nouvel opus. C’est toujours la même recette miracle, mais en toujours mieux fini. Bien sûr, comme on pouvait s’y attendre, le seul point où ils ne se sont pas plus pris la tête qu’à l’habitude, c’est dans le scéanario.
 

Scénario pourri, mais le reste donne envie

Le script scénaristique de Need For Speed : Carbon tiendrait sur un cheveu appartenant à Lex Luthor : vous incarnez un talentueux conducteur, un peu racaille sur les bords, qui revient dans sa ville natale. Il n’est pas bien accueilli du tout par ses ex compères qui ont profité entre temps de s’imposer dans la ville à sa place. Ciel, que faire ? Déclenchez une guerre de gangs ? S’écraser ? Epouser une nana et s’en foutre, tout ça c’est des conneries d’adolescents de toute façon ? Pas question, on règlera ça entre hommes, on fera des courses de voitures, et la nuit !

Mais les nouveautés font vite oublier cette carence scénaristique, qui est inutile, si je peux me permettre au passage, dans un jeu de voitures, même de la sorte. Ce qu’on veut ici, c’est des sensations, et à ce niveau là, Carbon nous fait déjà rêver. Commençons par l’une des nouvelles épreuves prévues par exemple. Nous allons avoir droit, en plus évidemment des classiques déjà connues (draft, sprint, etc, qui auront subit là aussi des petits perfectionnements) des courses de canyons. Vous devinez ce que c’est ? Oui oui, voilà, des courses dont le tracé ferait même stresser un indien dans la ville, qui nous emmène vers une route sinueuse, super étroite, avec le mur rocailleux à gauche, et le vide profond à droite, tout ça à 120 Km/h, et avec des concurrents aux fesses…wahou !

Autre nouveauté de taille, la présence de coéquipiers ! Trois camarades viendront nous prêter mains fortes pour assurer notre victoire à la première place. Mais pas n’importe quelles personnes hein ! Nous aurons droit à un bloker, dont le rôle sera de ralentir nos concurrents ; un drafter qui se positionnera devant nous afin qu’on puisse profiter de son aspiration ; et enfin le scout qui complètera votre carte en vous informant sur ses tracés. Une sorte de co-pilote précieux qui vous fera prendre connaissance des raccourcies des circuits, en somme. Si cela est bien foutu, ça pourrait vraiment donner une nouvelle dimension au jeu. Il faudra vérifier ça dans la version test.
 

Article rédigé par Tatane , le

Sans révolutionner la licence, Carbon promet quand même d’assurer un minimum. En effet, la réalisation promet d'être irréprochable, les quelques grosses nouveautés bien rafraîchissantes, et les nombreux perfectionnements (chers à Electronic Art) à un peu tous les niveaux lui assurerait un sans faute. C’est sans prise de risques, mais sans arnaque, et c’est prévu pour Noël.

Commentaires