Test : Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball

Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball - Xbox

Genre : Sport/Casino/Barbecue

Date de sortie : Avril 2003

Genre
Sport/Casino/Barbecue
Date de sortie
Avril 2003 - France
Développé par
Team Ninja
Edité par
Tecmo
Disponible sur
Xbox
Site officiel
Site officiel

Vous vous êtes toujours demandé comment James Bond attirait les filles, comment Austin Powers faisait pour garder ce charme, cette technique de drague inépuisable, ce naturel revageur ? Désolé pour vous, mais ce genre de chose est innée, et Austin ne pourra malheureusement jamais vous transmettre ce don. Mais des solutions d'auto-satisfaction existent, et DOA XB en fait partie.

 
 
Ecoutez donc tous ces experts Marketing s'évertuer à produire des pubs toujours plus subtiles, ou plus complexes, pour imprimer les esprits, marquer les gens. Ouais ça épate. Prenons alors un gens normal, avec un regard vide, qui débarque dans une salle enfumée, remplie d'employés bûchant depuis 2 semaines sur un projet de pub épatant. La personne arrive, se met à danser, retire sa chemise (tout cela est optionnel, c'est uniquement pour la classe) et lance : ouais les gars, on peut mettre des filles en sous-tif sur les affiches !
Oui, vous vous en doutez, c'est cette idée-là qu'on gardera aujourd'hui, et c'est ce gars qui montera en grade. Pour les jeux vidéo, la tendance semble arriver. Au Japon, c'est coutume. Avec la série des Tomb Raider ou les DOA, le charme féminin s'inscrit comme un des atouts du titre. Avec N.U.D.E ou DOA Xtreme Beach, cela représente désormais l'essentiel du potentiel du jeu. Et il faut avouer que cet argument marche aussi bien que les meilleures licences.
 

Un melting-pot de nombreux principes simplistes

DOA XB, c'est à la fois du Beach Volley -l'aspect principal du titre-, des parties folles de casino, du shopping, et des séances de drague basique. Avouons que, -et d'un- chacun de ces jeux est proposé dans de nombreux freewares, et -de deux- ces jeux n'ont rien à voir entre eux. La partie de Beach Volley tout d'abord, s'apparente à un test de réflexe, où 2 boutons sont mis à contribution (réception et attaque). Aucune visée, ni placement, ou du moins en version ultra-simplifiée. Les matchs ne sont pas faciles à gagner pour autant, car chaque balle fait à la fois appel à ses réflexes, son expérience, et l'aide de sa partenaire (toujours jouée par la console). Une sorte de Pong avec un partenaire et des filles en bikini. Le casino est lui-aussi esthétiquement très réussi. Il ne s'agit pour que de bêtes black-jack, poker, machine à sous ou roulette. Pas de quoi s'extasier. L'aspect Shopping consiste quant à lui en une accumulation de billets verts, qui vous permettront d'acheter maillots de bain (les plus chers sont étrangement les plus légers), accessoires (casquettes, chaussures, lunettes...) ou objets de déco (guitare, livres... ce qui n'a absolument aucun intérêt). L'argent est fortement jeté par les fenêtres, surtout lorsque l'on voit que le maillot de bain le plus cher coûte près d'un million de dollars, et que chaque match nous permet d'accumuler 60 000 $. On part vite dans une accumulation de matchs, sans véritable intérêt, ni véritable tactique. Bizarrement l'enjeu -aussi idiot soit-il- nous pousse à continuer. Oui, oui, le charme est décidément vendeur dans les jeux vidéo.
 

Et la drague dans tout ça ?

La drague est l'aspect le plus anodin du jeu. Alors qu'il est mis en avant dans de nombreux dossiers de presse (il s'agissait d'un des premiers jeux européens proposant de faire jouer nos relations), il s'agit ni plus ni moins d'acheter quelques bricoles à offrir en cadeau à notre partenaire. De toute façon, ces dernières semblent assez cruches, et l'aspect drague est trop limité pour qu'on s'y investisse. De plus, si vous vous contentez de gagner tous vos matchs, votre amie sera toujours aux anges, sinon, donnez-lui chaque soir une pacotille, le résultat sera le même. Les différences sur le terrain sont infimes, bien que visibles dans les extrêmes (une partenaire qui ne veut pas vous laisser la place, qui ne fait plus de passes, etc.). Autant dire que l'on s'en serait bien passé.
 

Y'a pas que le sexe dans la vie, y'a aussi le cul

L'argument principal de vente de DOA XB (et le pourquoi des records de ventes au Japon), c'est sans conteste la fine couche de romantisme présent dans le jeu. Oui, les filles sont en maillot de bain, oui ces maillots de bain peuvent être réduits à leur plus simple expression, oui on peut zoomer idiotement sur elles. Mais est-ce que cela fait vraiment un jeu ??? Non. Est-ce qu'on retrouve ce charme unique et propre aux productions artisanales ? Non. Est-ce qu'on accroche au jeu ? Oui. Oui, ça amusera n'importe qui. Oui ça motive ; ça pousse à refaire des dizaines de fois le même match, et oui si on avait joué les gars de DOA à la place des filles, le jeu aurait fait un bide. Il faut avouer que toutes ces bombes sexuelles rappellent dangereusement l'équipe de HardGamers au féminin, c'est pour vous dire le niveau. Même si quelques filles gagnent rapidement notre préférence, le panel est de choix. On ne rappellera jamais assez qu'il s'agit d'un jeu, et que c'est par conséquent particulièrement idiot de mater un écran de télévision plein de pixels tout moches, mais j'ai été forcé contre mon gré.
 

Au final

DOA Xtreme Beach est un jeu extrêmement simple. Aussi bien en solo, qu'en multi. Il reste pourtant assez facile de s'amuser, même si on peut être rapidement frustré des possibilités limitées du gameplay, qu'on n'arrive pourtant pas toujours à maîtriser (on peut perdre ou gagner sans vraiment voir des évolutions notables dans notre jeu ou celui de l'adversaire). Mais la qualité artistique du design des palmiers et la poésie lyrique du coucher de soleil éloignent la lassitude. Pour quelques temps cependant.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Le Volley est définitivement propice à mettre en scène de jolies filles. Outlaw Volley Ball et Summer Heat VolleyBall seront les prochains sur la liste. DOA XB aurait néanmoins dû se baser uniquement sur le volley, et éviter les écueils de cette soi-disant interactivité entre les protagonistes du jeu. Résultat : un melting pot de jeux simplissimes, sans rapport entre eux, si ce n'est l'installation rapide d'une lassitude pesante.

Points positifs

  • Des filles en bikinis, voilà qui branche plus qu'un Duke en furie
  • Plusieurs concepts amusants qui s'additionne
  • La présence d'un multi

Points négatifs

  • Quelques minutes suffisent à tout saisir
  • Une lassitude s'installe rapidement
  • Des filles cruches
  • C'est bien loin de valoir 60 €

Commentaires